Le tourisme régional résiste bien à la crise

 |   |  385  mots
Photo : Pierre Meffre, président du Comité régional du tourisme. © CRT
Photo : Pierre Meffre, président du Comité régional du tourisme. © CRT
Avec 14 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 220 millions de nuitées et 30 millions de séjours, le tourisme régional se tient bien.

Les chiffres de la grande enquête publiée par le Comité régional du tourisme, réalisée par BVA à partir du traitement de 25 000 questionnaires et qui est renouvelée tous les 6-7 ans, ont laissé Pierre Meffre, son président, optimiste : ?l?année 2011 a été aussi bonne que l?année 2000, avant que la crise n?apparaisse?.

La conjoncture a pour autant laissé des traces : les séjours se concentrent plus sur l?été (46%), avec des séjours plus longs (7,2 nuits en moyenne) mais moins nombreux. Les villes restent des valeurs sûres, puisque 46% des séjours se concentrent sur le littoral urbain, notamment pour les courts séjours, et la dimension shopping est de plus en plus présente. ?Mais les zones rurales ont une opportunité à saisir?, précisait-on lors de la présentation. Autre fait notoire lié aux difficultés économiques : la clientèle de proximité se renforce. Les vacanciers venant de Paca et de Rhône-Alpes sont plus nombreux tandis que les Franciliens viennent un peu moins.
 
Du coté des étrangers, la fréquentation est stable. Si les touristes en provenance des BRIC sont encore ?peu présents, ils représentent un véritable potentiel? a encore noté le président, pour qui ?le Brésil est une cible prioritaire?. ?Nous sommes un pays latin, nous allons jouer sur la proximité culturelle?, a-t-il annoncé. La Russie sera également cette année en c?ur de cible, suite à l?ouverture d?une ligne Moscou-Marseille.  Autre axe : l?utilisation des nouvelles technologies avec le lancement d?application e-phone sur le cinéma, la peinture?
 
Chaque département a mis en avant sa propre problématique : les Bouches-du-Rhône se disent pénalisés par les grèves du ramassage des ordures ménagères et ont accueilli aussi moins d?étrangers. Les Alpes-Maritimes misent sur les croisiéristes tandis que le Var souhaite, selon Jean-Pierre Serra, président de Var Tourisme, ?faire entendre la voix de ce secteur auprès des nationaux et notamment des candidats à l?élection présidentielle?. Dans le Vaucluse, on souhaite développer encore le tourisme vert et l??notourisme et tenter de développer le segment affaires, aujourd?hui quasi inexistant, ?malgré des atouts?.

Retrouvez toute l'actualité de la région PACA avec Méridien MAG

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :