VTC : avec Marcel, plus vous commandez tôt, moins c'est cher

 |   |  467  mots
Marcel a été retenu par l'incubateur public d'innovation Agoranov, dont des entreprises comme Criteo ont fait partie.
Marcel a été retenu par l'incubateur public d'innovation Agoranov, dont des entreprises comme Criteo ont fait partie. (Crédits : Marcel)
La jeune start-up compte appliquer au transport urbain les principes de la gestion des rendements afin d'optimiser le taux de remplissage des véhicules tout en proposant les tarifs les plus bas du marché.

L'innovation a encore de beaux jours devant elle sur le marché du transport de personnes. C'est en tout cas ce que laisse à penser la jeune pousse "Marcel" qui s'est lancée sur le marché des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) en juin dernier. Comme Uber, la start-up est une plateforme technologique de mise en relation entre chauffeurs et particuliers. Elle n'est donc pas à proprement parler une entreprise de VTC à l'instar de Drive, Le Cab et autres Chauffeur-privé.

Lire: le curieux cas d'Uber : ni taxi, ni VTC

Du "yield management"

En revanche, pour se démarquer de ses concurrents, outre le fait d'avoir opté pour un prénom "facile à retenir" en guise de marque, la société mise sur la technique du "yield management" - système visant à optimiser coûts et flux - comme dans l'aérien, qui consiste à faire varier les prix en fonction du moment de la réservation ou du taux de remplissage.

"Le yield management, c'est un Paris-Figari à 500 euros en août et à 20 euros en décembre", résume Bertrand Altmayer, Président et co-fondateur de la société.

Un Orly-Paris pour 10 euros

Ainsi, plus vous commandez tôt, et moins vous payerez cher des courses qui du reste affichent déjà des prix, parmi les plus bas du marché (32 euros pour un Paris-Orly). En outre, si la demande vers les aéroports tôt le matin est forte, celle en sens inverse vers 9h ou 10h l'est moins. Marcel envisage donc de proposer des trajets de retour à 10 ou 15 euros (contre 12 euros environ en RER), pour éviter que leurs chauffeurs ne repartent à vide.

Cette technique du yield management doit pouvoir s'appliquer au transport urbain, explique Benoît Richard, Directeur général et co-fondateur de Marcel. D'ailleurs, pour mener à bien leur projet, les deux jeunes diplômés d'HEC se sont entre autres associés avec Béchir Tourki, qui a passé six ans au sein du département Recherche Opérationnelle d'Air France.

Séduire chauffeurs et clients

Grâce à cette optimisation d'agenda, les chauffeurs peuvent avoir une bonne visibilité sur leur carnet de commandes, dont ils empochent 85% des recettes, Marcel prenant une commission de 15%. A titre de comparaison, Uber prélève 20% sur chaque course. Sachant que les chauffeurs de VTC, indépendants - ils utilisent leur propre véhicule - peuvent, s'ils le souhaitent collaborer avec d'autres entreprises. De quoi séduire chauffeurs de VTC, mais aussi de taxis...

En attendant, le jury du Concours National 2014 d'Aide à la création d'entreprises innovantes, lui, a été conquis, puisque la technologie développée par Class&Co et exploitée par sa marque, Marcel, a été désignée lauréate par le ministère de la Recherche et la BPI dans la catégorie "création - développement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2015 à 19:37 :
C'est une bonne initiative en concurrence d'UBER.
En tant que VTC indépendant, la stratégie est intéressante et peut probablement intéresser de nombreux VTC.
A suivre donc :)
http://vtc-chauffeur.paris/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :