La Tribune

e-commerce : CapitaineTrain.com, le challenger de la SNCF

Le site, connecté au système d'information de la Deutsche Bahn et de la SNCF dont il vend les billets et ceux de ses filiales (Thalys, Eurostar, iDTGV, etc.), permet notamment de comparer les prix entre opérateurs français et allemand. © Capitaine Train
Le site, connecté au système d'information de la Deutsche Bahn et de la SNCF dont il vend les billets et ceux de ses filiales (Thalys, Eurostar, iDTGV, etc.), permet notamment de comparer les prix entre opérateurs français et allemand. © Capitaine Train (Crédits : capitaine Train)
Erick Haehnsen  |   -  435  mots
Le site se connecte aux systèmes de réservation des compagnies ferroviaires pour vendre leurs billets. Le système devrait bientôt s'attaquer à la vente de billets sur Smartphone.

Environ 30 secondes, c'est le temps requis pour réserver et acheter un billet de train sur le site CapitaineTrain.com opérée par l'entreprise éponyme. Encore peu connue du grand public, la start-up parisienne joue la carte de la rapidité et de la simplicité pour conquérir ses clients. « Une fois inscrit sur le site, l'internaute n'a plus besoin de décliner son identité car nous retenons toutes les informations utiles : nom, prénom, date de naissance, carte de réduction, places et trajets préférés », détaille Jean-Daniel Guyot, président et cofondateur de Capitaine Train. La start-up vend les billets au même prix que les transporteurs et se rémunère sur les commissions que ces derniers lui versent. « Le prix des billets et des horaires étant tous affichés sur le même écran, les clients peuvent d'ailleurs comparer les opérateurs entre eux, par exemple la SNCF et la Deutsche Bahn pour des trajets en Allemagne », souligne le dirigeant de la société qu'il a créée, avec deux autres ingénieurs en informatique, en mai 2009.

Design centré sur l'utilisateur

Un peu moins de deux ans après son lancement commercial, Capitaine Train compte plus de 45 000 clients. En pratique, le site est connecté au système d'information de la SNCF dont il vend les billets et ceux de ses filiales (Thalys, Eurostar, iDTGV, etc) et avec la Deutsche Bahn. « L'utilisation de son informatique est gratuite - contrairement à l'opérateur français qui l'a fait payer », indique Jean-Daniel Guyot qui espère étendre sa couverture de ventes de billets à toute l'Europe.
Dans cette perspectivel'entrepreneur s'est formé au User Experience Design (en français Design centré sur l'utilisateur) qui comporte de nombreuses règles d'ergonomie. « Nous pensons qu'en soignant les petits détails, nous donnons une expérience homogène aux internautes. Cela évite de multiplier les options tout en satisfaisant le plus grand nombre », assure le cofondateur qui, en 2012, a levé 1,4 million d'euros. Ce qui lui a permis de renforcer l'équipe technique avec l'embauche de 4 ingénieurs. La start-up compte désormais 13 personnes dont 3 au service client et 7 développeurs à plein temps.

50 % des ventes sur smartphone d'ici trois ans

Parmi les projets en cours, l'équipe travaille notamment sur les applications mobiles qui sortiront début 2013. « Nous comptons accélérer les ventes de billets sur mobile en simplifiant les processus d'achat », poursuit Jean-Daniel Guyot. « D'ici trois à quatre ans, nous pensons que la moitié de nos ventes de billets se fera sur smartphone sachant qu'aujourd'hui elles atteignent à peine à 6% car l'expérience d'achat n'y est pas encore optimale. »


 

Réagir

Commentaires

6% ?  a écrit le 28/02/2013 à 17:55 :

Capitaine train ne fonctionne pas sur iPhone et il n'y a aucune appli dans les stores. D'où viennent les 6% ? Depuis le navigateur de smartphone Android...?

tacata  a écrit le 21/02/2013 à 21:54 :

bravo des que vos idées seront rentables elles seront dupliquées par la sncf qui vous retirera votre agrément comme l'ont fait les compagnies aeriennes

Libre choix  a écrit le 21/02/2013 à 14:01 :

On s'en fout !!! Les usagers veulent la fin du monopole de la SNCF, RATP et des compagnies ferroviaires privés.

Faux!!!!  a répondu le 21/02/2013 à 22:41:

Les usagers et les clients veulent voyager vite, avec un max de confort, être à l'heure, mais si possible gratuitement !!!