Des villes pour la vie

 |   |  1305  mots
Les 31 août et 1er septembre se tiendra ensuite à Medellin, en Colombie, le Cities For Life Global Meeting qui réunira de très nombreux acteurs de la ville venus du monde entier pour partager des expériences et des connaissances.
Les 31 août et 1er septembre se tiendra ensuite à Medellin, en Colombie, le Cities For Life Global Meeting qui réunira de très nombreux acteurs de la ville venus du monde entier pour partager des expériences et des connaissances. (Crédits : Reuters)
A l’approche de la pause estivale, je signe cette dernière tribune régulière consacrée à la ville vivante et profite de l’occasion pour rappeler quelques grands rendez-vous de la communauté internationale de la Smart City Humaine. A vos agendas, et rendez-vous à la rentrée !

Dans quelques semaines se tiendront en Amérique Latine deux importants événements consacrés à la ville de demain, auxquels j'aurai le plaisir de participer. Du 27 au 31 juillet aura lieu à Bogota, en Colombie, le forum MES TIC 2015 dédié aux villes intelligentes, inclusives et sociales. Je participerai à la conférence d'ouverture et donnerai ensuite trois conférences en lien avec mon thème de prédilection, la ville vivante. Les 31 août et 1er septembre se tiendra ensuite à Medellin, en Colombie, le Cities For Life Global Meeting qui réunira de très nombreux acteurs de la ville venus du monde entier pour partager des expériences et des connaissances. Medellin, ville pionnière dans l'intelligence urbaine, socialement inclusive, qui a montré avec efficacité comment «hacker la technologie » au service de la vie, les usages et les services sera le point de rencontre de cet écosystème de la ville pour la vie. Je suis très heureux de faire un keynote et de participer aux ateliers de co-création qui permettront d'échanger et mettre en valeur nos visions et expériences. La plateforme Villes pour la Ville sera également lancée à cette occasion.

C'est avec joie que je m'associerai au vaste processus de création d'un écosystème collaboratif ouvert que l'on observe aujourd'hui en Amérique Latine et aux quatre coins de la planète.

Nous organiserons dans le cadre de cet événement en partenariat avec l'INTA, une session spéciale dédiée à la préparation de la grande conférence internationale Habitat III organisée par les Nations Unies à Quito du 17 au 20 octobre2016. Cette session compte parmi les 10 sessions que nous organisons un peu partout dans le monde avec l'INTA en vue de préparer cet événement mondial majeur consacré au développement urbain. Le positionnement qui est le nôtre est le même depuis plusieurs années maintenant : défendre une ville de demain qui repose sur la convergence entre intelligence urbaine, inclusion sociale et levier technologique.

Par la suite le 10 et 11 septembre le rendez-vous sera à Abidjan où je serai présent pour évoquer la ville de demain sur ce continent espoir, l'Afrique, qui avec la démographie et l'urbanisation galopante représente un enjeu majeur pour la transformation des villes et vies dans cette partie du monde, amenée à jouer un rôle clé dans la décennie à venir.

J'aurai aussi le plaisir d'aborder un peu plus tard un autre événement à nouveau en Amérique Latine,  cette fois ci à Bogota, qui va accueillir le Cities and Climate Change Summit du 21 au 23 septembre, dans le cadre du positionnement stratégique des villes en préparation de la COP21 à Paris.

Une dynamique de fond

Me voilà aujourd'hui très heureux de la dynamique internationale qui s'est enclenchée autour de cette approche visant une meilleure cohésion sociale, la démocratie territoriale, la participation citoyenne et une culture commune du vivre-ensemble. La ville que nous voulons conjugue une identité affirmée, un développement économique prospère et une forte attractivité territoriale - le tout dans le respect de la transition écologique et de la biodiversité. Ces thématiques qui se sont imposées d'elles-mêmes sur la scène internationale mobilisent aujourd'hui de plus en plus d'acteurs : maires, décideurs, institutionnels, associations, citoyens. Le fil de cette approche est bel et bien la ville vivante, la ville pour la vie, celle qui permet de vivre en bonne intelligence, donnant la priorité à la qualité de vie, à l'humain, aux usages et aux services. Nous nous félicitons aujourd'hui de faire partie des pionniers de cette approche citizen-centric.

En tant que porteur du Forum international Live in a Living City, je m'efforce de contribuer à cette dynamique de fond, avec l'ensemble de nos partenaires nationaux et internationaux, à travers les sessions spéciales organisées en France en partenariat avec La Tribune. Après Toulouse le 16 décembre 2014 et Bordeaux le 3 avril dernier, nous organisons une séance à Nantes le 18 septembre dans le cadre de la Digital Week, puis une journée de débats à Marseille le 25 septembre, avant le Forum de Paris les 26 et 27 novembre en préambule de la COP 21.

D'autres initiatives qui fleurissent en parallèle montrent qu'il est important de fédérer un vaste écosystème transverse sur ces thématiques. Le 25 septembre prochain aura lieu à partir de 20h00, à l'Hôtel de Ville de Paris, le festival du documentaire vidéo dédié aux grandes métropoles, Megacities Shortdocs. Ce projet, mené conjointement à Paris, New-York et Shanghaï et dont je suis l'un des parrains, permettra de faire connaître des vidéos de 6 minutes sur les diverses problématiques de la vie urbaine dans ces trois métropoles. La ville et les réflexions portant sur la construction de l'espace urbain sont, grâce à ce type d'initiatives, ouvertes à tous regards et de sensibilités - ce qui génère une approche constructive, contribuant à la réflexion collective sur la ville ouverte, vivante, pour tous.

A la veille de la COP 21, il est crucial en effet de rappeler l'importance d'une ville vivante tournée vers les usages et les services, radicalement distincte de la « ville-logiciel », « ville-modelisée », « ville-algorithme » traduction d'une vision technocentrique et tout à fait stérile - car la ville, de fait, est avant tout un espace socio-territorial de vie et de partage.

Des signaux d'alerte forts

Les épisodes caniculaires que nous vivons actuellement, et qui seront bientôt de plus en plus forts si nous n'agissons pas de concert pour limiter les effets du réchauffement climatique à l'échelle des espaces urbains, rendent aujourd'hui manifeste la grande vulnérabilité socio-terrioriale des villes. A nous de la gérer dès à présent, dans une démarche associant inclusion sociale et réinvention urbaine.

Il suffit de regarder, dans les quartiers périphériques de Paris et dans plusieurs villes en France, ce qui a récemment été nommé les « piscines verticales ». En réaction à la canicule, dans des zones urbaines toalement dépourvues de plans d'eau comme de diversité paysagère, envahies par les barres de béton, certains habitants ont ouverts les bouches d'incendie réservées aux pompiers en cas d'incendie afin de se rafraîchir. Les jets d'eau de quelques mètres de hauteur ont rapidement répandu plusieurs millions de litres d'eau sur les voies, les détournant en lieux de loisir pour toutes les générations du quartier. En un seul week end, celui du 3 juillet,  plus de 300 points d'ouverture sauvage ont eu lieu.

De tels phénomènes, incontestablement, doivent nous interpeller : comment renforcer le bien-vire ensemble dans des espaces urbains marqués par une cinétique de transformation extrêmement lente ? Des espaces publics à ré inventer qui donnent le pouls de la vie dans la ville.

La récente 3ème conférence internationale qui a eu lieu à Stockholm « Future of Places » place plus que jamais d'actualité des messages clés : "des espaces publics ouverts et accessibles à tous, des lieux sociaux avec culture et partage qui sont indispensables pour un développement du mieux vivre ensemble".

Je vous invite à regarder dans ce cadre (en anglais)  l'intervention de Saskia Sassen et le débat qu'elle a eu avec Richard Sennett.

Oui, les espaces publics sont au cœur de la vie de la ville et sont avant tout des lieux sociaux, des formes sociales d'expression, qui demandent une attention particulière dans ses mutations et projections  vers le futur.

Ces exemples nous permettent également de prendre conscience que la ville n'est pas un « terrain de jeu logiciel », mais bel et bien un espace à partager, un espace où l'on vit ensemble. La ville de demain sera citizen-centric, ou elle ne sera pas ! Il nous revient donc de poursuivre la mobilisation en faveur de la ville vivante pour tous.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :