500 ans après la publication de « Utopie », hommage à Thomas More

 |   |  870  mots
Thomas More, par Hans Holbein le Jeune (1527).
Thomas More, par Hans Holbein le Jeune (1527). (Crédits : Wikipedia)
Dans ce monde de transition du XXe au XXIe siècle, la pensée utopique de ce penseur humaniste mérite d'être redécouverte.

Dans ces temps troubles de « la post vérité », de la manipulation, de l'intolérance, du rejet de l'autre, de l'autoritarisme et du repli sur soi, le dernier texte de l'année 2016, je le dédie au 500e anniversaire de l'invention de l'UTOPIA [1], par Thomas More.

Rendons hommage à un humaniste qui a voulu décrire une société paisible, où travail, repos et plaisirs s'équilibrent, où la fraternité règne, où les hommes croient dans les dieux de leurs choix, en vivant libres et en harmonie avec la nature. C'est dans cet île baptisée Utopia, du nom du chef des romains Utopus, qu'un système vertueux de vie heureuse fut bâti, après qu'il eût échoué sur cette terre. Thomas More était un fervent catholique, rempli d'espoir dans l'homme et convaincu de la valeur de la démocratie dans une société humaine. Il pensait que son accomplissement était du ressort de l'engagement de ceux qui vivent en société et non pas issu d'une intervention divine. Il décrit aussi les limites et faiblesses de la nature humaine, déteste les guerres, préconise la transparence ainsi que la punition pour ceux qui commettent des crimes et émet le souhait d'une société idéale, bâtie par l'homme au service des hommes. Sa société idéale est plus un appel au réveil de la conscience humaine créatrice et salutaire, qu'un appel à la révolte : « Je le souhaite plus que je ne l'espère ».

Avec Erasmus, son ami indéfectible, qui avait écrit « L'éloge de la folie », admirateur de l'humaniste italien Pic de la Mirandole, il est porteur d'un humanisme qui a des valeurs universelles, se ressourçant dans l'antiquité de Platon et sa « République » en apportant à la Renaissance l'espérance d'un monde meilleur, dans une époque qui se débattait avec des particularismes de toute sorte, replis nationaux, littératures locales, divisions et schismes isolationnistes.

Amoureux de la pensée humaine

Devenu grand Chancelier du Royaume d'Angleterre, défenseur du Pape et de l'unité de l'Eglise catholique et s'opposant à ce que le roi d'Angleterre soit également le chef de l'Eglise anglicane, il fut accusé de haute trahison, jugé et décapité en 1535. Son œuvre, écrite en latin, s'est surtout répandue quelques années après sa mort, avec ses traductions en multiples langues modernes pour acquérir une influence mondiale dans la pensée sociale et ce jusqu'à nos jours. Ironie de l'histoire, en 1935, deux ans après l'arrivée de Hitler au pouvoir, quand le parti nazi commence à répandre sa haine comme socle de sa gouvernance, et 400 ans après sa mort, Thomas More fut canonisé.

Pour cet amoureux de la pensée humaine « Utopie », du grec « topos », étymologiquement un « non lieu », est une île avec de proportions infinies, qui n'existe pas sur une carte. Mais il est question aussi du lieu platonicien (la Khôra) dans lequel s'inscrit notre existence, le territoire de la vie, de l'être social, celui du « Polis » toujours en grec, du « Civis » en latin. Cette « Utopie » nous rappelle « l'écoumène » d'Eratosthène, quand l'homme découvre sa terre, avec la prise de conscience que l'homme et nature sont la même expression de la vie et que les relations sociales entre les hommes eux-mêmes et la nature sont interdépendants.

Bien des utopies sont encore vivantes aujourd'hui,

L'œuvre de Thomas More, inspiratrice de nombreux courants de pensées, a traversé le temps. L'utopie est devenue le rêve impossible, dans le langage courant. Mais les temps modernes ont engendré son contrepoint, la dystopie, quand le rêve d'un idéal paisible devient un cauchemar. En effet, l'utopie fut reprise par Rabelais, Voltaire, Babeuf, Saint Simon, Fourier, Proudhon, Marx, Engels, entre autres. La philosophie et la littérature utopiques originelles de Thomas More ont été réinterprétées par la pensée politique marxiste du XIXe siècle découlant sur les expressions totalitaires du communisme du XXe siècle. Hélas, un univers bien lointain, antinomique, de ce que l'humaniste Thomas More avait pu imaginer pour son île.

Pour autant bien des utopies sont encore vivantes aujourd'hui, nourrissant multiples projets et espoirs au travers le monde.

Il n'en reste pas moins que 500 ans après sa publication, la pensée utopique humaniste mérite d'être redécouverte. Dans ce monde de transition du XXe au XXIe siècle, miné par les nationalismes, le rejet de l'autre, la démagogie, les populismes de toutes sortes, le poids des religions pratiquées avec intolérance, la cohorte du racisme et de la xénophobie qui gagne du terrain partout, sans compter l'exclusion sociale de notre monde devenu urbain et le déracinement humain de nos vies citadines, il est certainement bénéfique de se ressourcer dans cette pensée, pour régénérer ces valeurs universelles, indispensables pour notre survie aujourd'hui.

___

[1] Titre original de son texte : « De optimo Reipublicae statu deque nova insula Utopia libellus vere aureus, nec minus salutaris quam festivus », « Du meilleur état de la chose publique et de l'île nouvelle d'Utopie, un précieux petit livre non moins salutaire que plaisant ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2017 à 11:08 :
UTOPISTES DE TOUS PAYS UNISSES VOUS? TOUS LES PHILOSOPHES ET LES GRAND PENSEURS ETTAIS DES UTOPISTES . LE DERNIER LE PLUS CONNUE ET ALBERT EINSTEIN .LE PERE DE LA PREMIERE BONBE QUI NOUS DONNES 100 ANS DE PAIX ENTRE LES NATIONS ? JE VOUS CONSEILLERAIS SONT LIVRE/ COMMENT JE VOIE LE MONDE DE ALBERT EINSTEIN PARUE CHEZ FLAMARION EN 1979///
a écrit le 10/01/2017 à 0:02 :
C'est le problème de l'utopie, le rêve de perfection qui se transforme souvent en dictature et tyrannie car l'utopie est aussi une idéologie qui refuse le compromis au nom du bien et de la perfection contraire a la nature de l'homme.
Réponse de le 12/01/2017 à 8:28 :
et son renoncement est tout aussi dangereux et dégouttant, il fait place au cynisme et donc tout autant à l' intolérance.
a écrit le 30/12/2016 à 10:02 :
Merci pour ce conseil de lecture et ce rappel de pensées, utopiques ?
Pas tant que cela, car même si on n'en est pas toujours conscients, une partie de l'utopie a été réalisée. Et actuellement on a encore l'avantage de pouvoir choisir de préserver ce qui a été fait, mais l’équilibre est fragile.

Un rappel utile pour réfléchir sur le vivre ensemble, dans ce contexte ou la société (et la république) sont soumises à des épreuves multiples : nationalismes, populismes, intégrismes, tous les symptômes d’un déséquilibre. Si on regarde le passé, les velléités nationalistes et les replis sur soi engendrent souvent des conflits, car le moindre prétexte est utilisé par les va t’en guerre pour rajouter des conflits aux conflits.

Une société équilibrée permet de laisser la place aux aspirations d'un plus grand nombre et idéalement de chacun, mais surtout en préservant l’équilibre de l'ensemble.

Ce n’est pas une autorité totalitaire, ou une quelconque divinité, qui poura résoudre les problèmes de nos sociétés, mais le maintien d’un socle social juste et le plus « intégrant » possible. C’était (et c'est toujours) l’origine du projet européen, idéalement fédérateur et rassembleur. Même si tous les rêves ne sont pas faciles à réaliser, il faut toujours essayer et surtout persévérer.
a écrit le 28/12/2016 à 21:24 :
L'avantage de son ouvrage, c'est justement d'accéder au rêve, qui est un élément essentiel de la vie humaine. Que serions-nous si nous n'avions aucun espoir ? Il faut y croire, car avec un peu d'efforts, on peut accéder non pas à l'inatteignable, mais à une vie meilleure :-)
a écrit le 21/12/2016 à 11:25 :
P.S.: Tiens c'est marrant il y a 500 ans les banques naissaient et du coup l'utopie trépassa.
a écrit le 21/12/2016 à 11:18 :
Pour empêcher les gens de faire n'importe quoi et encore votre n'importe quoi n'est pas le mien, encore faudrait il que les politiciens s'occupent d'eux et non seulement des riches qui ne font qu'appauvrir les peuples en permanence.

Cela fait belle lurette que la population française du 19ème siècle, dans le contexte actuel, ce serait révolté. Les médias de masse imposant une pensée unique bien pratique pour les possédants.
Réponse de le 23/12/2016 à 16:31 :
Je vous rejoint citoyen blasé : la morgue des nantis et leur mépris du peuple est incommensurable , il ne peut que déboucher, un jour prochain je l'espère, que sur un gigantesque combat de classes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :