JO : Paris 2024 proposera des constructions sportives rationnelles

 |   |  632  mots
La Fédération française de rugby vient de se porter candidate à l'organisation de la Coupe du monde de rugby de 2023. L'attribution sera décidée en mai 2017. La FFR n'a bien sûr aucune envie de jouer cette Coupe au Stade de France.
La Fédération française de rugby vient de se porter candidate à l'organisation de la Coupe du monde de rugby de 2023. L'attribution sera décidée en mai 2017. La FFR n'a bien sûr aucune envie de jouer cette Coupe au Stade de France. (Crédits : reuters.com)
Relativement peu chères et en partie transformables, telles seront les installations construites pour les JO. Un perdant possible : le Grand Stade d'Évry, surtout si la France n'obtient pas aussi la Coupe du monde de rugby de 2023.

D'un côté Le Bourget et le parc départemental Georges-Valbon, anciennement appelé parc de La Courneuve. De l'autre Saint-Denis et le Stade de France. Pour implanter le village olympique, le village des médias et le centre des médias, ce sont, depuis des mois, les deux options possibles.

Le parc des expositions de Villepinte, envisagé par Bernard Lapasset pour implanter le centre des médias a en effet été vite abandonné : trop éloigné. Le parc Georges-Valbon aurait pu en revanche être un lieu idéal pour le village olympique si le « Central Park » proposé par Roland Castro avait été mis en chantier. Le comité de candidature aimait bien l'idée, mais Manuel Valls a finalement été convaincu que la priorité n'était pas de construire des logements à La Courneuve.

Exit le Central Park ! Exit le village olympique !

Le Bourget/ La Courneuve ne pouvant pas tout perdre, les deux communes auront le village des médias, parfaitement dimensionné pour des logements d'un millier de personnes. Le centre des médias, qui accueillera 30.000 journalistes, sera construit à côté puis démonté. Sauf si la Seine-Saint-Denis trouve, pour une partie des installations, une utilisation (pépinières, incubateurs, travail collaboratif...) en liaison avec le pôle d'activités de l'aéronautique du Bourget.

Le choix de Saint-Denis pour le village olympique risque en tout cas de faire un heureux inattendu, le consortium qui gère le Stade de France jusqu'en 2030, et un malheureux inattendu, Manuel Valls et le Grand Stade de rugby, à Évry.

Le consortium Vinci-Bouygues a perdu la subvention de l'État et est menacé de perdre l'équipe de France de rugby et la finale du Top 14. Mal en point, il râle également parce que la France va y organiser l'Euro 2016.

Il demande des compensations financières et souhaite renégocier la convention le liant à l'État. Il risque d'attendre jusqu'en septembre 2017, date du choix du CIO pour 2024.

Une situation compliquée

Si Paris a les Jeux, le consortium passera un nouvel accord avec l'État. Si Paris n'a pas les Jeux, il n'y aura probablement pas de renégociation. Et là, pour éviter de gros problèmes financiers, le Stade de France devra trouver un club résident.

La Fédération française de rugby vient de se porter candidate à l'organisation de la Coupe du monde de rugby de 2023. L'attribution sera décidée en mai 2017. La FFR n'a bien sûr aucune envie de jouer cette Coupe au Stade de France.

Du coup, un peu tiraillé, Manuel Valls a demandé que personne ne contrarie le consortium et que personne ne soutienne le futur stade d'Évry. Après tout, ce stade n'a pas été commandé par l'État, contrairement à celui de Saint-Denis. Or, le stade d'Évry, déjà très cher, ne pourra fonctionner sans les collectivités pour financer les infrastructures routières et de transport.

La piscine, qui sera construite à Aubervilliers/Saint-Denis, fait partie de ces installations qui, comme les patinoires, ne seront jamais rentables. Elle sera en revanche un peu moins déficitaire que prévu, car elle a été divisée en deux : le water-polo à Marville, la natation à Aubervilliers. Le tout est démontable et adaptable, avec une partie définitive et une autre provisoire.

Pour l'exploitation post-2024, le financement se fera avec la mairie de Paris et la Région, le tramway allant de toute façon mettre la piscine à quelques encablures de Paris.

______

>>> VIDEO Intervention liminaire de Claude Bartolone lors du Hub du Grand Paris, un évènement La Tribune

>>> DEBAT JO 2024 : quels leviers pour accélérer le Grand Paris ?

Pour en débattre, Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale ;  Pascal Chabot, membre du Directoire, Caisse d'Epargne et Christian Saint-Etienne, économiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2015 à 4:53 :
Peu cher, ceci sent déjà le dérapage financier non contrôlé. Nos politiques sont très doués dans ce domaine.
Pourquoi à tous prix construire des trucs inutiles pour les Jeux du Cirque du dopage.
A longueur de journée on nous culpabilise sur la surconsommation des matières premières et du pétrole. Que de gaspillage pour un bidule inutile alors que les français sont mal logé, isolé. Ils ont peu de transport en commun. Nous avons dû mal à vivre tous ensemble. Devons-nous Nous sacrifier financièrement pour la noblesse sportive et politique?
Construisons des logements BBC , isolons les gouffres énergétiques, formons pour l'avenir.
Que le sport professionnel se finance sans argent public. Arretons les gouffres économiques sans fonds. Demandons un référendum à nos "très chers élus" sur ce sujet. Le peuple souverain doit pouvoir choisir ce qu'il a envie de financer. Et non pas de subir le choix du Roi et de sa cour royale.
a écrit le 20/09/2015 à 15:54 :
Est-ce-qu'ils seront retransmit sur une chaine de la TNT???
Aujourd'hui l'équipe de France de basket qui disputait ( avec succès) la troisième place des championnats d'Europe n'a bénéficié d'aucune rediffusion sur les chaines de la TNT.
Tu veux voir l'équipe de France tu payes une chaine privée. Pour la TNT avec la redevance et la Pub ont n'a droit qu'à des feuilletons plus débiles les uns que les autres.
a écrit le 20/09/2015 à 10:44 :
Pour les JO c'est NON !!!!!!!!!!! On a pas de fric pou ça !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :