La Tribune

Handicap : Equiphoria se met dans les pas du cheval thérapeute

Equiphoria a reçu le grand prix Objectif-LR et le prix « Coup de Pousse » de  la Région Languedoc-Roussillon qui  distingue les entreprises les plus innovantes. © DR
Equiphoria a reçu le grand prix Objectif-LR et le prix « Coup de Pousse » de la Région Languedoc-Roussillon qui distingue les entreprises les plus innovantes. © DR (Crédits : dr)
Christian Goutorbe, à Montpellier, Objectif Languedoc-Roussillon  |   -  371  mots
La société associe étroitement les médecins, les psychiatres et les kinésithérapeutes aux chevaux afin d'exploiter les meilleurs moments de complicité entre les patients et leur monture. Des patients souffrant d'autisme ou d'un handicap physique.

Au domaine de Combo Besso à La Canourgue (Lozère), les dix chevaux de labeur sont de parfaits acteurs thérapeutiques pour soigner et faire progresser des handicapés. C'est le royaume d'Equiphoria, la société fondée par Hélène Viruega elle-même thérapeute et Erik Bogros, issu du monde de la banque. En 2012, ils ont posé leurs valises, leur idée fixe et leurs premiers chevaux sur les hauteurs de la vallée du Lot, dans un ancien centre national d'activités équestres. Dans un département de Lozère qui compte 5 000 places pour des adultes handicapés.
Depuis, ils collectionnent les succès et les preuves de reconnaissance. Equiphoria a reçu le grand prix Objectif-LR et le prix « Coup de Pousse » de la Région Languedoc-Roussillon qui distingue les entreprises les plus innovantes. Mieux encore, Equiphoria est devenue le partenaire associatif unique du « Saut Hermès », le grand concours hippique annuel organisé par la marque de luxe au Grand Palais à Paris. « Nous n'avons rien demandé. La famille Hermès a été très touchée par la nature de notre projet », commente Hélène Viruega, alors que les premières réussites thérapeutiques étaient déjà enregistrées à Equiphoria.

Une cinquantaine de patients par semaine

« J'ai dix ans d'expérience dans ce domaine aux Etats-Unis. Et ça marche. Il nous faut adopter ces nouvelles méthodes en Europe. Ici, les progrès réalisés par les handicapés qui nous sont confiés sont très encourageants » souligne-t-elle. A Equiphoria, les chevaux travaillent en étroite collaboration avec des médecins, des psychiatres et des kinésithérapeutes pour exploiter les meilleurs moments de complicité entre le patient et sa monture.
En ce printemps 2013, Equiphoria reçoit, en moyenne chaque semaine, une cinquantaine de patients, essentiellement des autistes et des handicapés physiques qui découvrent ainsi de nouvelles sensations, souvent inédites pour eux. En 2014, les deux fondateurs d'Equiphoria espèrent doubler l'activité et la cavalerie pour la porter à une vingtaine de montures. Les travaux de l'institut de La Canourgue sont suivis par des scientifiques afin d'attribuer le label cheval thérapeute, une juste reconnaissance pour le couple. Et leur enthousiasme inaltérable.
 

Réagir