Clinitex joue sur le bonheur

 |   |  276  mots
(Crédits : DR)
C'est en rendant ses salariés heureux que l'entreprise de nettoyage Clinitex rend ses clients satisfaits et réussit à se développer sur un marché français morcelé et dominé par de grands groupes.

Il y a trente-cinq ans Thierry Pick, le dirigeant fondateur de Clinitex, était seul à son compte comme laveur de carreaux. Aujourd'hui son entreprise est une des plus grosses au nord de Paris, dans le secteur du nettoyage sur un marché morcelé et dominé par de grands groupes. Plus de 3 500 clients sont abonnés à ses services. Clinitex s'est agrandi au fil de l'eau grâce à la qualité de ses prestations.

« Le métier de la propreté ne repose pas sur un savoir-faire technique mais sur un bon comportement de ceux qui l'exercent. S'ils sont heureux dans leur travail, nos salariés auront plaisir à satisfaire nos clients. Assurer le bonheur de nos agents de propreté est le meilleur levier que je connaisse pour assurer notre réussite », explique Thierry Pick.

L'homme n'a pas cherché à développer son entreprise à tout prix. Selon lui, accroître ses activités de 10 % par an n'est déjà pas simple. Il faut adapter son organisation, son management, sa gestion financière et ses équipes commerciales en conséquence.

« Aller plus vite aurait nécessité de faire appel à un savoir-faire que je n'ai pas », précise-t-il.

À 58 ans, son objectif est de transmettre à ses deux fils une entreprise saine financièrement. Après leurs études supérieures en école de commerce, ils ont intégré Clinitex. Édouard, le plus âgé, est directeur des opérations. Charles, son cadet, est responsable commercial. Ils ont vocation à reprendre l'entreprise de leur père d'ici sept ans.

« Je pense qu'ils auront à cœur d'en faire un groupe de dimension nationale », avance Thierry Pick. Et pourquoi pas de le hisser dans le top 5 des spécialistes français du nettoyage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :