Fibre optique dans les campagnes : 940 millions de subventions bientôt attribués aux collectivités

 |   |  752  mots
Les réseaux d'initiative publique seront déployés dans les zones non conventionnées, que les opérateurs privés n'ont pas prévu de couvrir.
Les réseaux d'initiative publique seront déployés dans les zones non conventionnées, que les opérateurs privés n'ont pas prévu de couvrir. (Crédits : DR)
La mission Très haut débit a donné son accord à 25 projets de réseaux d'initiative publique qui recevront des subventions de l’Etat, notamment en Bretagne et en Alsace. L’argent prévu initialement pour des prêts aux opérateurs privés sera finalement alloué aussi au déploiement des réseaux publics.

Les collectivités locales se bousculent pour obtenir des aides de l'Etat au financement de leurs projets de déploiement de la fibre optique en zones rurales. Le directeur de la mission Très haut débit, Antoine Darodes, a indiqué ce jeudi qu'il avait reçu, neuf mois après l'ouverture du guichet, 46 dossiers déposés par 56 départements et qu'un avis favorable avait été d'ores et déjà rendu pour 25 projets de réseaux d'initiative publique. Ce sont donc 940 millions d'euros de subventions qui seront prochainement attribuées à des projets représentant plus 3,5 millions de prises (foyers, institutions ou entreprises) : il ne manque plus que la signature du Premier ministre. Les premiers décaissements interviendront dès cette année et se poursuivront en 2015 et 2016, au fur et à mesure des déploiements. Les aides les plus importantes iront à la Bretagne (152 millions d'euros) et à l'Alsace (110 millions d'euros pour 250.000 prises). La commercialisation des offres à très haut débit de ces réseaux publics devrait commencer à partir du second semestre de l'année prochaine.

L'argent des fréquences pour financer la fibre

Ces subventions bientôt engagées seront presque totalement couvertes par les 900 millions d'euros du Fonds pour la société numérique (FSN) du programme d'investissements d'avenir, prévus à cet effet. Les 700 millions d'euros initialement envisagés pour des prêts aux opérateurs privés et qui n'ont pas été utilisés, « seront également mobilisables autant que de besoin » a indiqué la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin. Un complément de financement viendra prendre le relais, celui des redevances payées par les opérateurs mobiles pour l'utilisation des fréquences GSM 1800 MHz en 3G ou 4G, comme l'avait annoncé le Président de la République il y a un an. Pour l'instant, seul Bouygues Telecom a demandé et obtenu l'autorisation de procéder à ce « refarming » de fréquences, ce qui lui a permis d'avoir une couverture nationale en 4G, moyennant une soixantaine de millions d'euros par an. Ces deux nouvelles sources de financement nécessiteront d'être inscrites dans la prochaine loi de finances 2015.

Au total, l'Etat doit attribuer 3,3 milliards d'euros de subventions à ces projets de réseaux publics qui seront construits dans les zones dites « non conventionnées » où les opérateurs privés n'ont pas pris d'engagement de déploiement, ce qui représente 43% de la population et un coût estimé à 13-14 milliards d'euros. La moitié de ce montant sera financée par les recettes d'exploitation de ces réseaux et le cofinancement des opérateurs privés. « Le plan France Très haut débit est, avec 20 milliards d'euros d'investissements, le plus grand chantier d'infrastructure du quinquennat » qui nécessitera la mobilisation de « près de 20.000 personnes durant les 10 prochaines années » a souligné la ministre, 19.250 emplois directs qualifiés selon une étude des services de Bercy et du Ministère du Travail.

Bientôt 1 million d'abonnés à la fibre ?

Au 31 décembre 2013, sur les 31 millions de foyers français raccordés à un réseau de communication électronique filaire (téléphone traditionnel, ADSL, câble, fibre), un peu plus de 10 millions sont éligibles au très haut débit, c'est-à-dire plus de 30 mégabits par seconde, dont l'essentiel par Numericable (fibre jusqu'au pied de l'immeuble ou l'entrée de la rue puis câble) à raison de 8,6 millions de prises, environ 3 millions de foyers en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH pour « Fiber to the home ») et enfin plus d'1 million de foyers en VDSL2, une version améliorée de l'ADSL. Mais seuls 1,8 million de foyers français sont abonnés au très haut débit, principalement via le câble, dont 465.000 à la fibre à la fin septembre, pour l'essentiel chez Orange (320.000 abonnés à fin 2013). Antoine Darodes espère que la France dépassera le cap important du million d'abonnés à la fibre optique fin 2014 ou début 2015. « La fibre est la technologie égalitaire, celle qui permet d'avoir partout du très haut débit, qui ne soit pas altéré par la distance. L'objectif final est de mettre la fibre partout. En 2022, nous couvrirons au moins 80% des logements en fibre optique FTTH » a assuré le directeur de la mission Très haut débit. Les autres technologies seront mobilisées pour les zones difficiles : la montée en débit par le VDSL2 sur 10 autres pourcents, puis le satellite (choisi pour connecter les écoles) et d'autres technologies hertziennes comme le Wimax +, le WiFi ou la 4G.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2014 à 21:42 :
Passez nous déjà au dégroupé on en demande pas plus...
a écrit le 07/02/2014 à 0:42 :
Tout subventionné par l'argent des fréquences 3/4G et rien avec le grand emprunt du précédent gouvernement? Pas crédible. Il va encore y a voir du monde à arroser à l'échelle au plan local...
a écrit le 06/02/2014 à 20:35 :
dans l'Oise, la première commune desservie est le village du président socialiste du conseil général ...
A coté de ça il y a des kilos de bleds avec de l'adsl à 100K !
Vivement les élections qu'on les vire.
a écrit le 06/02/2014 à 20:29 :
Avant d'avoir la fibre pourrait on "juste espérer" le dégrouper?
a écrit le 06/02/2014 à 20:03 :
Et pendant ce temps, il existe en France, en baie de somme des personnes qui sont
pour toujours en zone blanche. Où le satellite est le seul moyen d'avoir internet au rabais
et peu fonctionnel

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :