Bandeau Présidentielle Régions

Saint-Sulpice-la-Forêt, la plus petite smart city du monde

 |   |  559  mots
Dans cette commune intelligente de 1.500 habitants, l'expérimentation est conduite avec les entreprises rennaises Wi6Labs et Alkante. Elle a pour but de faire baisser la consommation de gaz, d'électricité et d'eau de 20% à 25% par an. De g. à dr. : Frédéric Pauly (Rennes Atalante), Yann Huaumé (maire), Ulrich Rousseau (Wi6labs), François Leprince (Alkante), Benoît Vagneur (1er adjoint). Photo : © Rennes, Ville et Métropole
Dans cette commune intelligente de 1.500 habitants, l'expérimentation est conduite avec les entreprises rennaises Wi6Labs et Alkante. Elle a pour but de faire baisser la consommation de gaz, d'électricité et d'eau de 20% à 25% par an. De g. à dr. : Frédéric Pauly (Rennes Atalante), Yann Huaumé (maire), Ulrich Rousseau (Wi6labs), François Leprince (Alkante), Benoît Vagneur (1er adjoint). Photo : © Rennes, Ville et Métropole (Crédits : DR)
Dans cette commune rurale d'Ille-et-Vilaine de 1.500 habitants, la mairie s'est lancée dans la gestion en temps réel de la consommation énergétique de ses bâtiments communaux grâce à l'Internet des objets.

Curieux, les Chinois sont venus constater sur place : une délégation de Shanghai (26 millions d'habitants) s'intéresse de près au fonctionnement du dispositif « Smart Saint-Sulpice » mis en œuvre dans la petite commune rurale de Saint-Sulpice-la-Forêt, en Ille-et-Vilaine. Preuve que l'innovation ne se loge pas seulement dans les grandes métropoles, voire les mégalopoles ! Depuis le début de l'année 2016, cette commune intelligente de 1.500 habitants teste un projet d'optimisation de ses consommations énergétiques reposant sur un pilotage en temps réel par l'Internet des objets (IoT).

Entre 2006 et 2014, l'équipe municipale, emmenée par le maire Yann Huaumé, avait constaté une forte augmentation des factures énergétiques liées aux bâtiments communaux. En phase d'expérimentation durant 18 mois, le projet « Smart Saint-Sulpice » de télémesure et de pilotage énergétique lui promet « de baisser d'au moins 20% ses dépenses en trois ans ».

Wi6labs et Alkante à la manœuvre

L'expérimentation est menée par deux entreprises locales positionnées sur ce segment de marché. Spécialisée dans les réseaux de capteurs sans fil, basse consommation et longue portée, la startup Wi6Labs se concentre notamment sur les questions de ville intelligente dans les environnements ruraux ou périurbains. Quant à la PME Alkante, elle fournit des plateformes de collecte, de stockage, de traitement et d'analyse de données issues de réseaux de capteurs. Financièrement accompagnées par le dispositif Rennes Saint-Malo Lab, qui offre aux entreprises des terrains d'expérimentations grandeur nature, les deux structures ont déployé ensemble sur 6 bâtiments de la commune, dont l'école, le stade et la mairie, et un réseau de capteurs centralisé LoRa (réseau économe pour connecter les objets).

"Une trentaine de capteurs sans fil ont été installés en trois jours. Ils communiquent entre eux et permettent de connaître la température, la consommation électrique ou d'eau, l'humidité", explique Ulrich Rousseau, fondateur et dirigeant de WI6Labs. "La consommation énergétique des bâtiments est surveillée en temps réel et le chauffage est piloté à distance. L'objectif est de diminuer de 25% leur facture."

Le maire, Yann Huaumé, peut ainsi visualiser la consommation depuis son ordinateur ou son téléphone mobile, voire l'adapter si besoin. Pour la petite municipalité qui a déboursé 20.000 euros pour l'achat de capteurs et d'infrastructures, cela devrait se traduire par un retour sur investissement inférieur à 5 ans.

Vitrine technologique

Si Saint-Sulpice-la-Forêt fait figure de plus « petite smart city du monde », le projet «Smart Saint-Sulpice» ouvre la voie à d'autres solutions d'optimisation énergétique pour les communes, grandes ou petites, mais aussi pour les industriels.

Cette expérimentation offre aussi une jolie vitrine technologique pour Wi6labs et Alkante. Le duo vient d'ailleurs d'être sélectionné pour tester les technologies de l'Internet des objets au service du bâtiment de demain, dans le cadre d'un appel à projets, porté conjointement par Engie Axima, Rennes Métropole et Rennes Atalante. Les deux entreprises vont ainsi développer une solution pilote de suivi et d'optimisation des consommations énergétiques des bâtiments (température, bruit, qualité de l'air...) auprès d'un client rennais d'Engie Axima. La filiale d'Engie, spécialisée dans le génie climatique et la réfrigération, cherche en effet à compléter ses offres sur les objets connectés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :