Futur en Seine fête le numérique

 |   |  713  mots
(Crédits : DR)
La huitième édition du festival Futur en Seine aura lieu du 8 au 10 juin à la Grande Halle de la Villette. Conférences, démonstrations et ateliers consacrés à la révolution numérique vont se succéder pendant trois jours.

Vous êtes étudiant et fasciné par l'intelligence artificielle? Le festival Futur en Seine est fait pour vous. Le grand groupe qui vous emploie est en pleine transformation digitale ? Vous êtes le bienvenu. Vos enfants vous posent des questions sur les robots ? Les 10 prototypes exposés dans la Grande Halle de la Villette devraient satisfaire leur curiosité.

Du 8 au 10 juin, l'immense bâtiment de fer et de verre, fleuron de l'architecture du XIXe siècle, accueillera sur 3000 m 2 la huitième édition de cet événement unique par son caractère hybride, à la fois grand public et professionnel. « Ce qui nous différencie, c'est que nous sommes le seul événement dédié au numérique gratuit et ouvert à tous » rappelle Camile Pène, directrice du festival.

Organisé par Cap Digital, un pôle de compétitivité et de transformation numérique qui regroupe plus de 1000 adhérents PME, ETI, grandes entreprises, écoles, universités et investisseurs en capital, Futur en Seine est soutenu par la Région Île de France et de grandes entreprises (Maif, Orange, EDF, Sanofi, MGEN, groupe UP, etc)

Festival nomade, le plus grand rendez-vous européen de l'innovation a débuté en 2009 au 104, puis a pris ses quartiers au Carreau du Temple et à la Gaité Lyrique avant d'investir le Parc de la Villette. « À l'époque, nous n'avions pas tous un smartphone dans la poche, nous n'étions pas en train de communiquer sur Whatsapp, Snapchat ou Messenger, il n'y avait pas de chatbots pour nous répondre. Nous avions l'ambition d'aculturer le public au numérique et à ses enjeux. Et de créer des citoyens numériques éclairés » explique Camile Pène.

Premières cibles de cette évangélisation au digital : les enfants et les adolescents. Le programme Start Up For Kids est dédié à cette jeune population,  avec 15 start-up qui mettront leurs projets en libre accès lors d'ateliers ludiques et interactifs, et des « chill conférences » sur les métiers de demain. L'école du futur fera l'objet d'un hackhaton : écoliers et collégiens se projetteront dans l'école telle qu'ils l'imaginent en 2030.

Tech lovers et professionnels

Parmi les technologies dont on parle beaucoup, l'intelligence artificielle (IA) fera l'objet de puiseurs interventions, dont celle de Jean-Gabriel Ganascia, spécialiste reconnu de l'IA et président du comité d'éthique du CNRS. « Nous avons mis l'IA au cœur de la programmation car c'est une grosse rupture technologique qui est déjà dans notre quotidien. Les véhicules autonomes ne sont plus un fantasme : des navettes circulent déjà. Les assistants virtuels, comme Julie Desk, qui sera présent, organisent nos agendas. Mais cette technologie suscite beaucoup de questions comme le  transhumanisme et l'humain augmenté. Il faut donc décrypter et comprendre pour que nous soyons armés afin de faire des choix technologiques et protéger nos données personnelles » analyse la directrice du festival.

Bien que que gratuit et ouvert à tous, les visiteurs sont à 75 % des professionnels, pour 25 % de « tech lovers ».

Côté business, le programme propose des Sessions « Meet and Match » (se rencontrer et correspondre) pour ceux qui sont à la recherche de partenaires business et R&D français et internationaux. Six sessions de pitch permettront de découvrir les pépites de demain. Et une grande séquence sur la transformation numérique aura lieu vendredi 9 juin de 9h30 à 13h avec Pascal Demurger, DG de la MAIF, Catherine Coupet, PDG du groupe Up, Jean-Louis Davet, DG du groupe MGEN, la Société Générale, Orange et Dassault Systèmes.

Futur en Seine cherche depuis sa création à créer des passerelles entre monde numérique et physique. C'est dans cet esprit que le festival s'associe à la Maker Fair Paris, qui se tiendra du 9 au 11 juin à la Cité des Sciences, à 10 minutes à pieds de Futur en Seine.

Il  deux ans, Futur en Seine avait organisé la première « implant party ». Un bio hacker suédois avait implanté des puces NFC dans le corps de participants. Il revient cette année pour un « bio hacking safari » au cours duquel on pourra tester cinq dispositifs d'augmentation des sens. Et la conférence démo avec les SexTech Labs nous ouvriront au futur de la sexualité.

Le programme complet est à consulter sur http://www.futur-en-seine.paris/programme

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :