Le Grand Paris, terre d'inégalités

 |   |  999  mots
Au sein de la métropole du Grand Paris, de fortes inégalités existent notamment entre l'ouest et le nord.
Au sein de la métropole du Grand Paris, de fortes inégalités existent notamment entre l'ouest et le nord. (Crédits : Décideurs en région)
Encore embryonnaire, la mise en place de la métropole du Grand Paris pourrait être un motif d'espoir pour les territoires les plus défavorisés de l'agglomération en quête de convergence avec les zones les plus riches.

La mise en place de la métropole du Grand Paris (MGP) ce premier janvier 2016 ne déchaine pas les passions. Et pour cause, les différents débats législatifs autour de sa création ont beaucoup déçu. Il était en effet espéré que la métropole-capitale se dote de compétences uniques et de moyens financiers consistants pour assurer son développement en même temps qu'une péréquation économique et sociale en son sein. Mais rien de tout cela ne devrait être effectif avant les années 2020.

Une nouvelle strate au millefeuille administratif ?

La métropole du Grand Paris est pour l'instant perçue comme une nouvelle strate s'ajoutant au millefeuille administratif francilien, déjà peu lisible jusqu'ici. Pour la gouverner, il sera en effet créé une assemblée dédiée composée de 209 élus. Elle regroupera aussi douze intercommunalités, sans suppression des départements. Et il a été garanti aux communes du Grand Paris qu'elles ne perdraient pas leurs principaux prérequis...

La pertinence de son périmètre est également questionnée. Il se limite aux départements de la petite couronne d'Île-de-France (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) et regroupe 7 millions d'habitants sur un total de 12 millions dans la région. Il oublie par ailleurs le pôle universitaire de Saclay et l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

Promouvoir le développement économique durable et solidaire

L'agglomération capitale s'est tout de même définie une mission dans l'article 1 de la loi de 2010 relative à la création du Grand Paris : « faire du Grand Paris un projet urbain, social et économique d'intérêt national (...) qui promeut le développement économique durable, solidaire et créateur d'emplois de la région capitale ». Ainsi, la réduction des disparités territoriales à l'intérieur de la métropole sera déjà l'un des grands défis du Grand Paris.

D'autant que celles-ci sont tout à fait singulières. En excluant Paris intramuros, les inégalités entre les 11 autres intercommunalités de la métropole sont en effet très fortes. Les taux de chômage divergent fortement entre les communes situées à l'ouest et au nord de la capitale. Les intercommunalités de La Défense, qui comprend notamment les communes de Neuilly-sur-Seine et de Levallois-Perret, et de Grand Paris Seine Ouest (Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, etc.) ont des taux de chômage inférieurs à la moyenne nationale, à respectivement 9,8 % et 8,7 %, selon l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur).

A quelques kilomètres de là, des intercommunalités situées en Seine-Saint-Denis comme Plaine Commune (Saint Denis, Aubervilliers, Villetaneuse, etc.), Territoires des aéroports (Sevran, Aulnay-sous-Bois, Le Bourget, etc.) et Est Ensemble (Montreuil, Bobigny, Pantin, etc.) présentent des taux de chômage de respectivement 22,1 %, 18,3 %, et 18,6 % ! toujours selon les chiffres de l'Apur.

Des départements très jeunes

Encore plus préoccupant, ces territoires les plus défavorisés sont également les plus jeunes de l'agglomération : la part des moins de 20 ans dans la population est ainsi de 29,8 % au sein de Plaine Commune et de 29,9 % à Territoire des aéroports. Pour la seule Plaine Commune, il y a même 3,2 fois plus de jeunes de moins de 20 ans que de personnes âgées de plus de 65 ans. A titre de comparaison, Grand Paris Seine Ouest (GPSO) ne possède qu'1,6 fois plus de moins de 20 ans que de plus de 65 ans.

Au nord et à l'est de Paris, la part de la population étrangère est aussi la plus importante : 29,5 % à Plaine Commune, 20,2 % à Territoire des aéroports, 21,2 % à Est Ensemble, contre moins de 10 % pour GPSO et 11 % pour La Défense ; la part des cadres est la plus basse (9,5 % pour Plaine Commune et 9,6 % pour Territoire des aéroports, contre 43,5 % pour GPSO et 40,8 % pour La Défense) ; la part des employés ouvriers est la plus forte (65,8 % pour Plaine Commune contre 26,8 % pour GPSO ), et la part de locataires HLM est la plus grande (40,2 % pour Plaine Commune contre 16,9 % pour GPSO).

Faire de la convergence entre intercommunalités

Ce n'est pas nouveau, la Seine-Saint-Denis concentre toutes les caractéristiques d'une situation tendue que la métropole va devoir prendre en compte. Certes, une éventuelle convergence économique au sein du Grand Paris, sans expulser les habitants les plus pauvres, sera longue et difficile à obtenir car les réputations des différents territoires de la première couronne, riches et pauvres, sont profondément ancrées dans les mentalités.

Mais en attendant la montée en puissance de la métropole dans les années 2020, certaines intercommunalités essaient d'aller à contre-courant de cette tendance. C'est le cas de Plaine Commune qui accueille déjà à la Plaine Saint-Denis de nombreux bureaux d'entreprises, même si leur impact sur l'emploi des populations locales ne s'est pour l'instant par encore significativement fait ressentir.

Les projets de Plaine Commune

Plaine Commune est très active sur le terrain de l'aménagement, sa principale compétence. Son taux de construction de logements -le rapport entre le nombre de logements commencés entre 2004 et 2013 et le nombre total de logements en 2012 - est de loin le plus important de la métropole (14,5 %), selon l'Apur.

Présidée par Patrick Braouezec, ancien maire communiste de Saint-Denis, l'intercommunalité pilote 14 opérations d'aménagements rassemblant au total 2,5 millions de m² de programmes immobiliers et 755.000 m² de nouveaux espaces publics, le tout représentant un milliard d'euros d'investissement. Par le biais d'opérations d'intérêt national (OIN) et de contrats de développement territoriaux (CDT), l'intercommunalité est aussi soutenue par l'État. Et elle devrait en outre accueillir le village olympique en 2024 si Paris est désignée ville organisatrice.

Comme Plaine Commune, les intercommunalités regroupant les communes les plus pauvres de la première couronne tentent de gagner en attractivité pour faire baisser le chômage. Mais la tâche est ardue. Pourront-elles compter sur un métropole forte ? On ne le sait pas encore. Mais il ne faudra peut-être pas avoir d'attentes démesurées quant à son rôle futur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2016 à 10:08 :
la non volonte politique on parle du "grand Paris" depuis quelques annee mais nos politicare cumulare ne sont pas d'accord chacun veux tirer la couverture a lui et rien ne se passe en dehor de versement d'indemnites pour des etudes qui ne servent a rien
nouveau serpent de mer qui n'avance pas on discute pour rien mais on ne prend pas de decisions pour cela la France est championne peut etre que dans 30 ans on aura un resultat
a écrit le 31/12/2015 à 17:02 :
" Des millions de franciliens confrontés à la crise et à la précarité, serfs modernes d'un club de vieux mâles, blancs, septuagénaires, cumulards ...qui pilotent les grandes mutations métropolitaines de l'ère post-industrielle ...promouvant un impitoyable darwinisme territorial ...vecteur d'un apartheid qui augure de l'inéluctable retour de l'émeute " . http://blog.mondediplo.net/2015-05-12-Les-ames-mortes-du-Grand-Paris.
a écrit le 31/12/2015 à 11:45 :
IdF recherche entreprises!!! article de M.Thepot
Eh oui,avec la création du grand Paris,qui va recevoir les taxes entreprises,dont on ne connait pas la répartition,comment faire un plan de financement cohérent????
Car il n'est pas dit que les communes vont revoir leurs propres taxes,comme en 93 ou 95 Val-d’Oise,lesquelles sont démentes!!!et les CCi impuissantes,à contrer ces dérives;
Bonne fin d'année.
a écrit le 31/12/2015 à 9:33 :
Il n'y a aucune justification ni en Ile de France ni ailleurs à maintenir un échelon intermédiaire entre l'intercommunalité et la région. Il faut simplement supprimer le département en recentralisant le social qui est totalement peréqué en France et en déléguant clairement aux régions la gestion de l'enseignement secondaire et l'entretien des routes
a écrit le 30/12/2015 à 23:55 :
Une couche de plus pour mieux bloquer les projets.
a écrit le 30/12/2015 à 22:00 :
Le "Grand Paris" ne sera-t-il qu'une mégapole inutile , traversée par des zombies désargentés, si les paramètres de l'économie se transforment avec toujours plus de chômeurs. L'arrivée des robots en tous genres permettant de se passer de la main d'oeuvre même très qualifiée.
Le Grand à Paris, le désert à l'intérieur et le désert autour, belle perspective de nos "penseurs".
Ce qui m'impressionne actuellement, c'est l'indigence intellectuelle de nos gouvernants, ils manquent de cultures transversales, et ne faire que de la politique, cela les stérilises.
a écrit le 30/12/2015 à 18:53 :
Dans les villages, dans les sous-préfectures et dans les métropoles (même en Suède, le fameux paradis socialiste !) il y a toujours eu des beaux quartiers et des ...moins beaux. A Paris, les beaux quartiers se sont étendus, donc les moins riches doivent aller au travail en train. Au moins, ils ont des trains largement subventionnés ; les Grisettes qui habitaient Belleville et Ménilmontant n'avaient que des bus hippomobiles qu'elle n'avaient pas les moyens de se payer tous les jours. Faut-il se lamenter parce qu'il y a de plus en plus de riches ? Oui évidemment, quand on se dit l'ennemi des riches, mais c'est un point de vue (et un fonds de commerce) qui n'est pas celui de tout le monde. Vouloir l'égalité, ça aboutit forcément au nivellement par le bas ... pour les citoyens, pas pour les princes qui gouvernent !
Réponse de le 31/12/2015 à 7:01 :
Les beaux quartiers se sont étendus ? Oui mais c'est normal car la population française a augmenté en 100 ans...Et vous oubliez que les quartiers populaires se sont encore plus étendus, et toute la région parisienne est pleine de gens maintenant, alors que c'était des champs de blé et des forets et des bois, auparavant. Alors ce qui s'est le plus étendu, c'est bien évidément la pauvreté, meme si comparativement à 1900, ce n'est plus le meme standard, mais en parallèle la richesse des riches a explosé et est devenu incroyable...
a écrit le 30/12/2015 à 16:00 :
Le Grand Paris!!!!
Dans l'article,la verrue Argenteuil Val d'Oise,rattachée au T5 du grand paris,n'est pas cité!!!
Pourtant,cette ville surendettée,avec chômage comparable au 93,qui n'a pour revenu que les allocs et autres aides financières d'Etat,qui ne possède aucun immobilier aux normes Écolo,un réseau routier embouteillé ,inextricable par moment,se trouve groupé avec des villes du 92,dont Gennevilliers,laquelle conteste déjà,ce rajout,qu'il va falloir prendre financièrement en charge,mais aussi son personnel communal pléthorique!!!!!
Alors,Commune,Conseil général du 95,Préfecture,T5,puis Gd Paris,Région, qui finalement va décider du traitement de cette ville????Et surtout comment remettre à niveau une structure qui depuis le début 20eme siècle est en torpeur!!!!
a écrit le 30/12/2015 à 13:03 :
Relancer une métropole vieillissante et largement dépassée par celles de nombre de pays, voilà le vrai défi du "Grand Paris". Quand on fait passer au second plan croissance, développement et qualité de vie pour donner la priorité à la lutte contre "les inégalités", on récolte des déficits, des impôts, des dettes, du chômage et des ghettos. Il y a longtemps que Paris n'est plus la "reine du monde" : on sait pourquoi ! Pour tirer un train, il faut une locomotive, pas un wagon hôpital, couchette ou musée.
a écrit le 30/12/2015 à 13:00 :
Cela fait bientôt 70 ans que la gôoooche nous serine le refrain des inégalités, la Dette est au plus haut historique, la fiscalité aussi, la redistribution également, et il y a toujours plus de pauvres et d'inégalités. C'est à croire qu'ils les fabriquent pour exister, en tout cas cela prouve qu'ils ne servent à rien et que leurs idées ne fonctionnent pas..
a écrit le 30/12/2015 à 12:54 :
Une couche administrative en plus...
a écrit le 30/12/2015 à 11:44 :
C'est une nouvelle couche administrative en +. Regardez bien votre avis d'imposition, il y figure un impôt pour le GRAND PARIS.
a écrit le 30/12/2015 à 11:44 :
C'est une nouvelle couche administrative en +. Regardez bien votre avis d'imposition, il y figure un impôt pour le GRAND PARIS.
a écrit le 30/12/2015 à 10:53 :
Encore une couche administrative de plus qui va provoquer de nouvelles hausses des
impôts locaux.
a écrit le 30/12/2015 à 10:38 :
Pour ce qui pensent que l'argent va aller dans le sens des plus riches vers les plus pauvres, je peux leur confirmer qu'ils font une erreur de polarité et que la richesse continuera à circuler des plus pauvres vers les plus riches. Loi du ion qui finit phoniquement comme pognon !
a écrit le 30/12/2015 à 9:27 :
Les socialistes parisiens genre hidalgo
Qui prône le partage et tous les blabla de gauche ne sont pas pret à partager avec les gueux de la banlieue

La logique voudrait le meme impôt local sur toute la région parisienne

Ça me fait bien rires
Les socialistes sont tout sauf proche du peuple et des travailleurs il suffit de voir les élections

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :