La startup Genymobile lève 2 millions de dollars pour accélérer aux États-Unis

 |   |  617  mots
Angélique Zettor et Arnaud Dupuis, co-fondateurs et co-dirigeants de Genymobile, ont tout misé dès le départ sur l'essor d'Android.
Angélique Zettor et Arnaud Dupuis, co-fondateurs et co-dirigeants de Genymobile, ont tout misé dès le départ sur l'essor d'Android. (Crédits : Décideurs en région)
Spécialisée dans le développement d’applications Android pour les entreprises, la jeune société, lauréate du prix La Tribune du jeune entrepreneur catégorie Technos & Médias l’an passé, vient de réaliser sa première levée de fonds. Elle compte déjà des clients prestigieux dans la Silicon Valley et espère tripler son chiffre d’affaires l’an prochain.

La croissance exponentielle d'Android, le système d'exploitation pour smartphone de Google, profite aussi aux jeunes pousses françaises. La startup parisienne Genymobile, qui s'est spécialisée dès sa création en 2011 dans le développement d'applications Android pour les entreprises, d'EDF à Thales en passant par Tesco ou Samsung, connaît elle aussi un essor ultra-rapide, tout en étant bénéficiaire. Après avoir quasi doublé son chiffre d'affaires en 2013 à 2,9 millions d'euros, Genymobile prévoit de le tripler l'an prochain, par rapport aux 5,3 millions de dollars (un peu plus de 4 millions d'euros) attendus cette année.

 La lauréate du prix La Tribune du jeune entrepreneur catégorie Technos & Médias en 2013, qui s'était jusqu'ici autofinancée, a décidé d'accélérer son internationalisation, en particulier son développement aux Etats-Unis, et de réaliser pour cela sa première levée de fonds, de 2 millions de dollars, auprès d'un investisseur d'origine canadienne, Ryan Cook, fondateur de plusieurs startups lui-même (LookBooks, HealthPages.com, MedCafe).

« Ryan Cook est un multi-entrepreneur qui nous ressemble beaucoup, devenu millionnaire par ses entreprises et non un riche héritier. Nous cherchions plus un partenaire et un nouvel associé, pour comprendre la culture nord-américaine, plutôt qu'un fonds » confie Arnaud Dupuis, cofondateur et co-directeur général de Genymobile.

« Lever des fonds aux Etats-Unis nous a permis d'obtenir une meilleure valorisation qu'en France et de moins diluer notre participation, nous restons largement majoritaires » ajoute-t-il avec Angélique Zettor, cofondatrice et co-DG.

Un émulateur utilisé par Facebook et Twitter

Genymobile, qui emploie 48 personnes, pour l'essentiel des développeurs, à Paris et à Lyon, a ouvert cet été des bureaux à San Francisco, où elle est membre de l'US French Tech Hub, l'accélérateur d'Ubifrance et Bpifrance. La levée de fonds financera notamment le recrutement d'une équipe sur place pour s'occuper de contrats qui s'avèrent beaucoup plus significatifs que ceux du marché français, souligne Angélique Zettor : « nous avons déjà des clients exceptionnels, de grandes banques américaines et des sociétés très connues de la Silicon Valley », telles que Facebook, Apple, Twitter ou Square. C'est son émulateur d'Android sur PC, qui permet de tester les applications et de les développer plus rapidement, qui rencontre le plus vif succès désormais : Genymobile en attend 8,3 millions de dollars de licences sur les cinq ans à venir. Présenté comme « le plus rapide au monde », il serait utilisé par 1,9 million de développeurs (une version gratuite existe pour les indépendants).

Le marché énorme de la revente de smartphones d'occasion

La jeune pousse continue de concevoir des applications sous Android pour les entreprises, qu'elles soient destinées au grand public, comme celles des ligues américaines de baseball et de hockey, ou des applis « métiers » à usage interne, comme celle utilisée sur tablette par 15.000 techniciens de terrain d'Orange. Genymobile a aussi développé des systèmes d'exploitation basés sur Android pour du mobilier urbain de JC Decaux, des avertisseurs de radars et autres objets connectés. Elle vend également une solution de configuration de flottes de smartphones sous Android pour les entreprises et intégrateurs mais aussi pour le marché du « recommerce » (la revente de mobiles d'occasion), en plein essor, notamment aux Etats-Unis.

L'entreprise va aussi lancer au prochain CES de Las Vegas en janvier un système d'exploitation éliminant les failles de sécurité pour le monde professionnel dont elle espère générer 10 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2016. Des développements tous azimuts qui expliquent que Genymobile envisage déjà de préparer une seconde levée de fonds « conséquente » sur le marché américain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2014 à 13:00 :
BRAVOS A SES JEUNES???QUAND ON LES AIDE CA VAS DANS LE BON SENS???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :