Le 18 janvier, Les Rencontres de la Niaque célèbre les champions

 |   |  2343  mots
(Crédits : Istock)
Pour la 3e édition des Rencontres de la Niaque, le sport est à l’honneur. Des patrons de clubs accompagnés de sportifs et de femmes dirigeantes d’entreprises vont inspirer la salle autour des valeurs partagées entre le sport et le business. Excellence, dépassement, professionnalisme, exigence, volonté. Un thème choisi sur fond de digitalisation des pratiques sportives et de l’essor de la sportech française.

Le plus grand rassemblement business et sport en France ! 4 200 entrepreneurs inscrits pour venir écouter et rencontrer 40 patrons de clubs sportifs, des athlètes de haut niveau et des dirigeantes d'entreprises qui sont des convaincues du partenariat entre sport et business. La niaque, marque de fabrique des grands entrepreneurs et des grands sportifs. Les Rencontres de la Niaque 2017 ont donc pris pour thème le sport. Le sport comme modèle d'inspiration pour tout entrepreneur, mais aussi le sport comme secteur économique facteur dynamique de croissance. Au programme, les présentations de trios de choc (patron de club, sportif, femme entrepreneure), des ateliers vitaminés et pour finir deux heures de networking ciblé.

Mais revenons un instant sur la jeune histoire de cet événement. Lancées en janvier 2015, les Rencontres de la Niaque célèbrent l'expérience de vivre intensément et de soutenir avec force ses convictions. L'idée pour Bpifrance est de mettre en avant des femmes et des hommes qui décident de leur destin, s'impliquent, innovent, développent leur business à l'international, avancent sans frein et sont toujours dans l'action en y trouvant du plaisir avec en commun l'envie, l'audace, la confiance et la réussite. Pour ce premier rendez-vous, les participants avaient entendu les témoignages aussi inspirants que variés de Taig Khris, triple champion du monde de roller, de Guy Savoy, grand chef étoilé et de Pierre-Emmanuel Taittinger, président des champagnes Taittinger.

Pour sa deuxième édition, Les Rencontres de la Niaque avaient tout misé sur le programme Accélérateur PME avec des pitchs d'entrepreneurs de PME/ETI et grands groupes venus décrire les leviers d'accélération pour gagner des points de croissance. Cinq ateliers d'experts avaient donné aux participants des clés pour booster leur performance commerciale, plonger dans le big data, se démarquer par le design, maîtriser leur stratégie numérique et jouer la carte de la croissance externe.

Coacher les entrepreneurs

Depuis sa création en 2012 et son installation dans le paysage du financement des entreprises, Bpifrance défend l'idée que la France est « une Californie qui s'ignore », selon l'expression de son directeur général, Nicolas Dufourcq. Pour lui, la France dispose de tous les atouts : des bataillons d'ingénieurs très bien formés et une vague d'entrepreneurs pleins d'idées. « Ce qui manque encore, en France, c'est l'esprit Magellan, l'audace de bâtir d'entrée de jeu des business plans mondiaux, de partir à la conquête des géants. Un peu à la manière de sportifs qui ont besoin d'être coachés, certains entrepreneurs ne roulent qu'à 80 km/h, alors qu'ils pourraient rouler à 120 », comme nous le confiait Nicolas Dufourcq dans nos colonnes en 2015. La métaphore sportive déjà ! Et à l'époque déjà, Bpifrance faisait appel à Claude Onesta et son impressionnant palmarès d'entraîneur de handball pour aller parler aux entrepreneurs lors de son tour de France.

Les Rencontres de la Niaque et leurs parrains

Pour inspirer les participants lors des Rencontres de la Niaque 2017, Bpifrance a recruté une marraine et un parrain de marque : Victoria Ravva, la joueuse de volley-ball aux 18 titres de championne de France qui vient de raccrocher après une longue carrière et Sébastien Chabal, un des rugbymen français les plus connus et les plus populaires. L'événement se félicite aussi de la présence de deux champions emblématiques. Frank Leboeuf, champion du monde de football 1998 et consultant SFR Sport 1 et Franck Mesnel, ancien rugbyman et cofondateur d'Eden Park qui a emprunté son nom au stade des All Blacks en Nouvelle-Zélande. Quatre témoignages de sportifs qui ont été choisis pour inspirer les participants. Au croisement du sport et de l'entreprise, on attend également la présence d'Alain Béral, vice-président des opérations de KFC France qui est également président de la Ligue nationale de basket-ball.

Management d'équipe

Il n'est pas rare de faire le parallèle entre le management d'une équipe sportive et celui d'une entreprise. Les points communs sautent aux yeux : mobilisation des énergies, création d'un esprit d'équipe, surpassement de ses forces dans un but commun, gestion de situations difficiles et stressantes... Bertrand Molinier, membre du réseau Syntec Conseil en management, s'est publiquement exprimé sur les nombreuses similitudes, affirmant que la réussite d'un entraîneur et d'un manager repose sur les mêmes leviers que sont la crédibilité et la capacité à fédérer. D'autres ont un avis différent. Fernando Cuevas de l'ESC Pau, qui a étudié les liens entre sport et entreprise, estime que la compétition sportive exacerbe l'individualisme d'une façon qui n'est pas saine dans l'entreprise. En revanche, il reconnaît que les sportifs sont légitimes pour apporter un discours mobilisateur au sein de l'entreprise, notamment dans des moments de crise. Après tout, ils sont experts dans la gestion du stress.

Quand l'entreprise fait du sport

Un autre carrefour où entreprises et sport se rencontrent est la pratique sportive dans l'entreprise sous toutes ses formes : encouragement à la pratique avec des équipements dans l'enceinte de l'entreprise ou en partenariat, rencontres et compétitions au sein de l'entreprise ou avec d'autres entreprises par exemple, équipes d'entreprises dans des événements extérieurs. À La Défense, les employés de Total ont accès à une piscine, tandis qu'à Saint-Ouen ceux de PSA Peugeot Citroën disposent d'une salle de squash. Dans une pépinière de TPE en Normandie, un coach sportif est mutualisé entre toutes les entreprises. Les coachs ont la vogue et se mettent au goût du jour avec des cours de yoga, de pilates ou de zumba. On pense aussi aux activités outdoor telles que l'accrobranche proposées lors de séminaires d'entreprises en mode team building. Alors que moins de la moitié des Français font du sport régulièrement, l'entreprise trouve une légitimité à proposer des activités sportives qui augmentent le bien-être au travail et diminueraient même l'absentéisme notamment lié à des maladies comme la dépression. Dans une étude publiée en 2012, le Centre d'analyse stratégique préconisait d'ailleurs aux entreprises de mettre le sport au service de la santé des salariés. Depuis janvier 2016, les salariés qui se rendent au travail à vélo peuvent percevoir une indemnité de 25 centimes d'euros par kilomètre (l'employeur n'est cependant pas obligé de la verser). L'indemnité kilométrique vélo encourage l'exercice, réduit l'empreinte carbonique et rétablit une égalité avec les salariés dont les transports en commun sont subventionnés.

La digitalisation du sport et la sportech

C'est peu dire que le sport aussi est bouleversé par les nouvelles technologies et le numérique. Tous les coureurs ou cyclistes du dimanche peuvent s'équiper de capteurs qui enregistrent leurs données vitales ou se munir d'applications qui leur servent de coachs. Depuis deux ans, les coureurs du Tour de France embarquent un capteur GPS qui permet à tous les fans de suivre leur progrès. Les joueurs de tennis ont recours à des raquettes qui collectent de nombreuses informations sur le jeu, les basketteurs à des ballons équipés de capteurs. Derrière ces solutions digitales, une foule de sociétés traditionnelles qui innovent ou de nouvelles venues qui attirent les investissements. À l'instar de la société française BodyCap dont la gélule connectée permet, dans le domaine du sport, de prévenir le risque d'hyperthermie chez les marathoniens. Soutenue par Bpifrance, elle a levé près d'un million d'euros en 2015. PIQ qui commercialise des capteurs de données pour de nombreux sports (golf, ski, kitesurf) avait levé plus de 5 millions de dollars cette même année. Arioneo conçoit des objets connectés destinés à améliorer les performances dans le monde de l'équitation. Elle a levé plus d'un million d'euros. La révolution touche aussi les spectateurs comme le démontre Vogo qui donne le choix aux fans de choisir la caméra pour suivre la retransmission d'un événement sportif. Ou bien les multiples applications telles que Wefan, une messagerie instantanée consacrée aux fans de football.

Au CES 2017, le CEA a fait la démonstration d'une pédale de vélo intelligente qui mesure la force appliquée sur la pédale et la cadence de pédalage, puis les combine pour calculer et afficher la puissance du cycliste en temps réel. L'objectif est de suivre ses performances et améliorer sa technique de pédalage que l'on soit un cycliste professionnel ou amateur. La prouesse est en partie économique avec une baisse des coûts de production permettant de rendre l'innovation accessible à tous. Le CES, ce haut lieu de l'électronique grand public qui rassemble tous les ans les dernières innovations à Las Vegas, a d'ailleurs fait une place à part aux innovations liées au sport dans son Sports Tech Marketplace qui accueillait cette année une trentaine d'entreprises.

Les exemples ne manquent pas. Dr Sport est une toute nouvelle application lancée par Thierry Weizman, médecin du sport et ancien sportif de haut niveau. L'application permet de répondre aux multiples questions que se posent les blessés du sport. Dois-je traiter la blessure avec du chaud ou du froid ? Est-il nécessaire d'aller aux urgences ? Sans se substituer à une consultation, l'application apporte des réponses expertes. Fruit de trois ans de travail, Dr Sport a également bénéficié de l'expertise du laboratoire CNRSInria/ Loria de Nancy et d'un accompagnement au sein de l'incubateur HEC. Il est encore question de blessures avec la chaussure de WizWedge dont le concept breveté promet une amélioration de l'équilibre postural et des appuis, une optimisation de la performance, un soulagement de l'ensemble de la chaîne musculaire postérieure et justement une meilleure prévention des blessures.

Pour faire du sport, il faut être motivé. SquadRunner est une course à pied sur mobile qui motive à courir dans la vraie vie à travers le jeu et l'esprit d'équipe. Sur un autre registre, My Money Time permet de convertir ses performances en coupons de réduction : lorsqu'on apporte la preuve des kilomètres parcourus via son application connectée dont Fitbit et bien d'autres, les efforts se traduisent en coupons chez des partenaires sportifs de My Money Time. Quant aux entraîneurs de foot, ils peuvent désormais compter sur Mycoach, une application pour gérer leur équipe, les données des joueurs, les matchs et les statistiques. Un bureau central toujours dans la poche. C'est aussi l'idée de SportEasy, une autre application pour gérer une équipe de sport. On l'a vu, les sociétés s'attaquent au monde du sport, amateur ou professionnel, avec des appareils connectés et des applications de plus en plus sophistiquées.

................................................................................................................................

Bpifrance, partenaire des clubs sportifs

P. Begay

Patrice Bégay, directeur exécutif, Communication et directeur de Bpifrance Excellence

En préambule, Patrice Bégay tient à rappeler deux chiffres et quelques principes pour mieux comprendre la place de Bpifrance. « En trois ans, Bpifrance a accompagné 200 000 entreprises, de la startup au grand groupe, grâce à 140 milliards d'euros. Bpifrance est un réseau d'entrepreneurs avec une banque autour. Nous pouvons citer plusieurs objectifs : parler à ceux qui nous connaissent, nous faire connaître de ceux qui ne nous connaissent pas, être la banque de la relation client, être partenaire de la digitalisation des PME, financer leur mondialisation, être la banque de l'accompagnement, financer la transition énergétique et être la banque des TPE pour accélérer la croissance en région. » Comme un entraîneur sportif, il fixe des objectifs et motive ses troupes. Le thème du sport, choisi cette année comme thème pour les 3es Rencontres de la Niaque, l'inspire particulièrement. « Le sport fédère et rassemble. C'est le dépassement de soi et le don du meilleur de chacun. Le sport véhicule des valeurs qui imprègnent l'esprit des hommes », confie-t-il. « Le sport est aussi facteur de croissance. Bpifrance est le miroir bancaire de la culture sportive avec des valeurs partagées : excellence, dépassement, professionnalisme, exigence, volonté. » Pas étonnant dans ces conditions que Bpifrance ait établi des partenariats avec 40 clubs sportifs français depuis trois ans. Des clubs féminins et masculins représentant une variété de sports collectifs (rugby, football, basket-ball, volley-ball, handball, hockey sur glace et water-polo). « La passion qui réunit les hommes et les femmes sur les bancs d'un match se poursuit à la 3e mi-temps, grâce au networking. Dans l'entreprise non plus, on ne réussit jamais seul. C'est toujours une équipe. Les entrepreneurs et les sportifs de haut niveau incarnent les mêmes valeurs. Et les clubs sportifs sont des agitateurs économiques en région. » Dans cet état d'esprit de mise en relation, il cite le travail de Bpifrance Excellence, un mouvement de 4 000 entreprises innovantes qui se base notamment sur les partenariats sportifs pour générer rencontres, partage d'expériences et business. « Un membre de Bpifrance Excellence propose d'ailleurs une plateforme digitale, Active Meetings, pour mettre en relation les entreprises et les clubs. Une entreprise qui voudrait organiser un événement à La Rochelle par exemple pourrait le faire dans le club de rugby. » Aux Rencontres de la Niaque cette année, les clubs sportifs seront au coeur de l'action. « Chaque club sera présenté par son président qui est très souvent un chef d'entreprise, une joueuse ou un joueur emblématique de l'équipe et une chef d'entreprise partenaire du club. Nous proposerons ensuite trois ateliers : " Accélérer son implantation territoriale" pour mettre en relation des chefs d'entreprise et des patrons de clubs, " Manager pour gagner" avec des coachs, des sportifs et des patrons et " Sponsoriser pour améliorer son marché " animé par des dirigeants qui ont fait du sport un levier de croissance pour leur entreprise. » Avec déjà plus de 4 000 inscrits, cet événement promet d'exploser tous les records sur place et en audience.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :