A Roubaix, OVH veut son campus... et vite !

 |   |  727  mots
OVH investit chaque année 130 millions d'euros dans le monde.
OVH investit chaque année 130 millions d'euros dans le monde. (Crédits : DR)
Le leader européen de l’hébergement est prêt à lancer son campus sur une partie d’une friche industrielle attenante à son siège roubaisien. Il en a rapidement besoin pour continuer à exister face à ses gros concurrents que sont Amazon et Google. Mais le projet doit encore attendre l’aval des services publics.

Invité ce mercredi 28 janvier à parler de son projet de campus à la mairie de Roubaix devant un parterre d'une centaine d'entreprises et d'artisans présents à un déjeuner économique organisé par le maire Guillaume Delbar, le président d'OVH, Henryk Klaba, a une nouvelle fois fustigé l'administration française.

« J'ai le projet de construire à  Roubaix près de notre siège un campus très moderne qui accueillera plus de 1500 personnes de très haut niveau. Il y aura sur ce campus de la recherche, des laboratoires d'essai et même un incubateur. De notre côté, tout est prêt. Mais rien n'avance. Les lourdeurs administratives nous empêchent de démarrer. Je m'en fous des procédures. Mes concurrents sont de très grosses entreprises internationales comme Amazon et Google. Je ne peux pas prendre mon temps. Il me faut aller très vite », se plaint le président d'OVH.

 Le plus grand centre de données d'Europe

Il faut dire que l'histoire remonte à plus de cinq ans. A l'époque, le leader européen de sites web envisageait d'implanter un nouveau datacenter à Roubaix sur la friche Socochim qui jouxte son siège. L'occasion d'étendre son implantation dans la ville qui a vu naitre son entreprise. Mais face à la pollution du terrain et aux lourdeurs administratives, il abandonne son projet et part construire son équipement à Gravelines. D'une capacité de plus de 350 000 serveurs, c'est le plus gros centre de données d'Europe.

« Nous avions pourtant payé à l'époque une société spécialisée dans la dépollution pour qu'elle analyse les sols. La dépollution avait alors été estimé à 1 million d'euros. Nous étions prêts. Mais il a fallu attendre et maintenant les normes ont changé. Il faut tout recommencer » s'indigne Henryk Klaba.

Un dialogue difficile avec les collectivités

Depuis la mairie de Roubaix a changé de main. Guillaume Delbar s'est arrangé pour réduire le circuit administratif en permettant à OVH de traiter en direct avec l'Etablissement Public Foncier du Nord-Pas-de-Calais sans avoir à passer par la communauté urbaine de Lille. Que le nouveau maire de Roubaix soit troisième vice président à la MEL (Métropole Européene de Lille) a sans doute aidé.

« Je vous comprends. J'ai fait ce qui était en mon pouvoir pour lever les verrous. C'est le premier dossier dont je me suis occupé dès ma prise de fonction à la métropole. J'ai aussi proposé qu'on puisse tenir des réunions de crise si nécessaire », a tenu à préciser Guillaume Delbar.

 Pour Henrik Klaba, cela ne suffit pas. Son projet est très ambitieux :

« Il faudrait aller plus loin et organiser aussi des réunions avec les maires de communes autour de Roubaix. Car pour attirer les meilleurs talents sur notre campus nous avons besoin d'un environnement capable de les accueillir. Il faut créer un quartier autour du campus avec des logements, des commerces, des coiffeurs et un hôtel »

Un campus et des millions d'investissements

A Roubaix, OVH exploite déjà cinq datacenters. En août 2014, l'entreprise a ouvert son Training Center, un centre de formation dédié à la transmission en interne des savoirs sur des technologies en perpétuelle évolution. Ce centre de formation accueille déjà 25 personnes toutes les 3 semaines. Entre 400 et 800 serveurs sont fabriqués chaque jour sur le site de Roubaix. OVH est le plus grand client de Cisco en France.

Pour son campus, l'entreprise est prête à investir près de 40 millions d'euros.

 « Nous investissons 130 millions d'euros par an. Cela peut paraître beaucoup mais Amazon investit quant à lui 40 millions d'euros par mois. Il nous manque juste un zéro », ajoute Henryk Klaba.

C'est dire qu'OVH joue dans la cour des grands. Ses concurrents n'ont pas tous à faire face aux mêmes exigences administratives.

Pour le président d'OVH, pas question de prendre de risque en attendant trop longtemps :

« Si le projet traine trop à Roubaix nous irons implanter notre campus à l'étranger. Au Québec, la commune de Montréal a dépensé 100 millions de dollars pour dépolluer un ancien site de Rio Tinto Aluminium. Ils nous l'ont ensuite vendu à 1 dollar symbolique. Nous y avons construit un des plus gros datacenter du monde. Aujourd'hui, la commune nous remercie car nous sommes leur plus gros payeur d'impôts ».

Un argument qui devrait convaincre mais qui pourrait aussi passer pour du chantage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2015 à 22:43 :
Je trouve que cette entreprise en au fait de la situation. L'idée du campus est génial. La surpopulation en entreprises et le marasme intellectuel qui va avec sont légions. On beigne dedans au quotidien y compris sur des fils de discussions du web de la pub...
J'espère sincèrement que cette jeune entreprise saura s'entourer des bonnes personnes et préserver son intégrité.
a écrit le 30/01/2015 à 22:07 :
ah non pas ovh, ils suppriment les comptes sans prévenir et sans raison...et la qualité bof bof...je préfère payer un peu plus et avoir la qualité
Réponse de le 30/01/2015 à 23:50 :
A part ceux qui "oublient" de payer leur renouvellement après plusieurs relances, cela ne doit guère arriver.
a écrit le 30/01/2015 à 17:08 :
Faut dire aussi que bientôt le nombre cumulé de politiques et de fonctionnaires devrait dépasser le nombre de gens qui entreprennent, créent de la valeur ajoutée et.
a écrit le 30/01/2015 à 17:05 :
Dur de s'apercevoir que certains politiques et hauts fonctionnaires font le jeu de multinationales américaines qui échappent à toute fiscalité, ou pratiquement.
Leur médiocrité nous coutent très cher et incite certains à lancer leurs projets à l'étranger.
a écrit le 30/01/2015 à 17:00 :
Lamentable...
La France dans ce qu'elle a de pire même si cela côtoie du très bon...
Vous pouvez essayer tout ce que vous voudrez, rien n'y fera;
Comme disait Clémenceau: " La France est un pays très riche: on y plante des fonctionnaires et il y pousse des règlements et des impôts !"
Et maintenant , avec Bruxelles en plus, c'est pire !!!!!!
a écrit le 30/01/2015 à 13:51 :
Les raffineries ferment en France également
a écrit le 30/01/2015 à 12:02 :
Le mal politico administratif français dans toute sa splendeur! Ou comment flinguer l'économie... Ces technocrates irresponsables et ignorants, mais malheureusement convaincus du contraire, sont les points bloquants de notre société, avec certains fonctionnaires qui abusent de leur petite autorité pour se faire mousser au lieu de lever la tête de leur guidon pour regarder l'avenir, et des politiques à l'ego surdimensionné, qui ne veulent pas voir les réalités en face. Heureusement que parmi eux certains sont clairvoyants... Mais quelle énergie faut-il dépenser pour créer quelque chose en France! A quand le vrai choc de simplification? A la prochaine révolution?
a écrit le 30/01/2015 à 10:00 :
pourvu me cela sorte la france du marasme economique et donne du boulot a nos enfants .Il faut tout faire pour sortir de ce merdier.
a écrit le 30/01/2015 à 9:38 :
OVH fait son petit caprice pour avoir son campus sans aucune synergie disponible à Roubaix. La société ferait mieux d'orienter son développement sur un pôle technologique plutôt que dans un désert technologique. Le chantage à l'impôt n'est pas un argument valable pour justifier un coût pharaonique sur les collectivités locales pour sortir de terre en environnement favorable à son développement dont le retour sur investissement est très hasardeux.
Réponse de le 30/01/2015 à 10:15 :
Ca ne peux que aider roubaix et ces alentours dans son dévellopement, oui c'est un desert mais cela peux avoir un gros effet d'entrainement
Réponse de le 30/01/2015 à 11:35 :
Vous avez entièrement raison. Je vous soutien s à 100% !
Je suggère égalemetn à OVH d'aller s'installer au Luxembourg ou dans le quartier de Shoreditch à Londres. Ils y seront bien accueillis et les élus et les fonctionnaires pourront continuer à ronronner tranquillement et subventionner des trucs comme CloudWatt ...
Bisous
Réponse de le 30/01/2015 à 13:40 :
S'ils font cela je change d'hébergeur, et comme, coopératif, je leur ai apporté plusieurs clients, je passerai alors en mode destructif. Et ca fera son effet auprès de mes amis..........
Réponse de le 30/01/2015 à 14:23 :
OVH n'a pas besoin de vos bons conseils pour réussir!!
Réponse de le 30/01/2015 à 19:37 :
Non !!!
Nos amis de la mairie ont défini un "pôle" !!!! Il faut y aller... cela me rappelle ma belle ville de Rennes... où plus rien ne se passe...
a écrit le 30/01/2015 à 9:15 :
Quand il s'agit d'exempter d’impôts Google ou Amazon, les pouvoirs publics sont beaucoup plus conciliants.
Réponse de le 30/01/2015 à 13:42 :
que les lobbyistes Google et Amazon sont à la manœuvre.
a écrit le 30/01/2015 à 8:31 :
Mettre la pression sur des décideurs n'a rien à voir avec le chantage. Le problème en France vient de l'orgueil des élus et des fonctionnaires qui veulent tout contrôler, encadrer, réguler, règlementer à priori. Rien ne doit se faire sans eux. C'est l'esprit même de la corruption : tu paies pour attendre ou tu ne fais pas.
Réponse de le 30/01/2015 à 11:35 :
+1
a écrit le 30/01/2015 à 8:13 :
Tous fonctionnaires. Mais qui pair à les chargés et impôts...
Réponse de le 30/01/2015 à 9:16 :
Moi pas comprendre...
Réponse de le 25/03/2015 à 23:58 :
Je trouve que cette entreprise en au fait de la situation. L'idée du campus est génial. La surpopulation en entreprises et le marasme intellectuel qui va avec sont légions. On beigne dedans au quotidien y compris sur des fils de discussions du web de la pub...
J'espère sincèrement que cette jeune entreprise saura s'entourer des bonnes personnes et préserver son intégrité

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :