Textiles techniques : Tibtech confrontée à la frilosité des industriels

 |   |  436  mots
La PME recherche des partenaires pour exploiter ses produits textiles à haute valeur ajoutée © DR
La PME recherche des partenaires pour exploiter ses produits textiles à haute valeur ajoutée © DR (Crédits : DR)
Ses structures textiles constituées de fils conducteurs de chaleur optimisent la fabrication des matériaux composites. Mais pour cela il faut refondre les process de production. Conséquence : la PME peine aujourd'hui à trouver les industriels prêts à franchir le pas. Elle va donc prospecter au Canada.

A n'en pas douter, Tibtech a une longueur d'avance. La jeune société basée à Bondues (Nord) a mis au point une technologie (brevetée) de tricotage de fibres textiles en alliage métallique (par exemple en inox) ou conductrices. Ainsi, par exemple, la toile de trempe Tibtremp® qu'elle a conçue permet à Saint-Gobain de fabriquer des pare-brises de grande qualité, à faible rayon de courbure et du verre de faible épaisseur.
« Cette application tourne bien et conforte notre image d'expert des textiles conducteurs d'énergie. Mais notre avenir repose avant tout sur le développement de nos solutions dédiées à la production de produits en composites à destination du médical, de l'aéronautique et de l'automobile », explique Guillaume Tiberghien. Selon le créateur de Tibtech, plusieurs industriels ont déjà testé ses textiles avec succès. Pourtant, constate-t-il, « nous n'en avons encore trouvé aucun prêt à franchir le pas, car l'utilisation de nos poches chauffantes entraînerait une refonte complète de leurs méthodes de production ». C'est pourquoi Guillaume Tiberghien recherche « activement des partenaires industriels avec qui passer à la vitesse supérieure ». Il est d'ailleurs en partance pour le Canada où il a trouvé des applications à ses poches chauffantes.

De 3 à 5 ans pour faire aboutir un projet

En cours de validation en France au sein de grands groupes industriels, plusieurs de ses produits textiles pourraient donner lieu à des applications industrielles à grande échelle. Mais dans ces métiers, il faut souvent attendre 3 à 5 ans, voire 10 ans dans l'aéronautique, pour voir aboutir son projet. Créer une activité industrielle basée sur une nouvelle technologie semble demander donc plus que de la persévérance : de la passion et de la ténacité.
Opérationnelle depuis 2008, la société dispose dans la banlieue lilloise d'un centre de recherche appliquée et de prototypage. Elle travaille en amont avec plusieurs entreprises spécialisées dans le textile technique comme Duflot Industrie et Union Textile de Tourcoing. En 2011, l'investisseur Nord Création y injectait 70 000 euros en fonds propres et Nord Financement lui garantissait l'achat de deux machines en crédit bail à hauteur de 50 % de 69 000 euros. « Dès que nous aurons trouvé les industriels avec qui créer des filiales dans les différentes activités où nos produits textiles ont de l'avenir, nous procèderons sans doute à d'autres levées de fonds », avance Guillaume Tiberghien.
Aujourd'hui, avec trois salariés à temps plein et des stagiaires, Tibtech génère 600 000 euros d'activité et vise le million d'euros de chiffre d'affaires dans les deux ans à venir. D'ici là, elle espère avoir trouvé au moins un partenaire industriel avec qui s'associer.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :