Bandeau Présidentielle Régions

L'anti Jeff Bezos est nantais, en pleine croissance ...et sans aide publique

 |   |  645  mots
Jean Philippe Fleury, le fondateur de Materiel.net.DR
Jean Philippe Fleury, le fondateur de Materiel.net.DR
Materiel.net est une société d'e-commerce en matériel informatique en pleine croissance. A quelques kilomètres de Nantes. Mais son jeune fondateur s'énerve pour la première fois : Jean Philippe Fleury n'a pas apprécié que les collectivités et Arnaud Montebourg aident de manière aussi couteuse Amazon à s'implanter à Chalon sur Saône alors que lui a réussi sans jamais demander un centime au public et en payant ses impôts

Jean Philippe Fleury est (un peu) le Jeff Bezos français. Mais avec une différence notable : il n'a pas couté, lui, contrairement au patron d'Amazon, un seul centime au contribuable français. Jean Baptiste Fleury, fils de maraichers nantais spécialisés dans la mâche, a créé sa petite entreprise en 1999. Il avait 21 ans, voulait se spécialiser dans le conseil informatique aux collectivités mais très rapidement en est arrivé à la vente de matériel informatique sur internet. Au début sa mère l'aidait, dans la cuisine à remplir les bordereaux d'envoi. Aujourd'hui il réalise 110 millions de chiffre d'affaires, est la 12 ème société française d'e-commerce et paie 2 millions d'impôt sur les sociétés. Et, comme son « rival » Jeff Bezos il va agrandir ses centres logistiques à de Grandchamp-des-Fontaines : 7 millions investis, une cinquantaine d'embauches et « 0 centime public ».

« Amazon demande des aides dont elle n'a pas besoin et on lui donne! »

«J'ai été sidéré par l'attitude d'Amazon à Chalon sur Saône, explique Jean Philippe Fleury. Pourquoi vont-ils demander des subventions, des aides à la formation et à l'emploi, alors qu'ils n'en ont pas besoin ? Pourquoi les leur a-t-on accordées ? Ils vont, comme moi, embaucher beaucoup de manutentionnaires qui doivent marcher 15 kilomètres par jour. Cela nécessite entre 3 et 4500 euros d'aide par emploi ? Amazon n'a pas besoin de ces aides. Ils pensent simplement que puisqu'elles existent il ne faut pas se gêner. Et on leur dit "oui" alors que tout prouve que ce n'est pas nécessaire !»

Amazon construit des robots qui détruiront les emplois financés par le public

Jean Philippe Fleury est un homme plutôt secret qui n'aime pas forcément la communication mais qui a été énervé par le battage politico-médiatique autour de l'implantation d'Amazon en Saône et Loire. « Mais la seule chose que j'ai jamais demandé à la communauté de communes, c'est une crèche. Ce sont des gens jeunes chez Matériel.net et depuis le début de l'année on a eu une dizaine de naissances. La crèche, je l'attends depuis 5 ans ! » . Idem avec le très haut débit. Il l'a demandé, il ne l'a pas eu. Il l'a installé lui-même et toute la communauté de communes en profite ! Il y a un profond sens moral chez ce nantais : « je n'ai jamais eu besoin d'aides donc je n'en ai jamais demandé, continue-t-il. Je vais même plus loin : je tente un pari énorme avec l'agrandissement du centre logistique car dans les 8 000 m2 que je vais rajouter la plate forme sera mécanisée. Et Amazon fait la même chose : cette firme demande des aides pour des emplois qu'elles vont bientôt détruire. Elle vient d'acheter Kivasystems pour 775 millions de dollars. Or Kivasystems fait des robots pour les entrepôts. Il faudrait signaler à Arnaud Montebourg que les emplois financés aujourd'hui par le Conseil régional vont être détruits d'ici peu de temps par les robots que construit, elle-même, Amazon ! »

"Qui s'intéresse aux entreprises normales?"

Le fils de maraicher nantais n'a rien contre Jeff Bezos qui «ne fait qu'utiliser les éléments/aides/trous juridiques en matière fiscale et sociale sans jamais être hors la loi ». Mais il est suffisamment fier de son entreprise (troisième du secteur pour la satisfaction client devant Amazon !) pour se sentir un peu floué : « très bien qu'Amazon ait choisi la France. Merci à eux et bravo. Mais ne ferait-on pas mieux de travailler à créer un contexte plus favorable aux millions d'entreprises françaises qui continuent de payer leurs impôts en France... Je me répète mais Materiel.net, c'est, aujourd'hui, 200 collaborateurs, près d'un million de clients satisfaits, plusieurs dizaines de millions d'euros d'impôts (sans optimisation), taxes et investissements depuis 10 ans... Et 0 euro d'aide! Qui s'intéresse aux entreprises « normales »?»

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2012 à 16:12 :
on est loin de la bande des Pigeons...... qui refusent l'impôts mais comptent sur les aident publiques, au démrrage, lé défiscalisation pour les investisseurs.... la franchose d'impôts les premières années et pas d'impôt sur la revente....... je caricature un peu mais......
a écrit le 07/10/2012 à 23:34 :
Merci au journaliste d'avoir fait connaitre cette entreprise.

Dorénavant, si je dois faire un achat.
Je les consulterait systématiquement.

a écrit le 18/07/2012 à 0:11 :
Je soutiens à 100% mon voisin Nantais pour vivre l'une aventure similaire sur le domaine des jeux en ligne.
a écrit le 07/07/2012 à 16:08 :
Mon précédent commentaire a dû être modéré, alors je le refais... Un commentaire, non modéré celui-ci, cite l'arrivée des socialistes au pouvoir en 1981 et de dépenses publiques inutiles... Le mien était beaucoup plus «politiquement» soft.

Cet Arnaud qui est cité dans l'article et qui a été «nommé le 16 mai 2012 ministre du Redressement productif dans le Gouvernement Jean-Marc Ayrault» fait partie du nouveau gouvernement «normal».

... Et la politique normale de "pénalisation" des PME françaises semble juste continuer normalement... ou plutôt devrais-je dire : La "politique normale" d'aide aux entreprises les plus puissantes continue normalement...

Ce n'est donc malheureusement pas une histoire de Droite ou de Gauche, mais bien de politiciens «de haut niveau» qui n'ont pas envie de comprendre... C'est dommage !
a écrit le 04/07/2012 à 21:15 :
"Qui s'intéresse aux entreprises « normales »?»"... Il faut savoir, il en veut ou il en veut pas de ses aides? Si l'état les propose, c'est qu'il compte récupérer des billes par la suite.
Crachons tous ensemble sur Amazon (qui n'a jamais été une entreprise modèle!), pour faire un petit Buzz et provoquer quelque commandes supplémentaires chez Materiel.net... (ironie)
Joli article, bien romancé, mais ce Jean Baptiste est un patron comme les autres (grosseS voitureS, et employés mal payés), et radin comme ils sont chez Materiel.net, cet article doit être le résultat du refus de ces fameuses aides financières... N'est pas Amazon qui veut! La jalousie est un vilain défaut!
Réponse de le 06/07/2012 à 16:59 :
Désolé mais vous écrivez n'importe quoi ! Oui c'est un coup de gueule d'un type qui a monté sa boîte et se sent victime quelque part d'une injustice fiscale. Est-ce pour cela que l'on doit parler de "jalousie" ? Et qu'avez-vous contre les grosses voitures ? Vous êtes sans doute jaloux, vous aussi ? Oui c'est (aussi) un coup de pub pour son entreprise, mais avouez que c'est négligeable par rapport à Amazon qui a fait la Une des JT et des journaux avec cet investissement.
a écrit le 01/07/2012 à 17:00 :
Ça recommence comme en 1981!!! Les socialistes ne comprennent rien a l économie mais ils ont toujours des ingénieuses idées pour dépenser l argent public inutilement !
a écrit le 30/06/2012 à 16:38 :
J'aime bien Amazon, je suis client chez eux depuis dix ans. Mais pour aller dans le sens de M Fleury, les commandes passées en France sur le site internet d' Amazon arrive au Luxembourg. Ceci permet à Amazon de payer très peu d'IS en France. Oui aux subventions non à l'impôt.
a écrit le 30/06/2012 à 16:20 :
Les français, et pas que les politiques, ont toujours été fascinés par les grosses structures. Cela se ressent dans la typologie de nos entreprises, une multitudes de TPE, beaucoup de très grosses, parmi les meilleures du monde c'est vrai, mais le désert entre les deux, tout l'opposé des allemand avec leur Mittelstand très puissant. Cela se ressent aussi au niveau de la taille de notre Administration... Bravo à ce courageux nantais, sorte de gaulois résistant encore et toujours à la pensée unique. Je suis bien d'accord avec lui, Amazon ne va créer aucune valeur en France, les emplois subventionnés vont diminuer, les subventions perçues et dispenses de taxes diverses à coût sûr accordés (je n'en connaît pas la teneur, et ça m'intéresserait au plus haut point) ne vont guère être compensées par des cotisations sociales et de l'impôt: concernant ce dernier, je suis persuadé que les fiscalistes d'Amazon sauront faire un montage béton pour ne pas en payer!
a écrit le 29/06/2012 à 19:43 :
Et oui, les grandes entreprises sont les premiéres à faire de l'optimisation fiscale et a tué les PME. En france, on a la folie des grandeurs, on veut des grosses boites avec des financiers à leur tête et pas d'entrepreneurs.
a écrit le 29/06/2012 à 16:55 :
Petite coquille: c'est Jean Philippe Fleury, et non Jean Baptiste Fleury ;)
Réponse de le 07/07/2012 à 16:11 :
Merci d'avoir mentionné la coquille (qui a commencé à se diffuser dans les commentaires)
Une petite correction par l'auteur serait la bienvenue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :