La Tribune

Découvrez l'homme qui a revendu 10% d'Apple... pour 800 dollars !

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  169  mots
Ronald Wayne, le "troisième fondateur" d'Apple a revendu sa participation dans la firme douze jours après sa création. Elle a été évaluée à 35 milliards de dollars. L'ingénieur de 77 ans vient de publier ses mémoires. Pas certain qu'il fasse fortune...

Connaissez-vous Ronald Wayne ? Le troisième fondateur d'Apple avec Steve Jobs et Steve Wozniak n'a ni la renommée de ses anciens partenaires... ni leur fortune. Wayne, qui aux Etats-Unis vient de publier ses mémoires (" Adventures of an Apple Founder "), a revendu sa participation de 10% dans Apple pour 800 dollars, douze jours après la fondation du groupe informatique. Elle vaudrait aujourd'hui... 35 milliards de dollars !

Pacifier les petits génies

L'auteur, actuellement âgé de 77 ans et qui a rencontré Steve Jobs alors qu'il travaillait chez l'éditeur de jeux vidéos Atari, avait été notamment engagé pour compétences techniques, juridiques et managériales : il s'agissait de pacifier les deux autres fondateurs qu'il qualifie de génies. Il avait alors 40 ans et eux, à peine la vingtaine. " J'étais bien meilleur ingénieur qu'homme d'affaires ", a admis Ronald Wayne dans un entretien écrit et vidéo accordé au site The Next Web.

Si vous souhaitez enrichir Ronald Wayne sur ses vieux jours, son ouvrage est disponible... sur iTunes pour 9,99 dollars !

Réagir

Commentaires

Juber  a écrit le 16/09/2011 à 19:58 :

800 dollars pour une société qui,à l'époque,ne valait rien (12 jours après sa fondation!),c'est bien payé!
De plus Jobs et Wosniak n'avaient surement pas beaucoup plus sur leurs comptes en banque:On peut imaginer qu'il les a ruinés...temporairement !

800 dollars de 1977,si ça faisait déjà l'équivalent de 800 Euros actuels soit environ 5000 Francs ou 2 mois de smic français (en 1977!) ,il y avait de quoi faire la fête...Quitte à faire la tête dans les années qui suivirent mais ça,c'est refaire l'histoire en en connaissant la fin!

macgda  a écrit le 14/09/2011 à 9:38 :

Etonnnant qu'un journaliste de la tribune se laisse aller à de telles approximations digne de Capital, comme l'a souligné un internaute, même s'il est passé à coté d'une probable fortune celle-ci serait trés loin de tant de milliards car il aurait été plus que dilué depuis. Donc sans remettre en cause l'intérêt de l'anecdote, je suis surpris par un tel sensationnalisme qui j'espère n'est pas d'augure sur d'autres articles plus difficilement vérifiables.

Ainsi va la vie  a écrit le 13/09/2011 à 16:01 :

Et si je ne suis pas divorcé, je garderais ma maison et mon bonheur. C'est du pareil au même pour notre Ronald Wayne, car si le goût d'être ensemble avec des deux autres associés n'est pas possible alors on mourra de chagrin avant de voir venir ces tas de milliards.

Photo73  a écrit le 13/09/2011 à 15:04 :

Douze jours, il n'avait pas trop confiance dans cette entreprise ! Il préférait sans doute ses 800$ à tout perdre ?

muscadet  a écrit le 13/09/2011 à 14:46 :

Sauf erreur de ma part, quand une société augmente son capital, sot on suit, soit on est dilué.
Pour garder 10% depuis la fondation de la société jusqu'à à nos jours, il aurait fallu suivre un certain nombre de fois pour un montant faramineux.

Sebastien  a répondu le 13/09/2011 à 16:16:

Vous avez raison. Mais étant entré dans le capital lorsque l'entreprise ne valait quasiment rien, il y a fort à parier qu'il serait malgré tout milliardaire en US$ même sans ajout de capital de sa part. La dilution n'est pas proportionnelle et il y a une prime immense aux primo-entrants en particulier lors d'une mise en bourse réussie. C'est pour cela que les créateurs de Google ou Facebook sont potentiellement milliardaires même si leurs investissements initiaux étaient minimes.

berti49  a répondu le 14/09/2011 à 8:15:

exact muscadet
ça fait vendre de la part du journaliste de comparer les 2 montants (sans parler de USD courant / constant), mais ça ne fait pas très sérieux comme calcul de sa part !

RDA  a répondu le 14/09/2011 à 8:48:

N?empêche que "Muscadet" a raison : le calcul est faux

Rutabaga  a répondu le 17/09/2011 à 15:54:

Si Muscadet avait raison, autrement aucun fondateur ne serait riche. Comment Muscadet explique la richesse de Jobs/Gates, etc? Il y a autre chose que la vision comptable, par exemple l'attribution d'actions gratuites aux dirigeants. Mais aussi la scission d'actions pour les rendre plus liquides si l'action de l'entreprise est très bien cotée. Mécaniquement ça fait baisser la capacité des nouveaux entrants à prendre une part significative du capital, soit le contraire de ce que dit Muscadet. Evidemment ça suppose une société dont l'action augmente fortement.

grodada  a écrit le 13/09/2011 à 14:42 :

ah ah ah hi hi hi. pas que moi qui est nul en affaires

toto  a répondu le 13/09/2011 à 22:31:

et en grammaire

gros toto  a répondu le 13/09/2011 à 22:59:

Et en ortho gros noob