Emploi en Île-de-France : la gauche craint les effets discriminatoires du plan Pécresse

 |   |  681  mots
La présidente de la région Île-de-France veut imposer des critères de performance aux centres de formation d'apprentis. (Valérie Pécresse, lors de son premier discours de présidente de région, le 18 décembre 2015. Capture d'écran)
La présidente de la région Île-de-France veut imposer des critères de performance aux centres de formation d'apprentis. (Valérie Pécresse, lors de son premier discours de présidente de région, le 18 décembre 2015. Capture d'écran) (Crédits : Reuters)
Les propositions en matière de formation et d'apprentissage de la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse (LR) ne passent pas auprès de l'opposition PS du conseil régional.

La nouvelle présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse (LR) a fait de l'emploi l'une de ses priorités. Dans ce cadre, elle a détaillé cette semaine en séances plénières au conseil régional son plan dédié à l'emploi, à la formation et à l'apprentissage, qui font partie des principales compétences de la région. Elle y consacre au total près de 15 % de son budget. Mais Valérie Pécresse estime que sous la précédente mandature, la gauche a délaissé ces sujets, notamment concernant les jeunes. Des propos qui font bondir l'opposition francilienne qui juge que la nouvelle présidente de la région ne propose, au mieux, que de poursuivre les orientations données lors des années précédentes lorsque la gauche était aux manettes.

Des mesures discriminatoires

Certes, le président du groupe PS Carlos Da Silva n'émet pas d'opposition de principe sur toutes les mesures du plan de Valérie Pécresse, comme par exemple la création d'une cellule dont le but sera d'éviter les délocalisations d'Île-de-France, mais d'autres dispositifs sont jugés plus discriminatoires. En premier lieu la mesure qui consiste à « moderniser » les relations avec les centres de formation d'apprentis (CFA) de la région Île-de-France, qui en compte un peu moins de 150.

La présidente de région va en effet signer des contrats de performance avec ces CFA basés sur l'employabilité des étudiants après l'obtention de leur diplôme. Mais l'opposition craint fortement qu'à l'avenir, les soutiens financiers de la région dépendent de ces critères de performance, ce qui induirait des effets discriminatoires. « Cela découragerait automatiquement des CFA d'accueillir les publics les plus difficiles », s'inquiète la conseillère régionale Hella Kribi-Romdhane, anciennement vice-présidente (PS) de la région chargée de la formation et de l'apprentissage.

D'autant que les besoins les plus prégnants en matière d'apprentissage se situent dans les territoires les plus en difficulté. « Il est facile de comprendre que les CFA de Ferrandi - l'école française de gastronomie, située dans le sixième arrondissement parisien-  et la faculté des métiers d'Evry n'auront pas les mêmes taux de réussite », explique-t-elle. Or « on ne peut pas traiter de manière indifférenciée la formation dans des quartiers plus ou moins défavorisés », juge-t-elle aussi.

Confusion entre stages et apprentis

Un autre dispositif inquiète les élus de gauche : le conditionnement des 2 milliards d'euros de subventions régionales aux personnes morales à l'embauche d'un stagiaire ou d'un apprenti. Plus concrètement, si la subvention de la région est inférieure à 23.000 euros, la structure devra embaucher un stagiaire plus de 2 mois. Et si la subvention est supérieure à ce montant, une convention sera signée avec la région définissant le type de contrat (stage, apprentissage ou formation), ainsi que le nombre de jeunes engagé.

Ce dispositif inquiète doublement Hella Kribi-Romdhane. D'une part parce qu'étant à périmètre budgétaire constant, il reviendra à créer une charge supplémentaire pour les petites entreprises, notamment associatives. Et d'autre part, parce qu'il met dans le même panier les stages et les contrats d'apprentissage, qui n'ont en réalité rien à voir. En effet, là où l'apprentissage est souvent considéré comme la meilleure voie vers l'emploi durable pour un jeune, les stagiaires sont à l'inverse souvent utilisés comme une main d'œuvre pléthorique très bon marché par les entreprises.

Cependant, le stage peut aussi jouer un rôle « de tremplin indispensable pour les jeunes cherchant un emploi et une obligation dans de nombreux parcours de formation », justifiait Valérie Pécresse. De fait, la présidente de région mise fortement sur les stages, puisqu'elle compte créer 100.000 stages supplémentaires - en plus des 1,6 million existants- d'ici la fin de son mandat. Et en parallèle, elle souhaite faire passer le nombre d'apprentis sous sa mandature de 80.000 à 100.000. Un objectif qu'elle estime, elle-même, très ambitieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2016 à 13:55 :
La gauche a sévi à la tête de la Région depuis plus de 10 ans pour arriver à la situation actuelle. Laissons les successeurs appliquer leurs solutions. De toutes façons cela aura du mal à être pire en matière d'emplois et de chômage.
a écrit le 21/02/2016 à 11:12 :
Mme Pecresse découvre l'IdF,,,?????
Il faudrait qu'ELLE visite,dialogue,comprenne la situation de l'emploi en 91/94/95/77qui sont des dpts d'immigration,avec un besoin d'emplois Basic à qualifiés. Or ce n'est pas avec les casses- auto,et autres centres de tri,d’ailleurs peu performants,que le plein emploi sera obtenu, et mis en valeur.
Le rle des CCI ,CM, et autres comités d'expansion,doit être renforcé,car le besoin d'emploi sera le mieux ressenti.
Partant de là on peut comprendre que LES 78/92/93,n'ont absolument pas le même besoin,d'autant que la LES COMITÉS EXPANSION,de ces territoires sont largement dotés.
Comme pour l'Europe,nous avons 2 Projections;
UNE POUR LES MUNIS et surtout une pour les démunis à sortir de la misère.
Est'ce compréhensible pour des GENS POLITISES????et empêtres dans l'idéologie??
a écrit le 21/02/2016 à 0:34 :
Chère Mme Pécresse, je vous admire et salue votre volonté d'action contre le chômage ; mais s'il vous plaît, modérez-vous, car si vous réussissez trop bien, il y en aura un qui se représentera en disant qu'il a lui-même, par sa magie, inversé la courbe du chômage.
a écrit le 20/02/2016 à 23:22 :
Il faudrait peut-être regarder ce qui se passe en dehors des frontières... chez nous, en Suisse, l'apprentissage fonctionne très bien car:
- il n'est pas géré par l'état mais par les employeurs qui y voient une chance pour eux d'avoir des employés de qualité formés sur leurs besoins sur le terrain: 1 à 2 jours de cours par semaine, 3 à 4 jours dans l'entreprise sur le terrain.
- ce n'est pas une voix de garage, mais une voix parallèle avec une grande perméabilité et une possibilité d'accéder à des formations universitaires ou polytechniques pour ceux qui le voudraient (autant pour l'apprenti maçon que l'apprenti électronicien).
- le taux de chômage chez les jeunes est ainsi nettement réduit car les apprentis qui terminent leur formation ont une grande expérience pratique et la confiance de leur patron.

Mais ça, c'est difficile de le faire comprendre à un enarque qui n'a jamais touché une pelle de sa vie ou un syndicat qui considère le patronat comme le grand méchant loup...
a écrit le 20/02/2016 à 15:38 :
Mr Thépot,
je n'ai rien compris de ce que V. Pécresse souhaite faire. Je me moque complètement des réactions et commentaires des uns et des autres. J'envisageais juste comprendre le projet. Hélas ! Pourriez vous être plus clair, en exposant simplement le programme.
Je commencerais peut-être à me faire une idée avant de lire celles des autres
a écrit le 20/02/2016 à 11:30 :
La gauche vit encore au temps des 30 glorieuses, et n'a juste rien compris au contexte mondial actuel. Personne n'a encore compris qu'on est tout sauf attractifs dans ce pays, qu'on a fait aucune réforme structurelle depuis les années 80, et que sans rénovation majeure du code du travail et de l'état en général on va tout droit dans le mur, ni plus ni moins, tandis que tous nos grands groupes continuent à brasser des tonnes de bénéfices partout sauf sur le sol français. Leur bataille pour ne surtout rien changer est complètement ridicule.
Réponse de le 20/02/2016 à 16:15 :
Quand HOLLANDE propose le même plan que Mme PECRESSE, on l'accuse de vouloir falsifier les statistiques du chômage. Quand on dit qu'il faut mieux faire travailler les salariés 35 h, afin de mettre le maximum de personne au travail plutôt qu'au chômage, les mêmes disent que c'est une idée idiote.....
Réponse de le 20/02/2016 à 18:29 :
"La gauche vit encore au temps des 30 glorieuses"

Et bien sur l’électorat de droite n'en a pas profité ,ah,ah
a écrit le 19/02/2016 à 18:56 :
L'apprentissage...C'est qu'il y a du pognon à se faire avec l'apprentissage.35/40 milliards/An... Normal qu'elle s'y intéresse. Bertrand aussi...L'apprentissage, la formations et ses milliards, une bonne source de financement via tant des formations "bidons". La première formation, c'est l'école, le collège pour un socle commun, un minimum de connaissances générales essentielles. Amener le plus de jeunes gens à penser par eux-mêmes, développer leur esprit critique. L'apprentissage, c'est après, un apprentissage que l'on choisit, pas des voies de garage, des fourre-tout, des machines à faire baisser les statistiques. L'école de la République aurait grandement besoin d'une partie de ces 35/40 milliards, mais on comprend aussi que les êtres pensants sont dangereux et qu'il vaut mieux qu'ils en "sachent" le moins possible pour mieux les exploiter.
Réponse de le 20/02/2016 à 20:29 :
Je suis d'accord avec vous sur le rôle de l'école. Concernant les solutions, je suis moins d'accord. Je me permets de vous rappeler que le budget de l'éducation national, est le plus importants. Ou passe l'argent ?, alors supprimer 30/45 milliard pour le Service Après Vente de l'école!!!!. Je ne pense pas que cela est une bonne idée.
a écrit le 19/02/2016 à 18:10 :
En période de sous-emploi, deux positions existent soit les plus compétents conservent un emploi et les autres sortent du marché de l'emploi, soit le travail est redistribué entre les actifs. Dans les deux cas, les entreprises paieront ceux qui sont employés et ceux qui ne le sont pas (chômage).
La France a fait le choix de rémunérer les chômeurs jeunes et vieux pour ne laisser que les Actifs, en principe les plus compétitifs, travailler. Cela pouvait se comprendre pour un chômage ponctuel mais le provisoire de 1974 dure depuis...
Choisir une position intermédiaire pourrait permettre de diminuer la pression sur les actifs qualifiés de 30 à 45 ans, tout en préservant le contrat social initial et éviter les conséquences de ces inégalités dans la population.
a écrit le 19/02/2016 à 17:37 :
C'est vrai que Mme Pecrese défend la race blanche des bourgeois de Versailles et de Neuily. Normal que ses mesures soient faites pour leur trouver du boulot.
Réponse de le 19/02/2016 à 17:54 :
propos stupide d'un gauchiste ayant été viré pour..........incompétence. Point de race blanche, simplement elle préfère les courageux, donc vous êtes choqué car vous c'est pas ça. c'(est la planque qui vous intéresse
a écrit le 19/02/2016 à 17:25 :
"a fait de l'emploi l'une de ses priorités"

Cela fait trente ans que j'entends dire les politiciens de tout bord, mais on voit bien au final qu'ils sont du même tous, que l'emploi est l'une de leur priorité et nous sommes passés de 1 million de chômeurs à 5 millions.

IL serait peut-être temps de les mettre enfin devant leurs responsabilités parce que là nous sommes dans des balivernes sans fin, surtout que ce ne doit être que la millième fois que l'on entend que l'apprentissage va tout résoudre et il ne résout rien, jamais.

Tout ces gens qui ont réussi à tous nous évaluer à notre travail sont incapables de s'évaluer eux-mêmes sinon ça fait belle lurette qu'ils seraient tous au chômage.
a écrit le 19/02/2016 à 16:17 :
Que les bons à rien de la région de gauche se taisent ! Ils n'ont jamais rien fait si ce n'est de gaver leurs copains/coquins ! Pleine confiance à Valérie Pécresse !
Réponse de le 19/02/2016 à 17:22 :
C'est vrai que la droite est clean elle comme on peut le constater au vue du nombre de mise en examens.

Faut vraiment être particulièrement de mauvaise foi pour écrire un commentaire comme le votre hein...
Réponse de le 19/02/2016 à 17:58 :
votre propos est idiot car d'abord Hors Sujet vs fanfan17, mais bon un socialisse ça ose tout et.......au fait camarade une mise en examen est-ce une condamnation comme ayrault cambadelis pour malversation EUX OUI???? NON . les âneries c'est bien mais un socialisse diffame il ne sait faire que cela, non???? faut vraiment être ignare pour écrire un commentaire comme le vôtre......
Réponse de le 19/02/2016 à 18:35 :
@Fanfan17
Que ne faites vous de la politique! Vous avez un commencement de vocabulaire qui peut vous conduire rapidement à la têt d'un parti comme le FN. Vous auriez pu rajouter "Que les bons à rien socialo-communistes..."
Vous avez raison de faire confiance à Pécresse, vos espoirs seront sans doute dans le futur à la hauteur de vos désillusions.
Réponse de le 19/02/2016 à 18:35 :
@Fanfan17
Que ne faites vous de la politique! Vous avez un commencement de vocabulaire qui peut vous conduire rapidement à la têt d'un parti comme le FN. Vous auriez pu rajouter "Que les bons à rien socialo-communistes..."
Vous avez raison de faire confiance à Pécresse, vos espoirs seront sans doute dans le futur à la hauteur de vos désillusions.
Réponse de le 21/02/2016 à 14:07 :
@valbel89 Que ce soit une gouvernance de gauche ou une gouvernance de droite, les Francais sont assez rapides à se désillusionner. En fait, ce sont des zappeurs qui ne savent pas trop ce qu'ils veulent et qui sont par principe contre. Le monde autour de nous change rapidement et nous nous restons dans notre bourbier alors que des tas d'experts nous disent précisément ce qu'il faut faire pour en sortir. Mais voilà, on a un problème avec le faire !!!
a écrit le 19/02/2016 à 15:32 :
La qualité plutôt que la quantité . Laissons à la gauche la lie , ce miel à bobos étatiques !
a écrit le 19/02/2016 à 15:20 :
Oué, de toute manière, les propositions de la droite sont rejetées systématiquement par la gauche et celles de la gauche par la droite :-). L'objectif unique des politiques de tous bords étant d'éliminer l'autre pour se gaver des fonds publics :-)
Réponse de le 20/02/2016 à 16:08 :
Je suis malheureusement obligé d'être d'accord avec vous.
a écrit le 19/02/2016 à 14:39 :
empêcher les entreprises de quitter l'ile de france ? Mais grâce aux nouvelles technologies toutes les directions régionnales concentre leurs services de sièges sociaux sur Paris, là où vous aviez dans une multinationnale 5 région et un siège nationnale, qui donnait 6 services locaux, soit au moins 6 cadre et du personnel local, tout est envoyé et centralisé sur Paris et il n'y a même pas besoin de muter les personnels locaux sur l'IdF, car avec la robotisation il n'y a même plus besoin d'eux....
a écrit le 19/02/2016 à 14:02 :
Pour éviter la crainte des socialistes, ils devraient demander à Mme Myriam El Khomri ce qu'elle en pense ?
a écrit le 19/02/2016 à 13:57 :
Quand on a peur de tout, on ne fait plus rien ! C'est malheureusement ce qui caractérise une grande partie des Politiques de nos jours et que traduit l'insertion du Principe de précaution dans la Constitution.
a écrit le 19/02/2016 à 13:40 :
La gauche préfère sans doute les effets discriminatoires pour 6 millions de chômeurs de sa politique d'immobilité inepte. Venant de fonctionnaires bien au chaud dans leur statut, on peut comprendre, mais on n'admet pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :