Il y aura plus d'abonnés mobiles que d'habitants sur Terre l'an prochain

 |   |  443  mots
En 2016, il y aura plus d'abonnements pour smartphones que pour des téléphones basiques.
En 2016, il y aura plus d'abonnements pour smartphones que pour des téléphones basiques. (Crédits : AFP)
Il y aura plus de 7 milliards de connectés à la téléphonie mobile en 2015, selon les projections du leader mondial des équipementiers télécoms, Ericsson. Ce qui ne veut pas dire que chaque habitant de la planète aura son portable.

Bientôt tous connectés ? « L'an prochain, le nombre total d'abonnements mobiles dépassera la population mondiale. » C'est le leader des équipements télécoms, le suédois Ericsson, qui le prédit dans son tout dernier rapport sur la mobilité. A la fin du premier trimestre 2014, il y avait déjà 6,8 milliards d'abonnements mobiles dans le monde, pour plus de 7,2 milliards d'habitants, laissant apparaître un taux de pénétration de 93%. Un niveau moyen qui cache naturellement de fortes disparités géographiques, entre les pays matures, où chacun a son portable (127% en Europe de l'ouest), et les pays en développement, où certains partagent un abonnement mais d'autres en possèdent plusieurs, pour des questions de couverture ou de tarif (73% de taux de pénétration en Afrique, 63% en Inde). A titre de comparaison, la France compte 77,5 millions de cartes SIM, plus que d'habitants (118%), selon les derniers chiffres de l'Arcep

Deux tiers des abonnés ont un téléphone standard

Sur les 6,8 milliards d'abonnés actuels, les deux tiers ont un téléphone standard et 2,3 milliards ont un smartphone et accès au haut débit mobile. La bascule viendra vite mais pas l'an prochain : c'est en 2016 qu'il devrait y avoir plus d'abonnements pour smartphones que de connexions depuis un appareil basique. Dans cinq ans, fin 2019, Ericsson estime qu'il y aura 9,2 milliards d'abonnés à la téléphonie mobile, dont 5,6 milliards de smartphones. Appellera-t-on d'ailleurs toujours ces appareils des déclinaisons de « télé-phones » ? Ou feront-ils plutôt partie d'une collection d'objets communicants à porter au poignet, à l'oreille ou sur le nez, façon smartwatch ou Google Glass ? Dans cinq ans, Ericsson estime qu'un utilisateur de smartphone consommera près de quatre fois plus que de données mobiles par mois qu'aujourd'hui, soit 2,5 Go en moyenne contre 650 Mégaoctets (fin 2013).

L'Europe à la traîne sur la 4G ?

Quant à la 4G, il y a actuellement 240 millions d'abonnés dans le monde, soit 3,5% du total, principalement en Corée du Sud, au Japon et aux Etats-Unis. En France, il y aurait actuellement, selon les déclarations des opérateurs, entre 4,2 et 4,5 millions d'utilisateurs du très haut débit mobile. En Amérique du Nord, la 4G, sera majoritaire dès l'an prochain. En Europe de l'ouest, où elle a été lancée plus tard, ce sera plutôt pour 2019. Dans cinq ans, il y aura 2,6 milliards d'abonnés à la 4G dans le monde, soit environ 30% des connexions, alors que 65% de la population de la planète sera couverte par un réseau de très haut débit mobile. Mais il sera déjà l'heure de passer à la 5G !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :