Ville résiliente et inclusive, notre défi urbain

 |   |  625  mots
Urbanisation massive, changement climatique, expansion des technologies, et croissance des inégalités sont les quatre défis majeurs que la planète doit régler d'ici à 2030. (Photo: Manhattan sous la pluie, le 20 août 2016)
Urbanisation massive, changement climatique, expansion des technologies, et croissance des inégalités sont les quatre défis majeurs que la planète doit régler d'ici à 2030. (Photo: Manhattan sous la pluie, le 20 août 2016) (Crédits : Reuters)
A l'approche du Sommet mondial "Cities for Life", qui aura lieu à Paris les 21 et 22 novembre prochains, sous le triple signe de l'inclusion, de la résilience et de l'innovation, nous aborderons dans La Tribune, pendant plusieurs semaines, les enjeux considérables qui se posent à notre planète de plus en plus urbanisée.

Avec les 17 Objectifs du Développement Durable (ODD) pour les quinze ans à venir, l'ONU pointe très clairement, dans l'Objectif n°11, l'impact de la mutation urbaine dans la transformation de nos villes: «Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables.» Il résume les enjeux considérables qui se posent pour notre planète majoritairement urbanisée.

Portés par une vision à l'horizon 2030, ils seront profondément amplifiés par les quatre défis majeurs que sont : une massive urbanisation inscrite dans la bascule vers l'axe Est-Sud de la planète avec ses mégalopoles et métropoles, le changement climatique et le lien étroit avec l'activité humaine dans les villes, la présence de la technologie qui traverse nos vies, et, enfin, la pauvreté comme expression des inégalités.

Apparition d'une nouvelle vulnérabilité urbaine

En matière de résilience, nous constatons l'impératif d'un changement de paradigme. La question de la résilience est souvent abordée sous l'angle des risques majeurs et des catastrophes associés à l'ensemble des actions qui sont indispensables pour anticiper et faire face aux crises. Mais, aujourd'hui, il est impératif d'intégrer une vision plus large: la vulnérabilité de la ville liée aux mutations du tissu urbain et de son environnement social-territorial.

La complexité des villes, l'urbanisation croissante, l'augmentation des besoins à satisfaire en lien avec l'explosion démographique, la pression due à la diminution des ressources, mais également les fractures socio-économiques visibles dans le tissu social, font apparaître aujourd'hui une nouvelle sorte de vulnérabilité urbaine. Celle-ci se manifeste notamment par les effets couplés d'un important étalement urbain et des difficultés de vie de larges franges de populations urbaines et, malgré leurs aspirations légitimes à trouver en ville de meilleures conditions de vie, par une hausse de la précarité et de l'exclusion sociale.

Fragilité des relations des habitants avec leur territoire

De même que le développement durable est venu s'inscrire dans un cadre multidimensionnel, la résilience doit associer la vulnérabilité urbaine avec ce triplet indissociable environnement, économie et société. Cette association est indispensable pour comprendre la fragilité de la ville, du tissu urbain et des relations des habitants avec leur territoire. C'est l'essence même de la notion de ville sensible, de ville vivante, différente de celle de la smart city technologique et algorithmique.

La réflexion et l'action à l'échelle des villes dans notre monde urbanisé démontrent l'importance capitale de la compréhension de ces facteurs de vulnérabilité devenus structurels.

Saisir la portée de la transition urbaine à l'oeuvre

Plus que jamais, il est essentiel de saisir la portée de cette transition urbaine que vit notre planète. Elle se trouve au cœur des enjeux reliant l'activité humaine, le changement climatique et la pauvreté. On constate que l'exclusion sociale est l'expression humaine de la fragilité de nos territoires.

A l'heure de nos "villes-mondes" - tendance inexorable dans un monde globalisé -, et de nouvelles tensions croissantes liées aux notions d'identité, d'appartenance, dans un cadre socio-économique qui se dégrade, il est de notre devoir de proposer des actions transversales et innovatrices dans nos villes en répondant aux exigences de plus en plus fortes des citoyens vis-à-vis de leur gouvernance locale, afin de retisser le lien social, culturel et économique.

C'est à la lumière de cette nouvelle donne qu'il est nécessaire de se pencher sur la vulnérabilité sociale-urbaine. Elle apparaît aujourd'hui comme un élément majeur de la résilience pour une ville vivante, sensible, inclusive, innovante et humaine avec la puissance de la technologie et du numérique à son service.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2016 à 9:52 :
Et pas un mot sur la pollution ? Dommage.

En ce qui concerne la pauvreté grandissante ça fait bien longtemps que les autorités ont trouvé la solution en mettant des flics et autres gardiens privés un peu partout là où elle n'est pas encore présente.

Une barrière sécuritaire contre la pauvreté, ça c'est chouette.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :