Quand l'Asie s'éveillera... avec Sensorwake

 |   |  906  mots
Les dirigeants de Sensorwake, Guillaume Rolland et Ivan Skybyk, et l’équipe du distributeur Japonais C'est La Vie Co.,LTD  au CES 2017 sur le stand de Sensorwake (Las Vegas)
Les dirigeants de Sensorwake, Guillaume Rolland et Ivan Skybyk, et l’équipe du distributeur Japonais C'est La Vie Co.,LTD  au CES 2017 sur le stand de Sensorwake (Las Vegas) (Crédits : DR)
L’inventeur du réveil olfactif Sensorwake vient de lever 1,6 million d'euros pour réveiller le Japon et la Corée du Sud et accompagner le lancement commercial de son deuxième produit ; un diffuseur olfactif pour favoriser l’endormissement, d’ici la fin de l’année. La startup nantaise accouchera à la fin de l’été d’un troisième produit, conçu en partenariat avec un grand groupe européen.

« Cette fois, on aura une véritable gamme conceptualisée et déclinée autour du parfum et du bien-être », se félicite Guillaume Rolland, fondateur de la startup nantaise Sensorwake qui vient de finaliser une levée de fonds de 1,6 million d'euros auprès du fonds d'entrepreneurs Fa dièse, de BNP Paribas développement, du gestionnaire de fonds Siparex dédié au fonds Pays de la Loire Participations, et le géant de l'industrie de la parfumerie Givaudan, partenaire de Sensorwake depuis deux ans, qui entre lui aussi au capital de la startup, lauréate du concours Moteur de réussite, organisé par Google pour mettre en exergue et accompagner les initiatives françaises les plus prometteuses.

« Cette fois... », c'est en septembre 2017, à l'occasion de la prochaine édition de l'IFA, la grand-messe berlinoise de l'électronique grand public en Europe, que Sensorwake annoncera son troisième produit. Il sera plus officiellement présenté en janvier 2018 au CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas.

Un parfum à la soupe miso

« C'est un objet de grande consommation, toujours autour du parfum, conçu  en partenariat avec un grand groupe. Il complètera logiquement notre gamme pour améliorer le bien-être des gens », lâche Guillaume Rolland.

Il n'en dira pas plus. Mais c'est bien l'une des raisons qui a mobilisé cette dernière levée de fonds, dont la vocation est de prendre pied sur les marchés japonais et sud-coréen avec le réveil olfactif et d'accompagner le lancement d'Oria, diffuseur de parfum pour améliorer l'endormissement et la qualité de sommeil. Par l'entremise de Business France, Sensorwake a décroché un contrat de distribution avec Yodobashi Camera, l'un des plus gros acteurs du retail sur l'Asie, qui devrait lui permettre de prendre pied dans une centaine de points de vente au Japon et en Corée du Sud.

En ce sens, Givaudan a élaboré trois parfums spécialement pensés pour le marché asiatique ; Yuzu à base de citronnelle, Sakura, à la fleur de cerisier, et un troisième, en cours de finalisation, évoquant l'odeur de la soupe Miso chère au Japonais. Sensorwake s'appuiera sur un site de vente en ligne entièrement traduit en japonais et coréen. Il espère écouler 10.000 produits packagé à la mode asiatique d'ici la fin de l'année. Pour accompagner ce développement, Sensorwake vient étoffer ses compétences en marketing et logistique en recrutant une japonaise et une coréenne, qui complèteront une équipe (quinze personnes) déjà largement tournée vers l'international.

Une fabrication made in France

Si le réveil rencontre son public en Asie, très vite il pourrait être rejoint par Oria, un diffuseur olfactif intelligent, présenté en janvier dernier au CES de Las Vegas, dont la fabrication est confiée au sous-traitant vendéen S20 Industries. « Contrairement au réveil, la fabrication sera française », assure Guillaume Rolland, échaudé par le lancement du réveil olfactif, fabriqué en Asie, et dont il avait fallu gérer le retour de machines défectueuses, l'été dernier.

Pouvant se connecter au smartphone, Oria est conçu pour être intelligent et s'adapter au sommeil. Chaque utilisateur pourra choisir de paramétrer le nombre et la durée des cycles pendant la nuit. Comme pour le réveil, il devrait être commercialisé à moins de 100 euros. 99 plus exactement, auxquels il faut ajouter le coût des capsules, vendues 4,95 euros l'unité pour le réveil. Le système est censé améliorer l'endormissement et la qualité d'un sommeil.

A en croire, le fondateur de Sensorwake, plutôt discret sur les chiffres, le réveil lancé en fin d'année, qui a bénéficié de l'effet des fêtes de Noël, aurait connu un vrai succès avec 15.000 appareils vendus. Un accord avec le distributeur logisticien, Stéphane Bohbot (Extenso Telecom) spécialisé dans les smartphones et objets connectés a permis au produit de Sensorwake d'être référencé par la FNAC, Darty, Boulanger, Louis Pion, Les Galeries Lafayette, le Printemps ...

Les USA en 2018

Soutenue par les ventes en ligne, la commercialisation du réveil a permis de générer un chiffre d'affaires de 770.000 d'euros au cours du second semestre 2016 (réveil et capsules comprises), dont une partie sur les marchés britannique (Harrods), suisse et du Benelux.

« On commence à fidéliser sur les capsules avec, au-delà de sept grosses commandes, 10 à 100 commandes de capsules quotidiennes selon les périodes. On adapte aussi notre catalogue de parfums. On voudrait proposer des exclusivités comme celle lancée avec Nature & Découvertes qui a permis de créer une histoire avec l'enseigne ou en arrêtant des senteurs comme celle du croissant, qui n'a finalement pas bien fonctionnée ».

A lui seul, le marché américain a compté pour 50% des ventes en ligne.

« C'est le fruit de notre présence sur le CES de Las Vegas, où nous avons bénéficié d'une grande visibilité grâce aux relais des médias américains. Mais c'est aussi un long travail en amont », indique Guillaume Rolland qui prépare activement pendant six mois cette échéance déterminante pour le devenir de la startup.

« C'est notre cible numéro 1 après le Japon et la Corée », affirme le jeune entrepreneur, qui vise un accord de distribution début 2018 pour, idéalement, prendre pied physiquement dans deux cents magasins sur le territoire américain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2017 à 11:08 :
Se reveiller avec un parfum de soupe ! C'est un gag. Les japonais & coreens mangent a longueur d'annee des ramion, soupe deshydratees + pates lyophilisees pretes a l'emploi en ajoutant de l'eau chaude. Pourquoi alors payer un diffuseur avec cette odeur ? Alors, concevoir un appareil programmable pour cuire l'ensemble ? Ca existe deja.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :