La Tribune

Les applications mobiles, c'est gratuit mais ça peut rapporter gros

(Crédits : <small>Reuters</small>)
Delphine Cuny  |   -  514  mots
Bien que majoritairement disponibles sans frais, les mini-logiciels pour smartphones et tablettes devraient générer 26 milliards de dollars de chiffre d’affaires cette année dans le monde, selon le cabinet Gartner. Les achats intégrés devraient s’imposer comme le modèle économique gagnant pour les développeurs.

Phénomène de mode condamné à s'étioler par lassitude des utilisateurs ? Le téléchargement d'applications mobiles continue au contraire de battre des records : 102 milliards attendus cette année sur les différents magasins en ligne dédiés, en hausse de 59,5%, selon une étude du cabinet Gartner. Bien que 91% des téléchargements soient gratuits, ces mini-programmes de loisirs ou de productivité devraient rapporter 26 milliards de dollars de recettes en 2013, 44% de plus que l'an dernier.

Les applications gratuites représentent environ 60% de l'ensemble des mini-logiciels disponibles sur l'App Store d'Apple (sur 900.000 environ) et 80% sur Google Play pour Android (sur 1 million). Et la part des programmes gratuits dans les téléchargements devrait continuer d'augmenter (93% en 2015 et 94,5% en 2017).    

L'exemple réussi de la belle application de dessin Paper

« Le gratuit, c'est bon tout le monde » lance Brian Blau, un des experts du cabinet américain. « Nous prédisons que le modèle qui va se généraliser est celui de l'achat intégré (« in-app purchase »), à l'intérieur de l'application. Ce modèle a fait ses preuves dans le jeu vidéo. C'est une façon pour les consommateurs de tester une application et de ne payer que lorsqu'ils veulent plus de contenus » confie-t-il à La Tribune. L'application de dessin Paper, de la startup Fifty-three, qui a reçu de nombreux prix dont celui d'appli iPad de l'année 2012 et un Design Award d'Apple, « est un bon exemple du succès de ce modèle, pas seulement dans le jeu : elle est gratuite mais on peut acheter des outils en plus, stylos, couleurs, à petits prix », entre 1,79 euro et 5,99 euros.

A la carte, sans devoir choisir entre une seule application gratuite très basique et une version chère avec toutes les fonctionnalités, seule alternative du modèle freemium classique. L'appli de cette start-up new-yorkaise, qui a levé 15 millions de dollars cet été auprès d'investisseurs tels que le fonds Andreessen Horowitz et Jack Dorsey, le cofondateur de Twitter et de Square, a été téléchargée plus de 8 millions de fois.

Monétisation par les achats intégrés

« Ceci dit, ce modèle ne peut pas s'appliquer à toutes les applications, certaines sont des outils marketing et se doivent d'être entièrement gratuites » nuance Brian Blau. « Du point de vue des développeurs, c'est un modèle intéressant car cela leur permet d'entrer en relation avec le consommateur à différents stades du processus. » Pour mémoire, Apple et Google empochent une commission de 30% sur les achats intégrés, comme sur les téléchargements d'applications payantes, et les deux géants devraient peser encore 90% du marché à l'horizon 2017.

A cette date, Gartner estime que les achats intégrés représenteront 48% du marché des applications mobiles, contre 17% seulement en 2013, et deviendront « une méthode de monétisation majeure pour les développeurs et les magasins d'applications », d'autant plus nécessaire que smartphones et tablettes se démocratiseront auprès d'un public moins aisé que les technophiles convertis de la première heure et moins enclin à dépenser pour des applis…

Réagir

Commentaires

Arnould  a écrit le 20/09/2013 à 9:39 :

Apple pourrait faire un retour énorme en offrant ses iphone et en tablant uniquement sur les ventes d'applications. Google aurait du mal à suivre puisqu'il ne fabrique pas lui-même ses téléphones. Ca marche déjà, mais dans le logiciel unquement, pourquoi pas dans le hardware également? Avec son trésor de guerre, Apple pourrait financer la fabrication d'environ 500 millions de téléphones, certainement largement de quoi assurer la transition. Steve Jobs avait un jour parlé de guerre thermonucléaire contre Android... Chiche? (seulement voilà, maintenant que Steve n'est plus là, il faut rendre aux actionnaires)

yvan  a répondu le 20/09/2013 à 15:22:

Houps... Déjà que je pense, sur ma dernière machine achetée, virer win-dose pour le remplacer par Linux... Payer, pourquoi..?? Pour quoi ..?.

Vartan  a écrit le 19/09/2013 à 21:04 :

C'est une arnaque psychologique !!!

jm  a répondu le 20/09/2013 à 6:16:

daccord avec toi