Cuba : les Etats-Unis retentent le coup de la baie des Cochons avec un faux Twitter

 |   |  467  mots
Le Twitter cubain était en réalité américain : Jack Dorsey, le cofondateur de Twitter, aurait même été approché pour le diriger. Preuve que le projet était sérieux pour le gouvernement... | REUTERS
Le Twitter cubain était en réalité américain : Jack Dorsey, le cofondateur de Twitter, aurait même été approché pour le diriger. Preuve que le projet était sérieux pour le gouvernement... | REUTERS (Crédits : Reuters)
Pourquoi les Etats-Unis ont-ils financé un réseau social à Cuba ? Selon des journalistes américains, il s'agissait de provoquer un printemps cubain et de déstabiliser l'éternel rival communiste...

Les Etats-Unis n'en sont pas à un incident diplomatique près avec Cuba. Des journalistes d'AP viennent de révéler que l'Agence des Etats-Unis pour le développement international a secrètement mis au point un réseau social sur l'île dans l'espoir qu'il devienne un jour le Twitter cubain.

Le printemps cubain n'aura pas lieu

Le nouvel outil aurait eu pour but final de rassembler une masse importante de jeunes cubains et d'animer des groupes de dissidents afin de déstabiliser le gouvernement communiste. Tout a commencé en 2009, mais s'est arrêté à peine deux ans plus tard, faute de fonds.

Le réseau en question s'appelle ZunZuneo. Ce nom vient de l'argot cubain pour désigner le sifflotement d'un oiseau. Le réseau fonctionne uniquement à base de SMS, mais son principe est celui de Twitter puisqu'il permet aux utilisateurs de se suivre mutuellement, de lire les messages de chacun et même de rejoindre des groupes de discussion.

Le réseau connut un relatif succès. Les messages sont le seul moyen de connecter les Cubains à un monde plus étendu. A Cuba, internet est rare, cher et limité. Pour justifier les limitations d'internet, le régime cubain a d'ailleurs souvent utilisé comme prétexte les tentatives américaines de déstabilisation du gouvernement. Avec les récentes révélations, Cuba est conforté dans ses craintes

Aucun lien visible avec les Etats-Unis

Près de 40.000 Cubains auraient été séduits. Ils n'avaient aucune idée que le réseau social était financé par les Etats-Unis. Encore moins que les ingénieurs américains à la tête du réseau collectaient leurs données personnelles. Selon les informations d'AP, les cubains étaient classés dans des catégories selon leur tendance politique.  

D'après l'enquête menée par les journalistes d'AP, le réseau a été créé à partir de sociétés écran et financées par des banques étrangères. Les utilisateurs n'avaient aucun moyen d'établir un lien avec les Etats-Unis.

Le fondateur de Twitter était-il de la partie ? Et la maison blanche ?

Visiblement, le projet était important. Selon AP, Suzanne Hall, travaillant auprès de la secrétaire d'Etat, Hilary Clinton, aurait apporté son aide pour recruter Jack Dorsey, le fondateur de Twitter. Ce dernier n'a pas souhaité s'exprimer, mais il semblerait qu'il ait refusé les propositions du gouvernement.

Pour l'agence de presse, le projet pourrait ne pas respecter le droit américain. De plus, les responsables de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international n'ont pas communiqué sur le sujet. On ne sait pas qui a approuvé le programme encore moins si la maison blanche était au courant. Et aucun lanceur d'alerte cubain pour le dire.

 

>> Lire aussi : A Cuba, des avantages fiscaux pour attirer les investisseurs étrangers

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2014 à 5:49 :
Depuis le 11 septembre, de nombreux citoyens des Etats-Unis s'interrogent : Pourquoi tant de peuples nous haÎssent-ils? Ce projet de manipulation à grande échelle des Cubains est une réponse, parmi d'autres.
a écrit le 04/04/2014 à 14:33 :
Les américains n’ont aucun scrupule.
Réponse de le 04/04/2014 à 17:40 :
Non ils n'ont aucun scrupule pur déstabiliser les pays qui ne sont pas encore à leur botte. Pour l'Ukraine, ils ont bien réussi. Il y travaillent aussi dans les pays limitrophes de la Russie. En France, ça va, Moi Président est allé faire allégeance il y a peu. Et bientôt l'Europe importera et mangera leurs poulets javellisés et OGM.
Réponse de le 05/07/2014 à 13:02 :
a feb , il n'y a pas que les poulets et OGM , on utilise déjà tous les systèmes informatiques sont US , l'opportunité d'avoir des compagnies européennes via des rachats en 1993-1994 a été rejeté et on a preferé parler poireaux et carottes , on a ce qu'on sème et on récolte ce qu'on laisse faire a d'autres .. alors si on veut que cela change c'est aussi le consommateur qu'il faut changer .?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :