Big data : le français Dataiku lève 3 millions d'euros

 |   |  346  mots
La startup parisienne, qui édite un logiciel facilitant l’analyse des mégadonnées, réalise sa première levée de fonds auprès des fonds Serena Capital et Alven.

A peine deux ans d'existence et déjà un « big » premier tour de table. La startup parisienne Dataiku vient d'annoncer sa première levée de fonds de plus de 3 millions d'euros auprès de deux investisseurs français, la société de gestion Serana Capital (BonitaSoft, LaFourchette, Melty, Prixtel, Sequans, etc) et le fonds Alven Capital (iAdvize, Lengow, Drivy, Happn, Openclassrooms, etc).

Couronnée de nombreux prix, la jeune entreprise, fondée par des anciens d'Exalead, a conçu un logiciel, baptisé « Data science studio », qui selon elle « rend la data science facilement accessible aux novices et accélère la productivité des experts » en matière d'analyse des mégadonnées (ou données massives) et de création d'applications prédictives. Dataiku, qui emploie une vingtaine de personnes (développeurs, data scientists, commerciaux), compte parmi ses clients BlaBlaCar, Vente-privee; Pagesjaunes l'utilise pour perfectionner son moteur de recherche, Chronopost pour l'optimisation de la livraison de colis. La société serait déjà rentable et veut se développer rapidement à l'international.

Un potentiel à la Criteo ?

« Le fait d'être profitable dès notre premier exercice témoigne de la pertinence pour les entreprises d'avoir un outil qui leur permet d'aller plus vite dans la construction d'applications intelligentes qui valorisent leurs données. Cette première levée de fonds va nous permettre d'accélérer notre développement tant en France où restera installé notre centre de R&D ainsi qu'à l'international où notre action commerciale pourra se déployer » indique Florian Douetteau, le directeur général de Dataiku, et cofondateur avec Marc Batty, Thomas Cabrol et Clément Sténac.

Dataiku va commencer par ouvrir un bureau à New York au premier trimestre. Nicolas Celier, associé d'Alven Capital, qui siégera désormais au conseil d'administration de Dataiku, évoque le « potentiel mondial » de cette startup « sur un marché en très forte croissance. » De nombreux experts prédisent à Dataiku un avenir à la Criteo - par laquelle est d'ailleurs passé Florian Douetteau comme consultant, après avoir oeuvré chez l'éditeur de jeux IsCool.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2015 à 8:43 :
0fred, tout a fait,
la mode du "no connect" progresse, mais il y a aussi la mode du "bulls** connect" qui consiste à fournir des données aléatoires à ces grands services de tracking et analyseur de données. et là la quantité de données non pertinantes augmente à grande vitesse sur les serveurs bigdata.
le problème de leurs méthodes de trackings à ces braves gens, c'est qu''à force de tracker les gens et de leurs voler leurs données, les gens en ont marre, car même avec une fibre optique, les accès aux sites latribune n'ont jamais été aussi long. (il suffit d'installer ghostery sur latribune pour voir que 13 trackers vous traquent en continue sur ce site, et que donc pour afficher la page latribune, il faut se connecter à au moins 13serveurs différents)
a écrit le 20/01/2015 à 3:55 :
Des logiciels qui analysent des bases de données cela existe depuis des années...Demandez à la NSA...Google ou Facebook qui en usent et abusent...Pour les Marchands, Le big data ce n'est que la vieille utilisation des fichiers clients et des infos utilisateurs pour leurs vendre des produits plus ciblés ou adaptés... mais c'est toujours surtout l'analyse que l'on en fait qui compte...Ici on va encore alimenter une bulle avec des fonds d'investissements spéculatif avec des liquidités fournies en masse presque gratuitement par la BCE et la FED...pour s’apercevoir que ces infos sont redondantes et pas souvent pertinentes surtout si la mode du "no connect" qui consiste pour les internautes de refuser la transmission des fameuses données personnelles prend de l'ampleur...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :