PLTJE 2015 : la jeunesse primée dans l'Ouest

 |   |  813  mots
Photo de groupe mercredi 21 janvier au Conseil Régional des Pays de la Loire en compagnie des finalistes et des partenaires ainsi que Geneviève Lebouteux, Conseillère régionale des Pays de la Loire.
Photo de groupe mercredi 21 janvier au Conseil Régional des Pays de la Loire en compagnie des finalistes et des partenaires ainsi que Geneviève Lebouteux, Conseillère régionale des Pays de la Loire. (Crédits : Reuters)
Les jeunes entrepreneurs de l'Ouest concourraient au Conseil régional des Pays-de-la-Loire à Nantes ce mercredi 21 janvier pour tenter de décrocher une place en finale du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur. Le jury réuni par La Tribune a retenu quatre d'entre eux.

La valeur n'attend pas le nombre des années. En témoigne le palmarès de la sélection en région Ouest de quatre finalistes pour la troisième édition du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur. Après l'étape francilienne inaugurant cette édition 2015 la semaine dernière, ce sont 11 candidats présélectionnés sur dossiers qui ont été entendus à Nantes ce mercredi 21 janvier. Ils ont répondu aux questions des membres du jury réunis par La Tribune : Anne Fleuret, la directrice régionale d'Orange; Patrick Baudry, délégué innovation Pays-de-la-Loire chez Bpifrance; et Olivier Simonin, le directeur régional Bretagne-Pays de la  Loire d'AG2R La Mondiale. Lauréat national de l'édition 2014 du PLTJE dans la catégorie Social Business, Laurent Berthuel, président fondateur de Printerrea, s'est joint au collège des auditeurs. Cécile Chambaudry, directrice Hub Média de La Tribune, votait au nom du journal. EDF, autre partenaire historique du PLTJE, a été représenté par Nicolas Renault, directeur du développement territorial d'EDF Commerce Ouest lors de l'annonce des résultats, le soir même, au Conseil Régional des Pays-de-la-Loire. A cette occasion, la conseillère régionale Geneviève Lebouteux a rappelé l'engagement de la Région auprès des entrepreneurs. Elue EELV, elle a regretté qu'aucun candidat de l'Ouest ne se soit présenté cette année dans la catégorie Green Business. Ce sont donc quatre finalistes de l'Ouest qui brigueront un titre national lors d'une autre séance de pitchs, qui se tiendra le 24 mars à Paris.

Accompagnement numérique

Dans la catégorie Numérique, c'est Julien Hervouët qui défendra les couleurs de l'Ouest. A 31 ans, il dirige la société iAdvise, qu'il a fondée à Nantes en janvier 2010. Elle emploie 80 personnes et réalise 4,2 millions d'euros de chiffre d'affaires. Son ambition : "remettre de l'humain dans la relation client". Concrètement, il aide les entreprises à renforcer leur présence en ligne en dialoguant avec les clients, par chat, par téléphone ou par vidéo. Déjà présent dans 40 pays, il entend poursuivre son internationalisation cette année.

Conjuguer la glisse et l'entrepreneuriat

Caroline Laroche (25 ans) s'est illustrée dans la catégorie Services. Coride, la société qu'elle a fondée en juin dernier, propose des hébergements pour les surfeurs et amoureux de nature. "Nous voulons faire découvrir la glisse, le terroir, la gastronomie locale, sensibiliser à l'environnement et se rencontrer entre passionnés." Une newsletter permet de fédérer les membres de la communauté entre deux événements. Après une première expérience à Saint-Malo, elle prévoit de déployer à terme une offre d'été et une en hiver. N'en déplaise au ministre de l'Economie Emmmanuel Macron, cette ingénieure formée à Centrale Nantes n'entreprend pas pour devenir milliardaire, mais "pour conjuguer deux passions : la glisse, et l'entrepreneuriat".

Voyages apprentissage

Dans la catégorie Social Business, Jérémy Pétraud a séduit le jury par la forte dimension sociale de son projet. Avec Valise - pour "voyages apprentissages loisirs inoubliables sorties exceptionnelles"- il veut mener une action contre l'illettrisme chez les adultes, et proposer des séjours de vacances correspondant aux souhaits des adultes handicapés mentaux. A 22 ans, il entend fonder son entreprise dans sa ville de Châteauroux, sous les statuts de SCOP pour "impliquer les salariés dans les décisions de l'entreprise". D'abord diplômé d'un BEP sanitaire et social, il a travaillé avec des publics de tous âges. Il a repris ses études et est actuellement inscrit en Master 2 Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation.


Un réveil olfactif

Dans la catégorie Start, le sésame pour la finale a été donné à l'unanimité à Guillaume Rolland. A tout juste 18 ans, son baccalauréat obtenu l'été dernier, il est entré dans sa première année d'études d'ingénieur à l'UTC de Compiègne. Mais déjà, il prévoit de lancer son entreprise, Sensorwake, pour produire et commercialiser un réveil qui extrait le dormeur de ses rêveries en diffusant un parfum choisi parmi différentes fragances : croissant, café, bois ou... odeur du dollar. Il lancera une campagne de crowdfunding en février pour réunir les fonds nécessaires à la production des premiers exemplaires de son réveil, pour lequel il fait appel à l'expertise des parfumeurs de Grasse et à la société malouine Exhalia. Guillaume Rolland a été le premier français sélectionné par Google dans le cadre de son concours "Science Fair" qui identifie les 15 meilleurs inventeurs mondiaux. Il n'en est pas à sa première distinction : après avoir déposé son premier brevet à l'âge de 13 ans, il a enchaîné les distinctions en France, en Europe dans le cadre du concours Lépine, et à l'international.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :