Projet SMILE  : l'Ouest pionnier des réseaux électriques intelligents  ?

 |   |  986  mots
Alain Leboeuf, député et président du Sydev Vendée, Laurent Gérault, conseiller régional des Pays de la Loire délégué à la transition énergétique, Bruno Retailleau, le président de la région Pays de la Loire, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense et président de la région Bretagne, et Dominique Ramard, conseiller régional de Bretagne délégué à la transition énergétique.
Alain Leboeuf, député et président du Sydev Vendée, Laurent Gérault, conseiller régional des Pays de la Loire délégué à la transition énergétique, Bruno Retailleau, le président de la région Pays de la Loire, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense et président de la région Bretagne, et Dominique Ramard, conseiller régional de Bretagne délégué à la transition énergétique. (Crédits : Emmanuel Pain/Conseil régional de Bretagne)
Le 22 avril à Lorient, Jean-Yves le Drian et Bruno Retailleau étaient tout sourires. Le ministre de la Défense et président de la Région Bretagne a lancé, avec son homologue des Pays de la Loire, le projet SMILE. Objectif : bâtir, d'ici à 2020, les premiers réseaux électriques intelligents de l'Ouest. Un projet de territoire conçu avec les entreprises.

Souvent présentées comme concurrentes, les régions Bretagne et Pays de la Loire, avec leurs métropoles Rennes et Nantes, savent aussi miser sur la coopération interrégionale. Le projet SMILE, dédié aux smart grids, en est un exemple d'envergure. Lauréat en mars dernier -aux côtés de Flexgrid (PACA) et You & Grid (Hauts de France)- de l'appel à projets national sur les réseaux électriques intelligents, SMILE, acronyme de SMart Ideas to Link Energies, a vocation à faire émerger une nouvelle filière industrielle, associant public et privé, au service des territoires. SMILE doit « faire de l'Ouest de la France, d'ici à 2020, le territoire pionnier pour le développement, à grande échelle, des réseaux électriques intelligents » annoncent les deux régions. Officiellement sur les rails depuis son lancement le 22 avril à Lorient, en présence de 160 partenaires publics et privés, SMILE vise à apporter des outils innovants et des applications concrètes à la question de la transition énergétique.

Alliance de grands groupes, de PME et jeunes pousses techno

De 2017 à 2020, 17 chantiers seront déployés par différents consortia formés de grands groupes (Schneider, General Electric), de PME et de jeunes pousses technologiques (Niji, Energiency...) et associés sur des sujets divers : intégration et stockage des énergies renouvelables, maîtrise des consommations, développement des mobilités durables, approvisionnement en électricité...

"SMILE est un projet co-construit avec les entreprises et en mobilise déjà une centaine", se félicite Alain Terpant, directeur des filières Numérique, Energie et Matériaux chez Bretagne Développement Innovation, chargé du pilotage du dossier.

"D'ici à l'été, les partenariats industriels vont être consolidés autour des cinq thématiques retenues, smart métropoles, territoires intelligents, numérique et objets connectés, sensibilisation des citoyens et mobilité électrique. Elles prendront aussi en compte les spécificités et atouts de la Bretagne et des Pays de la Loire comme les ENR/EMR, la cybersécurité, la question des îles", poursuit-il

260 millions d'euros d'investissements et 10.000 emplois directs

Pour les deux régions, qui escomptent 260 millions d'euros d'investissements sur 2017-2020 dont 120 millions d'euros de financements privés, et 10.000 emplois directs ou induits, la dynamique est bien lancée. Et elle va prolonger les deux premiers démonstrateurs déjà en service. A Lorient, l'opération Solenn, menée par ERDF avec des PME et ETI bretonnes de la domotique et du numérique (Niji, VITY Technology, Delta Dore), expérimente jusqu'en 2018 l'utilisation de 1 000 compteurs Linky. Avant une possible extension au niveau national, les outils testés doivent permettre une meilleure maîtrise de la consommation selon les plages tarifaires.

Lancé en 2013 et piloté par le Syndicat départemental d'énergie et d'équipement de la Vendée (SyDEV) et ERDF, le démonstrateur Smart Grid Vendée est un laboratoire à ciel ouvert de l'économie d'énergie. Associant RTE, Actility, Alstom, Cofely-Ineo, Legrand et le CNAM, il a testé et validé diverses solutions de gestion d'énergie (raccordement de parc éoliens, effacement de consommation) sur le réseau moyenne tension (HTA). D'ici à 2017, les départements du Morbihan, de la Loire-Atlantique et de la Vendée devraient être équipés de nouveaux outils pour adapter production et consommation. S'appuyant sur les travaux engagés par le démonstrateur vendéen, les Pays de la Loire réfléchissent, pour la fin 2016, à une feuille de route des actions prioritaires (énergies renouvelables, bornes de recharge pour véhicules électriques...) à mettre en œuvre avec les collectivités, les entreprises, et les startups.

En s'associant, les deux régions s'ouvrent un nouvel horizon économique, comme l'expriment conjointement les présidents Jean-Yves Le Drian et Bruno Retailleau l'expriment:

«L'Ouest de la France réunit toutes les conditions pour devenir le leader européen des réseaux électriques intelligents. »

___

Par Pascale Paoli-Lebailly (@pplmedia35)
et 
Frédéric Thual,
correspondants de La Tribune

_____

ENCADRE 1

Les thermostats connectés de Qivivo visent l'accès à des tests d'envergure

Jeune de trois ans et demi, la startup nantaise Qivivo est déjà très impliquée dans le projet de réalisation d'un réseau électrique intelligent. Pour répondre à la problématique des pics de consommation (ou effacement énergétique), elle commercialise depuis deux ans un thermostat connecté qui permet de réduire la charge énergétique des logements tout en conservant un niveau de confort égal. Technologiquement, l'entreprise attend l'opportunité d'avoir accès, non plus à un millier de logements sociaux, mais à plus de 10 000 foyers. Ce changement d'échelle permettrait de savoir comment est compris le thermostat dans le logement social et imaginer de nouveaux produits et services en association avec d'autres entreprises, les constructeurs et les bailleurs sociaux. Qu'il s'agisse de l'ouverture des données ou des projets de développement des villes intelligentes à Nantes et Rennes, Qivivo veut devenir une référence. F.T.

_____

ENCADRE 2:

Wi6labs : des briques technologiques pour la smart city rurale

Fondée en 2014 par huit ingénieurs issus de Renesas Design France, la jeune pousse rennaise Wi6labs se présente comme un « plombier de l'IOT », dont le métier est de connecter les objets à l'Internet et de commercialiser des réseaux basse énergie. Ce fabricant de capteurs sans fil et fournisseur de données se positionne sur les questions de smart city et de smart agriculture, dans les environnements ruraux ou périurbains. Pour répondre au projet SMILE, dans le secteur « Numérique et objets connectés », Wi6labs s'appuie sur l'expérimentation de télémesure et de pilotage énergétique menée sur six bâtiments communaux de Saint-Sulpice-la-Forêt avec la PME rennaise Alkante (applis numériques), et l'appui du dispositif Rennes Saint-Malo Lab. Les informations relatives à la consommation (électricité, eau, gaz) et les outils d'aide à la décision fournis à la mairie promettent une baisse de la consommation d'énergie de 20 % par an et un retour sur investissement à 5 ans. P.P.L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :