"Corruption", "favoritisme", les soupçons s'accumulent dans l'affaire du Grand Stade de Lille

 |   |  895  mots
Le dossier brûlant du Grand Stade couve pourtant depuis des années. En janvier 2011, Eric Darques, un militant anti-corruption, dépose plainte devant le tribunal administratif de Lille, questionnant la différence de prix entre le gagnant Eiffage et son concurrent pourtant moins disant. Dans son argumentaire, Eric Darques estime qu'un faux rapport a été rédigé pour influer sur la décision des élus de la communauté urbaine.
Le dossier brûlant du Grand Stade couve pourtant depuis des années. En janvier 2011, Eric Darques, un militant anti-corruption, dépose plainte devant le tribunal administratif de Lille, questionnant la différence de prix entre le gagnant Eiffage et son concurrent pourtant moins disant. Dans son argumentaire, Eric Darques estime qu'un faux rapport a été rédigé pour influer sur la décision des élus de la communauté urbaine. (Crédits : Reuters)
Après la mise en examen de Damien Castelain, président de la métropole lilloise, l'affaire du Grand stade de Lille, qui a débuté en 2011, prend de l'ampleur.

C'est un séisme politique. Après la mise en examen mercredi du président de la métropole lilloise Damien Castelain (sans étiquette) pour des faits présumés de délits de favoritisme et corruption, la désormais « affaire du Grand Stade de Lille » prend de l'ampleur.

L'enquête porte sur les conditions d'attribution du marché du Grand Stade de Lille au groupe Eiffage en février 2008. Parmi les trois concurrents en lice, Eiffage, avec une offre chiffrée à 314 millions, était certes moins cher que Vinci (324 millions) mais beaucoup plus que le consortium Norpac-Bouygues, qui, à 268,5 millions, proposait un prix inférieur de 55,5 millions à celui du vainqueur de la compétition.

Inauguré à l'été 2012, ce Grand Stade de Lille (ensuite rebaptisé "Stade Pierre-Mauroy") est le fruit d'un partenariat public-privé entre une filliale du groupe de BTP Eiffage et la Métropole européenne de Lille (MEL,ex-Communauté urbaine de Lille). Le projet avait été développé sous les auspices de Pierre Mauroy (décédé le 7 juin 2013) puis de Martine Aubry, qui se sont succédé à la présidence de la Communauté urbaine de Lille. Jusqu'ici, Martine Aubry n'a encore jamais été entendue dans cette affaire.

En revanche, outre Damien Castelain, qui a succédé à Martine Aubry à la tête de la Métropole européenne de Lille (MEL), cinq autres personnes ont été entendues dans le cadre de l'enquête : Henri Ségard, ancien maire de Comines et élu communautaire dans le même groupe de Damien Castelain ; Alain Létard, ancien cadre d'Eiffage et mari de la vice-présidente du conseil régional et sénatrice Valérie Létard ; Jean-Luc Vergin, ex-directeur régional d'Eiffage Travaux Publics et le gérant d'une société d'études Francis Pick.

Voyage en Hongrie, livraison de pierres bleues...

Les enquêteurs de la police judiciaire s'interrogent sur un voyage en Hongrie financé par Eiffage en août 2010, à l'occasion du Grand Prix de Formule 1 de Budapest. Un voyage auquel auraient participé Damien Castelain et Henri Ségard ainsi que leurs épouses mais aussi Jean-Luc Vergin (Alain Létard et son épouse Valérie ayant renoncé en dernière minute). Henri Ségard doit aussi être interrogé sur un voyage à Zurich en juin 2008, pour le match de l'Euro France-Roumanie, fait en compagnie de Jean-Luc Vergin.

D'autres soupçons sont venus alimenter l'affaire avec la révélation, par La Voix du Nord, de la livraison de pierres bleues du Hainaut pour la réalisation d'une terrasse à Péronne-en-Mélantois, ville où Damien Castelain est maire et où il réside. Valeur de la livraison : 15.000 euros. Serait-ce un autre cadeau d'Eiffage par Alain Létard à Damien Castelain, comme l'a suggéré aux policiers David Roquet ? Cet ancien directeur des Matériaux Enrobés du Nord (filiale du groupe Eiffage située dans le Pas-de-Calais) avait déjà dévoilé le voyage en Hongrie devant la brigade financière.

Rejeter toute la responsabilité sur Martine Aubry ?

En 2008, lors de l'attribution du marché, Henri Ségard et Damien Castelain, alors à la tête d'un groupe d'élus Métropole Passions Communes, avaient en effet pesé de tout leur poids dans les débats pour soutenir Eiffage. Bien sûr, il est fort probable que les deux élus vont rejeter la responsabilité du choix sur Martine Aubry, alors présidente de LMCU et qui a présidé la délibération finale. C'est cet argument qu'avance l'avocate de Damien Castelain : il n'était à l'époque, que vice-président, renvoyant la décision à feu Pierre Mauroy, président de la communauté urbaine à l'époque du début du projet. Mais c'est oublier que Damien Castelain, en tant que vice-président à l'écologie, pouvait donner le feu vert sur d'importants chantiers d'assainissement ainsi que sur la construction de buttes anti-bruit avec les terres déblayées du Grand Stade.

Une épopée judiciaire

Le dossier brûlant du Grand Stade couve pourtant depuis des années. En janvier 2011, Eric Darques, un militant anti-corruption, dépose plainte devant le tribunal administratif de Lille, questionnant cette différence de prix. Dans son argumentaire, Eric Darques estime qu'un faux rapport a été rédigé pour influer sur la décision des élus de la communauté urbaine.

En effet, un premier rapport donnait la meilleure note au groupe Norpac-Bouygues alors qu'un deuxième rapport, daté du jour du vote (anti-daté selon selon Eric Darques) donnait la préférence à Eiffage. Après de multiples rebonds en justice dont une annulation de prescription en cour d'appel, l'enquête est relancée, notamment grâce à une information judiciaire qui se solde en décembre dernier, quelques jours avant Noël, par deux perquisitions pour « corruption active et passive » et « trafic d'influence » chez Jean-Luc Vergin, Alain Létard et au siège des archives du groupe Eiffage à Mont-Saint-Eloi.

Sur le versant politique, Damien Castelain a d'ores et déjà fait savoir qu'il ne démissionnerait pas de son mandat, pour lequel il a été réélu à une écrasante majorité fin 2015 à l'occasion de l'élargissement de la Métropole. Pour autant, dans le contexte d'année électorale de tous les rebondissements, le séisme politique dans la région est bien réel, puisqu'une bonne douzaine d'élus et de vice-présidents seraient cités dans le dossier. Aujourd'hui, tout le monde semble savoir, mais personne ne parle. Jusqu'à quand ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2017 à 11:04 :
Le 1er fevrier 2008, sur le parvis de l'immeuble de la communauté urbaine de Lille nous etions en train de tracter contre ce projet calamiteux. La séance du conseil de communauté devait commencer à 14h. Elle ne commencera que près de 3 heures plus tard. Le pot aux roses fut avoué en seance : le president de LMCU, P Mauroy qui, après nous avoir vanté pendant des mois, tout le bien qu'il pensait du projet Bouygues, le moins cher, choisissait le projet le plus cher càd Eiffage. C'est la VP Sports de LMCU, Mme Demessine ( PC) qui se chargera dans le style ampoulé qu'on lui connaît de presenter ce veritable deni de democratie à ses collègues. En effet, ce jour là, un vieillard, P Mauroy faisait voter - à quelques heures de la fin de son mandat - le contrat de partenariat public privé le plus coûteux ( 30,6 M€ / an pendant 31 ans) sans se préoccuper une seule seconde des degâts que causait cette dette déguisée sur les finances communautaires dejà au plus mal avec les emprunts toxiques signés par ce president dans les années précédentes.
a écrit le 07/04/2017 à 11:01 :
Ca a commencé en 2011, toujours en cours, autrement plus important; mais c'est à gauche, pas un candidat Républicain,. Le Canard est où ?
a écrit le 07/04/2017 à 8:18 :
La grande arnaque des contrats PPP Partenariat Public Privé la plus grande des dettes laissée aux générations futures la plus grande arnaque financière politique qui n'ayant pas les moyens de sa mégalomanie a inventé ce système qui permet de détourner comptablement la gabegie financière. Tous les politiques sont accros à cette nouvelle magouille car il n' y a pas d'autre terme pour désigner ce système. Je note que ce sujet de DETTE future en MILLIARDS n'est pas présentée aux candidats d'ailleurs le grand donneur de leçon sur la dette M. Fillon a été pendant les années 2007/2012 un accroc aux PPP. J'attends également la fin de l'enquête sur le stade de Nice. Bien sur dans toutes ses affaires ont trouve la vieille alliance politique/ btp. Je parie que sur chaque affaire PPP on trouvera une affaire politique de malversation.
a écrit le 07/04/2017 à 0:08 :
Déjà, le partenariat, tout le monde sait que c'est une arnaque, mais, en plus, avec le BTP... Ma femme travaille dedans, je précise...
a écrit le 06/04/2017 à 22:09 :
Il y a une erreur dans votre article: La délibération a été votée le 1er février 2008, Pierre Mauroy était encore Président de la Communauté urbaine de Lille. Martine Aubry est devenue présidente le 18 avril 2008. Le rapport favorable à NORPAC a été établi le 23 janvier 2008 et présenté aux élus. Le 2ème rapport daté du 1er février 2008, n'existait pas à cette date, il a été fabriqué postérieurement. pour être plus précis au mois de mai 2008. Martine AUBRY l'a transmis à un élu, avec un courrier daté du 22 juillet 2008.
Eric DARQUES, Militant Anti-Corruption
a écrit le 06/04/2017 à 17:15 :
Damien Castelain (sans étiquette)

On peut rappeler aussi qu'il est le premier président de l'intercommunalité à ne pas être membre du Parti socialiste.
Réponse de le 07/04/2017 à 14:20 :
Il y a fort à parier que Damien Castelain, homme qui a cru pouvoir jouer les charnières et donner une majorité au PS à la métropole lilloise en échange de la Présidence pour lui, est en train d'être “liquidé”. Il a fini de servir.
C'était un enfant de chœur dans un univers impitoyable.
Ses “amis” jouent avec des cartes truquées et lui n'y a vu que du feu.
La métropole lilloise est coutumière de ces âpres batailles obscures. De quoi vous dégoûter de la politique et la Martine, n'est probablement pas la dernière à tremper dans ces manœuvres.
a écrit le 06/04/2017 à 16:59 :
Football, politique, hommes d'affaires... c'était obligé, comme la plupart des marchés publics hein, notez que contrairement à fillon pour leurs défenses ils ne disent pas que tout le monde le fait alors que là aussi ils le pourraient même si ce n'est absolument pas une défense crédible.

Combien nous coûte le détournement d'argent public via les hommes politiques et les hommes d'affaires chaque année ? 10 fois le RSA ? 100 fois le RSA ?

Il n'y a qu'en enquêtant là dessus qu'on pourra connaitre l'ampleur forcément phénoménal des dégâts, il serait vraiment bien d'ailleurs que les journalistes procèdent comme ils ont fait avec les panama papers à savoir se rassemblent pour enquêter, afin de se protéger sinon il se feraient de suite broyer, cf ce pauvre Denis Robert qui voulait connaitre la vérité, a tout fait pour mais c'est fait laminer par le système.

Et je ne parle là que des détournements illégaux, je ne parle pas de ceux liés à la compromission générale entre politiciens et actionnaires. Politiciens qui font voter des lois leur permettant d'engraisser les milliardaires. (lobbying, privatisations, sponsoring et-c... )

Merci beaucoup pour cet article, si les médias de masse faisaient correctement leur travail il est évident que la gangrène ne serait pas autant généralisée au sein de notre société mais comme ils appartiennent eux aussi aux margoulins...

"Gardes emparez vous immédiatement de cet individu !"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :