De l'Open Data à l'Urban Data

 |   |  1515  mots
Dans les 5 ans à venir, la convergence d'une France urbanisée, de plus en plus métropolitaine, avec l'hyper connectivité bouleversera nos manières de vivre, besoins et usages sociétaux dans nos villes sans qu'aucune composante n'échappe à cette transformation.
Dans les 5 ans à venir, la convergence d'une France urbanisée, de plus en plus métropolitaine, avec l'hyper connectivité bouleversera nos manières de vivre, besoins et usages sociétaux dans nos villes sans qu'aucune composante n'échappe à cette transformation. (Crédits : Reuters)
La prochaine présidence française sera celle qui franchira le cap de la deuxième décennie du XXIe siècle. Un siècle traversé par deux tendances majeures qui se déploient de manière massive : l'urbanisation et l'hyper connectivité des hommes et des objets. Au siècle des villes et de l’ubiquité, la data urbaine sera un enjeu stratégique dans une France citadine.

La vie urbaine dans cette décennie qui approche sera traversée par des transformations profondes autour des usages. L'économie servicielle qui touche tous les secteurs de l'activité va approfondir ses développements avec de nouveaux comportements des usagers, - devenus producteurs et consommateurs de données en masse -, pour presque tous les actes de la vie quotidienne. A ce jour, les 15 métropoles créées représentent aujourd'hui 39% de la population du pays, 43% de l'emploi et 51% du PIB avec la perspective à court terme d'un possible passage à 22 métropoles augmentant leurs poids dans la vie nationale. La récente signature du Pacte Etat Métropoles avec 15 pactes métropolitains d'innovation et une mise en réseau des 15 métropoles sont un signe de cette évolution  irréversible concernant le poids de la vie métropolitaine et urbaine dans notre pays.

Dans les 5 ans à venir, la convergence d'une France urbanisée, de plus en plus métropolitaine, avec l'hyper connectivité bouleversera nos manières de vivre, besoins et usages sociétaux dans nos villes sans qu'aucune composante n'échappe à cette transformation : l'habitat, l'environnement, l'éducation, la culture, les transports, la santé, la sécurité, l'énergie, l'eau, les déchets... mais aussi la gouvernance et la vie citoyenne qui sont traversés par cette double révolution des usages et du numérique.

Un monde physique urbain producteur de données en temps réel

Un puissant maillage se tisse dans nos vies urbaines, porté par les « smart devices », la géo localisation, l'Internet des objets et la présence de citoyens mobi-connectés, qui passeront bientôt au 5G et disposeront du Très Haut Débit. Pour la première fois, notre monde physique urbain devient ainsi producteur en temps réel de données. Cette production est massive, décentralisée et fortement autonome. Cette ubiquité va encore changer profondément les modèles d'usages, de services et économiques, dans un monde devenu urbain.

La Data se retrouve au coeur, devenue ressource clé, car accessible à tous. L'émergence de l'Open Data, du codage pour tous, a permis à des non spécialistes de concevoir de nouveaux usages. La vie urbaine sera alors le catalyseur de nouveaux paradigmes : anticiper et comprendre les interactions entre les systèmes qui composent les villes dans le but de croiser les données et de les valoriser, via la conception de nouveaux usages qui facilitent la vie de citadins. La force de la Data et sa vraie valeur au XXIe siècle, ne réside pas paradoxalement dans sa production, mais dans la capacité qu'elle offre à dépasser les objets et les systèmes, pour pouvoir s'intéresser avant tout, à leurs interactions, leurs interdépendances.

Transformer les données en un usage social

Pour comprendre la réalité de phénomènes de notre vie urbaine courante aussi variés que nos déplacements urbains, les approvisionnements énergétiques, la gestion des flux, les impacts du changement climatique, et bien d'autres situations, il est indispensable d'appréhender les liens entre les diverses entités et au cœur, le lien entre le métabolisme de la vie urbaine et celui de la Data. Cette dernière est aussi dynamique ; elle est créée, elle est produite, et elle aussi évolue dans le temps et se transforme. Le devenir d'une matière brute à une connaissance apprivoisée dans un contexte  est un enjeu majeur donnant lieu à de nouveaux usages et services qui bouleversent notre quotidien, et encore plus dans les années à venir

Les grands succès disruptifs tels Google, Apple, Facebook, Uber, AirBnB, Amazon, Ali Baba, etc., reposent sur leur capacité à transformer les données dans un usage social, simple et accessible, au travers des plateformes d'hybridation, pour produire des services qui transforment nos vies et nos villes. Aujourd'hui l'hybridation des objets avec les données et l'usage social au travers les plateformes, sont au cœur de la révolution des usages par le numérique, qui trouvent leur incarnation dans la vie citadine, urbaine et de plus en plus métropolitaine.

Le défi : comprendre les changements qui s'opèrent

Un défi majeur se pose pour la prochaine présidence de la République Française : comprendre les changements qui s'opèrent avec la force de la vie urbaine et la production - consommation massive de données par les urbains. Il deviendra indispensable d'aborder la gouvernance et la structuration  de la donnée et de ses usages, non pas uniquement à l'aune de l'Open Data, mais d'aller au delà, pour donner toute sa place et sa puissance à la Data Urbaine. Elle sera source de nouvelles opportunités économiques, de création de valeur, d'innovation et de disruption, qui passeront par les territoires, les métropoles, les villes et la vie urbaine en général.

Mais prendre ce tournant signifie aussi, comprendre et accepter la portée du fait urbain : comment expliquer qu'au XXIème siècle, au siècle des villes, les choix politiques qui vont présider les cinq années à venir, soient désincarnés du territoire, la ville, là où se trouve l'essentiel de la population en France, comme partout en Europe et dans un monde qui est à majorité citadin ?

Développer la politique urbaine adéquate

Il est temps que l'Etat Français développe une politique urbaine sortant de l'émiettement des compétences, pour appréhender les villes dans leur complexité, dans leurs transversalité, les sortir d'une approche en silo et sectorielle. Il est temps de faire une politique visionnaire et innovatrice qui donne aux métropoles, villes et territoires urbains, de nouvelles capacités de gouvernance et d'action. Le passage de « « l'Open Data » à « l'Urban Data » est l'un des pivots de cette feuille de route. Donner la priorité à la compréhension de la Data Urbaine et offrir de nouveaux instruments pour la canaliser vers de nouveaux gisements de valeur sera cohérent avec une nouvelle décennie dans laquelle le Big Data, les algorithmes et l'IA se trouvent au cœur de batailles stratégiques. Je suis en faveur, entre autres, d'une action forte, portée par l'Etat avec une action décentralisée autour de la Data Urbaine, avec un outil de réflexion stratégique, un Conseil National de la Data Urbaine, qui permette de créer une autre approche dans la gouvernance  et les outils de traitement.

Je soutiens les actions en vue de donner plus de compétences aux gouvernances urbaines afin de donner davantage de moyens à sa capacité à innover, expérimenter, promouvoir des actions autour de la convergence entre la data urbaine, les nouveaux usages et les éco systèmes territoriaux. Je plaide pour un plan national d'investissement fort, pour l'expertise de la Data Urbaine alliant universités, académiques, scientifiques, chercheurs, entreprises, pour que dans les territoires, avec nos métropoles et villes, la Data Science soit portée avec disruption et aussi pragmatisme.​

Pour un « ministère de la Vie urbaine »

Il est temps d'imaginer un « ministère de la Vie urbaine » qui soit à la hauteur du défi de la double convergence de l'urbanisation mondiale, européenne et française, et de l'ubiquité omniprésente à croissance exponentielle.

D'un ministère à l'autre la politique urbaine est décomposée arbitrairement en attributions verticales, fonctionnelles, souvent s'ignorant entre elles, si ce n'est pas en concurrence  sur l'habitat, le transport, le développement durable, l'énergie, le commerce, l'économie, la solidarité... Souvent réduite « aux quartiers » comme expression d'une vision réductrice et dépassée, elle est pour l'essentielle inexistante quand en réalité, ce sont les villes et  nos vies urbaines traversées par le numérique aujourd'hui qui sont au cœur de nos grands défis, sociaux, économiques, culturels, écologiques et de résilience. Elles sont au cœur de la production de richesses et des emplois.

Agir avant qu'il ne soit trop tard

Au siècle des villes, la prochaine décennie est décisive car la concurrence n'est plus  du ressort uniquement entre les états mais également, et de plus en plus, entre les villes. A son tour, le numérique et ses acteurs sont devenus transnationaux. La Data Urbaine est un enjeu stratégique pour les années à venir, et il est indispensable de prendre conscience et d'agir avant qu'il ne soit pas trop tard et qu'une fois de plus, nous soyons passé à côté d'une source de création de valeur, de développement et de transformation de nos gouvernances, usages et services.

En 2030, les 750 plus grandes métropoles devraient représenter plus de 60% du PIB mondial. Aujourd'hui, 140 villes portent 44% du PIB en Europe, et l'économie de services utilisant massivement les « data » se trouve au cœur de cette mutation profonde. Construire des villes inclusives et pour tous, passe aussi par donner plus de compétences aux territoires dans cette transformation. Voilà un enjeu fort pour le prochain quinquennat : aller de « l'Open Data » à la « Data Urbaine » dans des villes pour tous.

Paris, 5 mars,
Pr Carlos Moreno, expert international de la ville intelligente

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2017 à 10:51 :
encore un avis pseudo prophétique sur ce qui existe déjà
et un ministère en plus ralala ça en devient ridicule ce genre d'articles
a écrit le 11/03/2017 à 16:12 :
Utilisez votre précieux ami Google pour rechercher les définitions de "technobabble" et de "discours délirant".

Vous allez jusqu'à la contradiction dans les termes! Une "action forte portée par l'Etat", pour plaire à vos collègues du PS, mais pour une "action décentralisée", qui lisse dans le sens dans le sens du poil vos muses Facebook, Apple et autres Uber, d'essence ultralibérale.
Votre travail serait risible s'il ne prenait pas la place d'authentiques intellectuels, comme Romaric Godin, fraîchement menacé de licenciement par La Tribune. L'imposture gagne alors en amertume, vous conservez la parole car vous manquez de mordant.

Tenez-vous en à l'ornithologie, ou bien apprenez à nommer vos ennemis, car si l'on se pose en s'opposant, vous ne faites que léviter.
a écrit le 09/03/2017 à 8:56 :
Donc, si je comprend bien, en dehors de ces p... de villes, le monde n'existe pas ? J'ai bien peur que le prochain vote de la France profonde ne ramène les citadins à la réalité...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :