A Mexico, Anne Hidalgo mène la lutte des villes contre le changement climatique

 |   |  702  mots
Anne Hidalgo préside son premier Sommet des villes contre le changement climatique
Anne Hidalgo préside son premier Sommet des villes contre le changement climatique (Crédits : Reuters)
Les maires d’une soixantaine de grandes villes sont réunis pour trois jours à Mexico sous l’égide du C40 et sous la présidence de la maire de Paris, portée à sa tête en août dernier.

Ce sera la première réunion du C40 tenue sous sa présidence. Auréolée du succès du « Sommet des 1000 maires » qu'elle avait invités en décembre 2015 à Paris pendant la COP21, Anne Hidalgo avait été désignée en août dernier présidente du « Cities Climate Leadership Group », où elle succède pour trois ans à Eduardo Paes, maire de Rio. Ce réseau, créé en 2005 sous l'impulsion de Ken Livingstone alors maire de Londres, rassemble 86 grandes villes engagées dans la lutte contre le changement climatique, dont New York, San Francisco, Vancouver, Londres, Moscou, Rome, Milan, Athènes, Séoul, Bombay Djakarta, Melbourne Hong Kong, Pékin, Sao Paulo, Buenos Aires, Le Cap ou Le Caire, qui représentant 650 millions de citoyens et 25% du PIB mondial. Il est notamment financé par les fondations Clinton et Bloomberg.

Lettre ouverte à Donald Trump

Comme chaque année, le réseau se réunit pour échanger sur les meilleures façons de mener cette lutte. Mais, quelques semaines après l'élection américaine qui a mené à la Maison Blanche un climato-sceptique assumé, ce sommet de Mexico se déroule dans un contexte particulier. D'ailleurs, il y a quelques jours à peine, 35 maires de grandes villes américaines ont adressé à Donald Trump une lettre ouverte soulignant l'importance des actions concernant le changement climatique et l'importance de la mobilisation internationale des maires sur ce sujet qui, outre le C40, mobilise également le mouvement Compact of Mayors.

Avec plus de 50% de la population et 70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, le rôle des villes dans l'atténuation et l'adaptation au changement climatique n'est plus contesté. D'autant moins qu'il s'accompagne d'une proximité avec les administrés et de prérogatives en matière d'énergie, de logement ou de transports qui en font le meilleur échelon pour mettre en œuvre des politiques bas-carbone et faire effet de levier auprès des particuliers.

Alliances entre villes, secteur privé et citoyens

La nouvelle présidente du réseau le répète à l'envi : les villes doivent se mobiliser pour faire respecter l'Accord de Paris, et elle entend inciter ses alter-egos à accélérer leur action.

"Là où les États peinent parfois à se mettre d'accord sur des objectifs d'émission de CO2, les villes ont une approche pragmatique et proposent des réponses concrètes" déclarait-elle ainsi dans un entretien à La Tribune le 17 novembre dernier. Les villes sont le bon niveau, la bonne échelle pour agir, pour réaliser la transition énergétique et lutter contre les inégalités."

Pour ce faire, les villes pourront s'appuyer sur les solutions développées dans le rapport publié le 1er décembre par le C40, notamment celles mises en œuvre par les dix villes les plus écologiques de l'année, dont les noms seront dévoilés lors du sommet. Anne Hidalgo mise en particulier sur l'alliance des villes avec le secteur privé et les citoyens, clé de l'innovation.

"Il faut que le C40 parvienne à mieux mobiliser l'investissement privé. Car aujourd'hui, 70 % de l'investissement dans la transition énergétique et la mobilité sont le fait de l'investissement public", regrettait-elle dans ce même entretien.

Vision à long terme

Le 18 novembre dernier, le prix de la "Diplomate verte" de l'année est venu couronner son engagement dans sa propre ville. Outre la fermeture des voies sur berges (qui lui vaut ce mercredi 30 novembre une lettre ouverte de 168 maires de communes d'Ile-de-France), les actions menées sous sa mandature concernent la rénovation thermique d'immeubles privés, le déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques, des dispositifs originaux de chauffage pour les piscines ou encore l'appel à projets Parisculteurs pour végétaliser 5,5 hectares supplémentaires...

« Pour porter une telle stratégie, il faut bien sûr avoir une vision à long terme, car rien ne peut se faire à l'échelle d'une métropole sans la durée, dit encore Anne Hidalgo. À Paris, cela fait quinze ans qu'une majorité municipale progressiste a donné de la stabilité politique à ce territoire, pour tenir les engagements pris : mieux circuler, mieux respirer, mieux vivre ensemble, tout en assurant le développement économique. »

Certains voient là déjà l'esquisse d'un programme plus national...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2016 à 14:36 :
Anne Hidalgo : Championne du monde toutes catégories de la pollution ? Ce qu’il y a de remarquable avec la croisade anti-pollution d’Anne Hidalgo, est que cette dernière fait tout ce qu’il faut pour optimaliser le rejet de gaz à effet de serre et de particules polluantes dans la région parisienne. La méthode : Augmenter la longueur et la durée des bouchons pour créer un gaspillage artificiel de carburant. Ce ci est possible parce que Lles gens n'ont pas la possibilite de faire autrement que de prendre leur voiture pour aller travailler. Fallait quand même y penser.
a écrit le 05/12/2016 à 14:34 :
Anne Hidalgo : Championne du monde toutes catégories de la pollution ? Ce qu’il y a de remarquable avec la croisade anti-pollution d’Anne Hidalgo, est que cette dernière fait tout ce qu’il faut pour optimaliser le rejet de gaz à effet de serre et de particules polluante dans la région parisienne. La méthode : Augmenter la longueur et la durée des bouchons pour créer un gaspillage artificiel de carburant. Fallait quand même y penser.
a écrit le 01/12/2016 à 9:46 :
C'est une excellente idée de penser par delà les pouvoirs politiques nationaux et internationaux complètement englués dans la compromission oligarchique et donc incapables d'innover, de penser l'avenir.
Réponse de le 02/12/2016 à 12:44 :
Vous parlez bien de cette apparatchik non élue qui n'a de cesse d'imposer et de mettre en oeuvre des agendas qui n'ont été votés par personne et pour lequel elle n'a pas mandat?
Rassurez-moi, vous ne défendriez pas la fuite en avant géographique en plus de celle dans le temps?
Les deux caractéristiques les plus claires et nocives des soit-disant progressistes sont de vouloir imposer des changements sans retour en arrière et en éliminant toute contestation possibles. Ces pseudos organisations qui font florès n'ont d'autre but que de légitimer par le truchement de médias complices ces agissements. On connait malheureusement le résultat. Et il suffit de voir la crispation et l'agitation actuelle pour comprendre que se sentant près à perdre la main, ces mêmes progressistes font tout pour rendre tout détricotage le plus complexe possible.
Ce ne sont en rien des démocrates. Même leurs électeurs ne sont que des passagers de leur ambition délétère. Ils en changent a force de clientélisme sur fonds d'autrui. Ils en représentent au fond qu'eux-mêmes et restent inchangés dans leurs visions comme dans leurs méthodes depuis toujours.
Réponse de le 05/12/2016 à 11:46 :
Non élue ?

Vous voulez dire que Anne Hidalgo a putsché la mairie de Paris ?

Incroyable dites donc la situation de notre pays est encore pire que je ne le croyais... Ironique bien entendu.
a écrit le 30/11/2016 à 19:42 :
Et à Paris, elle ne mène visiblement pas le combat pour la propreté des trottoirs. Dommage...
Réponse de le 01/12/2016 à 0:09 :
C'est aux habitants d’être propres non ?? On voit surtout que le Français a du mal à garder ses trottoirs propres. Question d'éducation et de responsabilité citoyenne...A quand des cours de propreté à l'école, car les mentalités ont du mal à s'améliorer.
Réponse de le 01/12/2016 à 7:21 :
@reponse de education propprete : mais oui, c'est vrai, cela n'empêche pas qu'il faut qu'un maire s'occupe prioritairement de la propreté de sa ville et de faire nettoyer les trottoirs qui sinon se transforment en "crottoirs". Les campagnes de communication appelant au civisme font certes partie de la démarche globale. Mais qu'attend-elle ? Pas d'intérêt pour le sujet ? Peur de choquer ses électeurs et de ne pas être réélue ? C'est si dur d'assumer ses responsabilités ...
Réponse de le 01/12/2016 à 7:45 :
le rôle de l'école n'est pas de se substituer a tous les manquements des parents et de la société : c'est une vision de facilité et d'irresponsabilité !!!
Réponse de le 01/12/2016 à 13:42 :
Vous n'avez toujours pas compris à quoi sert l'école ? L'école ne sert pas seulement à apprendre à compter et à lire, mais aussi à forger les individus intellectuellement, leur apprendre à développer leur intelligence, leur sens critique, et aussi leur coté humain et citoyen, c'est à dire enseigner les valeurs humaines comme la politesse, le respect, l'amitié, l'écoute et la compréhension, la tolérance etc . Les parents jouent ce rôle mais l'école aussi ! Surtout que beaucoup de parents ne remplissent pas du tout leur role ! Alors oui, l'école , ce n'est pas seulement apprendre des poèmes par cœur, mais c'est aussi apprendre à devenir un être humain droit et correct. C'est vous l'irresponsable de léguer l'éducation morale entièrement aux parents, sachant que énormément de parents ne remplissent pas leur rôle éducatif parental.
a écrit le 30/11/2016 à 16:59 :
"Mieux circuler, mieux vivre ensemble"... On ne doit pas vivre dans la même ville ! Nous espérons qu'Anne applique à elle même ce qu'elle entend imposer aux autres et que son voyage à Mexico s'est fait grâce un un transport qu'elle qualifie de doux. Ah non, on me souffle à l'oreille qu'elle aurait pris l'avion dans un aéroport de banlieue, rejetant ainsi sur la région parisienne une pollution que son adjoint julliard estime responsable de 6500 morts / an...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :