La Tribune

Le scénario d’une fusion de SFR et Numericable ressurgit

Delphine Cuny  |   -  602  mots
La rumeur de discussions entre le câblo-opérateur et la filiale de Vivendi refait surface, alors que le premier actionnaire de Numericable prépare son entrée en Bourse pour le 31 janvier.

Introduction ou cession : Vivendi envisage-t-il de vendre SFR tout en préparant sa scission par mise en Bourse en parallèle ? C'est ce que croit savoir l'agence Bloomberg, qui relance le scénario d'un rapprochement entre SFR et Numericable. « Aucune offre formelle n'a été faite et le scénario principal reste une scission et une introduction de SFR » affirme Bloomberg. C'est Patrick Drahi, le fondateur et dirigeant d'Altice, le premier actionnaire du câblo-opérateur, qui revient à la charge : en plein roadshows avant son entrée en Bourse, à Amsterdam le 31 janvier, Altice évoque dans son prospectus et lors des réunions avec les investisseurs les opportunités de croissance externe en France, en Belgique, au Portugal. «Patrick Drahi est très chaud sur les acquisitions, il fait beaucoup de name-dropping, il parle de SFR et de Mobistar (contrôlé par Orange) notamment » rapporte un analyste qui a participé à une de ces réunions.

Vivendi « fatigué » par l'insistance d'Altice et Numericable

Les premières rumeurs d'une fusion SFR-Numericable avaient circulé à l'automne 2012. « Cela ressemble à de la manipulation boursière. Toute la direction de Vivendi est vraiment fatiguée de l'insistance de Numericable, cela fait quinze mois que ça dure. Il faut être deux pour danser le tango, pour l'instant ils sont tous seuls » soupire une source proche de Vivendi, tout en se cantonnant au « no comment » officiel. « Ils font semblant d'être agacés ! Préparer l'introduction de SFR avec ce buzz spéculatif, cela met le vent dans le dos, on l'a vu pour Numericable » observe un expert. Le câblo-opérateur a fait son entrée en Bourse en novembre dernier : son cours a progressé de 15% depuis et il est valorisé 3,5 milliards d'euros aujourd'hui.

Dépasser Free dans le haut débit

Altice a annoncé lundi qu'il allait lever 750 millions d'argent frais, Patrick Drahi cédant pour 555 millions d'euros d'actions : l'actionnaire de Numericable et de nombreux autres actifs du câble en Europe et dans les territoires d'outre-mer, qui vient aussi de racheter la filiale d'Orange en République dominicaine, serait valorisé, selon la fourchette de prix indicative, entre 5,1 et 6,2 milliards d'euros (hors dette). Rapprocher Numericable de SFR leur permettrait de mutualiser leurs investissements dans la fibre et de dépasser Iliad, la maison-mère de Free (qui inclut aussi la marque Alice) dans l'ADSL et le très haut débit pour reprendre la place de numéro deux du marché, en additionnant les 5,2 millions d'abonnés de SFR dans le fixe et les 1,6 million de Numericable (1,3 million hors abonnés sous marque blanche à la BBox de Bouygues).

Pas incompatible avec le partage de réseaux SFR-Bouygues Telecom

« Toute la question est de savoir combien de dette peut lever Patrick Drahi et quelle prime il peut offrir à Vivendi, combien de synergies il peut vraiment envisager », relève un analyste. Car SFR est valorisé aujourd'hui entre 12 et 13 milliards d'euros (hors dette) et Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi a déclaré que 15 milliards ne seraient « pas assez », sachant que Vivendi pris le contrôle de SFR en 2011 en rachetant les parts de Vodafone sur la base d'une valorisation de 18 milliards d'euros, neuf mois avant l'arrivée fracassante de Free Mobile. « Je souhaite bon courage à Patrick Drahi car Jean-René (Fourtou) est très dur en affaires », confie un industriel du secteur. En attendant, SFR et Bouygues Telecom continuent de négocier un accord de mutualisation de leurs réseaux mobiles, qui ne serait « pas incompatible » avec une opération de rapprochement de SFR et Numericable, lequel est MVNO sur le réseau de Bouygues, selon plusieurs sources concordantes.

 

Réagir

Commentaires

CRC32  a écrit le 21/01/2014 à 22:58 :

Spéculer en bourse c'est bien, générer des profits c'est mieux. J'ai comme l'impression que les résultats de Numericable ne sont pas à la hauteur de sa valorisation boursière d'où un terrible besoin de parachute pour ses investisseurs.

SHA-1  a répondu le 22/01/2014 à 9:45:

Si SFR avait l'EBITDA de Numéricable, Fourtou n'aurait pas autant de pression ;-)