Bandeau Présidentielle Régions

L'investisseur Sparkling Partners est aussi un Startup Studio et un Venture Builder.

 |   |  884  mots
Martin Toulemonde et ses associés aiment les nouvelles technologies et la manière dont elles changent le monde. Dans leurs locaux lillois situés en plein cœur du Vieux Lille, ils ont même créé un espace de coworking pour accueillir les freelances et les porteurs d'idées amoureux comme eux des produits High-Tech.
Martin Toulemonde et ses associés aiment les nouvelles technologies et la manière dont elles changent le monde. Dans leurs locaux lillois situés en plein cœur du Vieux Lille, ils ont même créé un espace de coworking pour accueillir les freelances et les porteurs d'idées amoureux comme eux des produits High-Tech. (Crédits : Sparkling Partners)
Lancé il y a 2,5 ans par le créateur de Chronodrive en association avec quatre autres investisseurs, Sparkling Partners a levé 5 millions d'euros. Son objectif est d'accompagner plus de 20 projets d'entreprises rien qu'en 2017.

Présenté comme un accélérateur lors de la candidature lilloise à la labélisation French Tech en juillet 2014, un mois après sa création par Martin Toulemonde l'inventeur de Chronodrive, Sparkling Partners s'apparente plutôt à un Business Angel sachant investir son propre argent dans l'amorçage de startups qu'il juge prometteuses et qu'il engage pour chacune d'entre elles entre 150 et 300.000 euros. Mais son accompagnement va plus loin dans la mesure où il les accompagne de manière opérationnelle dans leur stratégie, leur gestion et leurs actions commerciales jusqu'à leur ouvrir les portes des grands groupes faisant partie de son réseau.

Apporter de la « smart money » et un accompagnement opérationnel

« Contrairement aux Business Angel qui ont une exigence de rentabilité à court terme, nous apportons de la « smart money » ». Martin Toulemonde entend par là que son entreprise reste au côté de la startup jusqu'à ce qu'elle devienne autonome financièrement ou intéressante pour des fonds à capital-risque, ces derniers prenant alors le relais pour des montants au-delà du million d'euros. Son accompagnement comprend la définition des offres et des business models, l'ouverture des réseaux industriels et commerciaux, le développement des technologies, le coaching des entrepreneurs et des équipes ainsi que le financement.

Sparkling Partners a pour l'instant pris des parts au capital d'une quinzaine de startups. Pour créer cette entreprise, Martin Toulemonde s'est adjoint les compétences et l'aide financière de quatre autres associés. Nicolas de Kerangal, un ancien directeur au sein de la société californienne Amyris spécialisé dans les technologies de biologie de synthèse et Charles Perrard, un ancien directeur du cabinet de conseil A.T. Kearney, l'accompagnent au niveau opérationnel. Jean Derreumaux, cofondateur de l'agence de marketing ETO cédée à Publicis fin 2013 et Damien Deleplanque, CEO de la filiale Adeo de Leroy Merlin, interviennent en tant qu'investisseurs.

L'entrée au capital du fondateur de Showroomprivé

De nouveaux entrepreneurs, dont Thierry Petit, fondateur et directeur général de Showroomprivé, viennent d'apporter de l'argent frais au capital de Sparkling Partners. Ainsi que Finorpa, le fonds régional des Hauts de France. Au total, 5 millions d'euros ont été levés.

« Cette nouvelle levée de fonds va nous permettre d'accélérer le développement des startups que nous suivons depuis leur création. Nous allons aussi pouvoir lancer de nouveaux projets d'entreprises et investir dans notre filiale technologique Sparkling Tech dédiée à la R et D et au prototypage pour tester de nouvelles idées, créer de nouveaux concepts disruptifs et identifier des porteurs à accompagner », explique Nicolas de Kerangal.

Sparkling Tech donne à la SAS Sparkling Partners une dimension de Startup Studio et de Venture Builder dans la mesure où cette filiale a deux métiers, celui de lancer des idées d'entreprises en interne et celui de choisir des startups à très fort potentiel pour les faire croitre rapidement.

Martin Toulemonde prend en exemple de la société new-yorkaise Betaworks. « C'est une référence pour nous. Cette entreprise est à l'origine du succès d'une vingtaine de startups dont Giphy, le moteur de recherche de Gif, ces images animées accessibles en quelques secondes sur Interne ». Giphy vient de lever 72 millions de dollars américains. L'ambition est claire et elle est partagée par les fondateurs de Sparkling Partners.

Kylii Motion, la première startup à bénéficier de son accompagnement, propose des aires de jeux digitales avec réalité augmentée pour promouvoir une enseigne ou un produit. Leroy Merlin et les Galeries Lafayette Haussman ont déjà fait appel à sa solution. Equisense conçoit des objets connectés pour l'équitation qui permettent au cavalier de progresser et de surveiller la santé de son cheval à l'aide d'un capteur de mouvement. Il exposera ses solutions au CES Las Vegas de 2017.

Quelques projets sont déjà sortis de son Startup Studio et se sont soldés par la création d'entreprises comme celle de Mental Apps dont l'application aide les médecins à suivre l'évolution de leurs patients souffrant de dépression.

Bien plus que des bureaux

En plus de ses propres bureaux, le siège de l'entreprise compte un laboratoire de R et D et un espace de co-working. Martin Toulemonde et ses associés aiment les nouvelles technologies et la manière dont elles changent le monde. Dans leurs locaux lillois situés en plein cœur du Vieux Lille, ils ont même créé un espace de coworking pour accueillir les freelances et les porteurs d'idées amoureux comme eux des produits high-tech. On y trouve aussi un laboratoire de R et D où tester des nouvelles applications électroniques.

« Nous voulons être des acteurs du développement économique et créer de la richesse en dynamisant l'entreprenariat à travers la création, la prise de participation et la co-création avec des industriels. Nous voulons faire comme à la Silicon Valley », précise Martin Toulemonde.

Mais la Silicon Valley est-elle vraiment un modèle à suivre ? En faisant grimper de manière démesurée le coût de la vie, la richesse des employés de la Silicon Valley n'a-t-elle pas entrainé vers la grande pauvreté les autres habitants de l'ouest de la Californie avec pour corolaire d'augmenter le nombre laissé-pour-compte aux Etats-Unis ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :