La Tribune

Amazon s'offre un fabricant de robots pour ses entrepôts

Un entrepôt d'Amazon en Allemagne - Copyright AFP
Un entrepôt d'Amazon en Allemagne - Copyright AFP (Crédits : AFP)
latribune.fr  |   -  187  mots
Le géant américain du e-commerce a annoncé l'acquisition de Kiva Systems, qui développe du matériel de manutention robotisé, pour 585 millions d'euros.

Pour gérer ses immenses entrepôts et déplacer ses stocks toujours plus fournis, Amazon utilisait déjà des automates. Désormais, le géant de Seattle a décidé d'intégrer à son groupe l'entreprise qui lui fourni ces robots, Kiva Systems. Pour un montant de 775 millions de dollars en numéraire (585 millions d'euros), groupe de e-commerce a en effet a conclu lundi un accord avec cette entreprise dont le siège se situe dans le Massachusetts. Cet achat devrait être finalisée au deuxième trimestre de cette année.

Améliorer la productivité

"Amazon a longtemps utilisé l'automatisation dans ses centres de traitement, et la technologie de Kiva est une autre façon d'améliorer la productivité en apportant les produits directement aux employés qui les sélectionnent, les emballent et les rangent», a commenté Dave Clark, vice-président d'Amazon dans un communiqué.

Il s'agit du dernier achat important réalisé par Amazon depuis Zappos (site de vente de chaussures) pour quelques 847 millions de dollars en 2009 et de Quidsi (distributeur en ligne de produits d'hygiène) pour 540 millions de dollars l'année suivante.

 

Réagir

Commentaires

Erick  a écrit le 20/03/2012 à 9:25 :

Drôle de monde, ou vas t?on? Internet va probablement tuer le petit commerce et obliger la grande distribution à abandonner certains centres commerciaux au profit de plateformes internet. Les emplois détruits ne seront pas déployés dans les entrepôts, puisqu?ils seront robotisés. Après les pharmacies, les Macdo qui sont aussi en voie de robotisation, ou seront les emplois de demain ? Après la désindustrialisation, qu?elle est l?étape suivante ? Tous à la plage ?

Et  a répondu le 20/03/2012 à 10:46:

C'est ce que l'on appelle la recherche du profit. Personne ne pourra aller à l'encontre de ça : à choisir entre payer moins cher ou plus cher le choix est vite fait.
L'innovation et la création d'entreprise est la seule solution face à ça ...

C'est bien dommage mais c'est la vie ! Ou plutôt l'argent !

w  a répondu le 20/03/2012 à 12:54:

Il faut quand meme nuancer en disant que les emplois en moins dans les entrepots (travail tres dur surtout au moment des pics d'activite de fin d'annee) sont des economies reinvesties en emplois qualifies, ce qui est effectivement le cas pour Amazon au niveau mondial (je ne travaille pas chez Amazon :)

MV  a répondu le 21/03/2012 à 13:05:

@W

Ce qu'on appelle la destruction créative.
Mais à noter également que le solde est très souvent négatif.
Pour 3 emplois détruits, un créé. Ça permet de nuancer un peu les choses.
De plus, cela favorise l'hyper concentration de capital car la productivité donc rentabilité sont améliorées (etc avec tous les problèmes qui en découlent et que nous connaissons car nous sommes sur latribune donc, en théorie, typologie CSP+ bla bla bla)