La Tribune

Alimentation du futur : Nutrition et Santé parie sur le végétal

Didier Suberbielle, président du directoire de Nutrition et Santé,veut faire découvrir aux consommateurs de nouvelles recettes où la viande est remplacée par du soja, afin qu'ils adoptent de meilleures habitudes alimentaires pour leur santé. © photo Rémi Benoit
Didier Suberbielle, président du directoire de Nutrition et Santé,veut faire découvrir aux consommateurs de nouvelles recettes où la viande est remplacée par du soja, afin qu'ils adoptent de meilleures habitudes alimentaires pour leur santé. © photo Rémi Benoit (Crédits : Remi Benoit)
Propos recueillis par Hugues-Olivier Dumez, à Toulouse, Objectif News  |   -  363  mots
Produits innovants et circuits de distribution plus sûrs: lassés des crises alimentaires successives, les consommateurs plébiscitent une alimentation plus saine. En Midi-Pyrénées, beaucoup d'entreprises font le choix de l'innovation pour répondre à la demande, comme le montre le dossier « Toulouse, comment se prépare l'alimentation du futur » que vient de publier le magazine Objectif News (*). Basé à Revel, le groupe Nutrition et Santé (1 200 salariés, 320 millions d'euros de chiffre d'affaires) est devenu l'un des leaders européens du marché de la diététique. Didier Suberbielle, le président du directoire, revient sur la stratégie du groupe portée par la commercialisation de produits à base de soja ou sans gluten. Interview.

Nutrition et Santé s'est orienté depuis quarante ans dans l'alimentation végétale. Pourquoi ?

Nous partons d'un constat simple : ce que nous mangeons a une incidence sur notre santé. Le productivisme dans l'agroalimentaire a été privilégié au détriment du bien-être et de la nature. L'intensification de l'élevage industriel le démontre. Plusieurs raisons nous incitent à privilégier l'alimentation végétale plutôt qu'animale. D'une part, l'excès de protéine animale n'est pas bénéfique pour la santé humaine. D'autre part, sur le plan environnemental, produire 1 kg de protéine de soja consomme 5 fois moins d'eau, 15 fois moins de superficie agricole et émet 10 fois moins de CO2 que de produire 1 kg de protéine de viande de b?uf.

Chili con soja, galette végétale, couscous au soja... Vous renforcez votre position de leader français de produit à base de soja ?

Notre ambition est de faire découvrir aux consommateurs de nouvelles recettes en remplaçant la viande par du soja. Ils modifieront ainsi leurs habitudes alimentaires. Nous sommes présents avec la marque Soy dans les magasins bio et la marque Céréal bio en grande surface. Notre force réside dans la mise en place d'une filière contrôlée autour de 250 producteurs du Sud-Ouest, ce qui garantit du soja sans OGM et un prix équitable pour soutenir les producteurs locaux.

Vous avez fait l'acquisition début janvier de la marque de produits sans gluten Valpiform. S'agit-il d'un nouvel axe de développement ?

Les intolérances et allergies au gluten sont fréquemment diagnostiquées. Mais peu de produits existent pour répondre aux besoins des consommateurs concernés. Pis, le pain est même plus riche en gluten qu'auparavant. C'est pourquoi nous avons lancé la marque Gerblé sans gluten. L'acquisition en janvier de la société Valpiform, spécialiste des produits sans gluten, nous positionne aujourd'hui comme les leaders dans ce domaine. Il s'agit d'un enjeu de santé. La pratique de ce régime alimentaire par des sportifs de haut niveau tel le tennisman Novak Djokovic en témoigne !

(*) Objectif News (n°27 mai-juin 2013) « Toulouse, comment se prépare l'alimentation du futur »
 

Réagir

Commentaires

PEPPER  a écrit le 03/05/2013 à 18:03 :

+ 1000 POUR LE VEGETAL