Rennes : une économie dynamique au premier semestre

 |   |  784  mots
(Crédits : Reuters)
Forte accélération des créations d'emplois et baisse du chômage dans le bassin de Rennes Métropole au 1er semestre: selon la note VigiEco, publiée en juillet par l'Audiar Rennes, l'économie de la capitale bretonne se porte plutôt bien, alors que les entreprises accroissent leurs recrutements. Le reste de la Bretagne n'est pas en reste.

L'économie de Rennes Métropole est visiblement en bonne santé, et la capitale bretonne a de quoi anticiper l'avenir avec optimisme. C'est le message que la note VigiEco, publiée par l'agence d'urbanisme et de développement Audiar Rennes en juillet a fait passer dans l'été.

Dans un contexte national et international porteur, l'économie rennaise constate depuis le début de l'année une baisse du chômage de 0,4 points, à 7,3% contre 9,3% au niveau national. Un nette décrue du nombre de demandeurs d'emploi est enregistrée, soit 2.000 en moins en catégorie A. Les gains nets de l'emploi salarié privé qui s'accentuent au fil des trimestres depuis l'été dernier, ont atteint 2.200 postes supplémentaires sur le 1er trimestre 2017, 5.510 sur un an. Les effectifs intérimaires battent pour leur part des records (+1.300 postes), dépassant pour la première fois la barre des 10.000 postes occupés.

graph1

graph2

graph3

Au cours des six derniers mois, l'activité et le moral des entreprises se sont globalement améliorés, tout comme leur santé financière ajoute l'Audiar. Outre le choix pris par un certain nombre d'entreprises d'une croissance externe et  de l'internationalisation, l'écosystème rennais accélère depuis le début de l'année sur les levées de fonds. Sur les six premiers mois de l'année, les entreprises rennaises ont levé plus d'argent que sur l'année, déjà record, de 2016.

"Les chefs d'entreprise locaux sont désormais plus nombreux à indiquer un accroissement de leurs recrutements, plutôt qu'une baisse. La dynamique des recrutements, de plus 6% s'est encore accélérée, et plus rapidement qu'à l'échelle nationale (+ 4,7%) " comptabilise e l'Audiar.

Dans ce contexte, le volume de CDI progresse  de 13% sur un an (+ 9% à l'échelle nationale).

Services et numérique en forme, le BTP repart

La progression de l'emploi s'est notamment accélérée ces six derniers mois dans trois secteurs très demandés: les services aux entreprises et le numérique (+ 28 %), la construction (+27%), et les transports (+38%).

Sur le front du numérique, les effectifs ont fortement progressé dans toutes les catégories d'entreprises, les ESN comme Thales Services, Proservia ou CapGemini), les PME et ETI (Conserto, Mediaveille, Claranet), les startup  comme Telecom Santé ou la plate-forme de jeu vidéo par abonnement Blacknut.

Comme le souligne Gaëlle Andro, vice-présidente de Rennes Métropole, déléguée au développement économique, à l'emploi et au commerce, citée dans VigiEco, la capitale bretonne "accompagne par exemple le processus de convergence de Rennes Atalante et de la French Tech Rennes St-Malo, visant à une meilleure efficacité et lisibilité sur l'accompagnement des entreprises innovantes."

Le nombre croissant de mises en chantier de logements neufs profite aussi aux entreprises du BTP qui renforcent leurs effectifs propres et augmentent le recours à l'intérim. Dans l'industrie, l'Audiar constate que l'érosion des effectifs dans l'automobile ralentit, "grâce au regain d'activité et d'investissement de l'usine PSA-La Janais". L'agro-alimentaire et le transport logistique ont toutefois plus recours à l'embauche intérimaire ( + 44% et + 17% respectivement sur quatre mois) au détriment des effectifs propres.

graph4

graph5

Points de vigilance

L'Audiar ne verse pas pour autant dans l'autosatisfaction démesurée et pointe les difficultés qui demeurent, comme les marges trop faibles dans l'industrie qui gênent l'accélération de la modernisation des outils de production. Des tensions apparaissent aussi dans certains recrutements, plus particulièrement dans les secteurs du BTP et du numérique.

Alors que Rennes Métropole finance massivement de nouvelles infrastructures et les équipements majeurs (2e ligne de métro, modernisation de la gare de rennes, nouveaux quartiers...), elle est clairement invitée à poursuivre ses efforts sur le "soft". L'agglomération, qui investit dans l'insertion professionnelle, l'enseignement supérieur et la recherche, ainsi que dans l'accompagnement au développement des entreprises, doit "mieux adapter les formations aux besoins des entreprises" notamment dans le domaine de l'actualisation du renforcement des compétences.

Très soucieuse d'accroître son attractivité et misant fortement sur l'arrivée de la LGV pour attirer les cadres et les entreprises, Rennes Métropole veut changer de braquet. Objectif: faire en sorte que cela bénéficie à l'emploi dans le territoire et dans toute la Bretagne.

En termes de croissance, la direction régionale de la Banque de France va d'ailleurs dans le sens de l'Audiar. Une enquête de la banque centrale a confirmé en juillet que le "climat des affaires dans l'industrie bretonne est positif". Les feux sont (presque tous) au vert et dans une tendance haussière que la Bretagne n'avait pas connu depuis 2011. Seul bémol, si les carnets de commandes sont bien remplis et que les entreprises embauchent, elles éprouvent néanmoins des difficultés à recruter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :