Des boulangers biélorusses formés par des artisans français

 |   |  511  mots
Chaque année en France, plusieurs dizaines d’apprentis sont formés dans les 30 boulangeries Le Grenier à Pain © Le Grenier à Pain
Chaque année en France, plusieurs dizaines d’apprentis sont formés dans les 30 boulangeries Le Grenier à Pain © Le Grenier à Pain (Crédits : Le Grenier à Pain)
Alors qu’en France, les pouvoirs publics prennent conscience des atouts majeurs de l’apprentissage pour former les jeunes, les maîtres-boulangers de la chaîne Le Grenier à Pain s’apprêtent à s’envoler pour la Biélorussie pour former leurs homologues biélorusses. Une première en France.

Sollicité par l'important groupe public biélorusse Eurotorg Ltd, propriétaire d'une chaîne de supermarchés et employant 4000 collaborateurs, Michel Galloyer, n'a pas hésité à répondre positivement. Aux yeux du fondateur et PDG de la chaîne Le Grenier à Pain, important groupe basé à Angers (Maine-et-Loire) qui compte 30 boulangeries en France et 16 à l'étranger, « c'est pour nous une reconnaissance de notre savoir-faire mais aussi une reconnaissance plus générale sur la tradition française et la renommée de sa gastronomie », explique Michel Galloyer.

Aussi, après seulement deux petits mois de discussions, le patron des Greniers à Pain et les responsables d'Eurotorg Ltd ont-ils scellé un partenariat portant sur la formation et l'accompagnement des boulangers biélorusses. Plusieurs chefs du groupe français vont donc se rendre fin juin, à Minsk, la capitale biélorusse, pour une première session de formation.

« Le Made in France est une réalité ! »

Le contrat porte sur une première phase de trois sessions de formation d'une semaine, axées sur la technique de fabrication de la baguette de tradition et les pains spéciaux. 60 boulangers d'Eurotorg Ltd vont bénéficier de cette formation. Matériels, produits utilisés, techniques de pétrissage, temps de fermentation et de cuisson : les Biélorusses seront formés aux méthodes de la boulangerie française de qualité. « Nous allons leur transmettre ce qui fait notre spécificité bien française, un savoir-faire d'excellence, de la rigueur dans le travail et de la passion pour les produits, explique Michel Galloyer. Le Made in France est une réalité. Les Français n'en sont peut-être pas assez conscients ! »

Un patron atypique et autodidacte

Chaque année en France, plusieurs dizaines d'apprentis sont formés dans les 30 boulangeries Le Grenier à Pain. Michel Galloyer patron atypique et autodidacte a bâti son groupe avec pour seuls bagages son audace, son goût pour le travail bien fait et… sans doute aussi, un sens des affaires inné. « Il faut oser dans la vie, oser pour avancer, mais en respectant un cheminement dans son apprentissage », affirme ce boulanger qui, malgré les décorations et les honneurs (il est membre de club très sélect Relais Dessert International réunissant les meilleurs gastronomes dans le Monde) a su rester proche de ses équipes.

En France, 65% des apprentis trouvent un emploi

Depuis 1998, plusieurs centaines de jeunes apprentis ont suivi sa méthode d'apprentissage. Une méthode qui, semble-t-il, remporte un certain succès puisqu'après leur formation, 80% d'entre eux choisissent de rester travailler dans les Greniers à Pain, en France et à l'étranger. « Jamais nous n'aurions dû mettre un coup de frein à l'apprentissage. Car c'est une voie royale pour les jeunes. Regardez le nombre de jeunes apprentis qui trouvent du travail à l'issue de leur formation », pointe cet ambassadeur de la tradition française et… de l'apprentissage. Et les faits lui donnent raison puisque 65% des jeunes apprentis ont trouvé un job à l'issu de leur formation par alternance en France en 2013, selon le Cereq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications).

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :