À quoi ressemblera l'Internet de 2025 ?

 |   |  566  mots
Le marché mondial des services web a représenté 229 milliards d'euros en 2013 et devrait quadrupler dans les dix années à venir, pesant alors quelque 875 milliard d'euros, selon le scénario le plus optimiste.
Le marché mondial des services web a représenté 229 milliards d'euros en 2013 et devrait quadrupler dans les dix années à venir, pesant alors quelque 875 milliard d'euros, selon le scénario le plus optimiste. (Crédits : Flickr/Jullan Burgess)
Une étude de l'Idate dresse les scénarios possibles de l'Internet du futur, entre ouverture des données et monopole des grandes plateformes.

À quoi ressemblera le Web dans une dizaine d'années ? Dans son étude "Future Internet 2025" dévoilée lors du 36e DigiWorld Summit à Montpellier ce mercredi 20 novembre, l'Idate, think thank spécialisé dans les télécommunications (qui regroupe notamment AT&T, Bouygues, Alcatel-Lucent) a dressé les scénarios possibles. Au nombre de quatre, ils ont été pensés par l'Idate (autrefois appelé Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe) à partir des tendances concernant l'ouverture des données personnelles et le développement des grandes plateformes.

Le futur de l'Internet représente un enjeu de taille puisque, selon les chiffres de l'Idate, le marché mondial des services web a représenté 229 milliards d'euros en 2013 et devrait quadrupler dans les dix années à venir, pesant alors quelque 875 milliard d'euros, selon le scénario le plus optimiste.

  • Le plus probable : la "guerre des plateformes"

Aux dires de l'auteur de l'étude, Vincent Bonneau, responsable de l'unité Internet à l'Idate, la guerre des plateformes est l'hypothèse "qui a le plus de chances d'émerger, en l'absence de réactions des usagers ou des gouvernements". Dans ce scénario, les contrôles exercés sur le marché par les géants de l'Internet sont encore plus présents qu'aujour'hui. Ils sont exercés notamment au travers de nombreuses acquisitions et d'une multiplication des produits disponibles. Facebook, Amazon et Google sont ainsi donnés en exemple, rachetant régulièrement des start-ups.

     | Aller plus loin "Le mobile a relancé, en pire, la guerre des systèmes d'exploitation"

  • Le "plus noir" : développement de l'ultra-sécurisation

Derrière les avantages de ce scénario (paiement sécurisé, régulation locale, fin des publicités ciblées), se cache également une ultra-sécurisation de l'Internet, réflétant "le scénario le plus noir" pour Vincent Bonneau. Il y voit les banques et les commerces (comme Apple, eBay ou le géant chinois de l'e-commerce Alibaba) s'imposer "grâce à des systèmes de sécurité sophistiqués et des modèles centrés sur les services et terminaux payants".

     | Lire Alibaba, le eBay chinois, bouscule les pratiques bancaires

  • Le plus ouvert : open data tous azimuts

Dans ce scénario, les éco-systèmes fermés des terminaux mobiles que l'on connaît aujourd'hui se sont ouverts aux technologies telles que le HTML5, qui permet de développer des applications pour toutes les plateformes (une approche similaire à ce que fait Firefox avec son système d'exploitation mobile). Cette alternative fait la part belle à l'Internet des objets, tous connectés entre eux et privilégie la portabilité des données, qui sont ouvertes à tous.

     | Opinion L'Internet des objets exige des standards ouverts

  • Le moins cher pour l'utilisateur : les îlots du low-cost

Ici, pas de grandes plateformes puisque ce scénario fait place à tout ce qui y est opposé. Il met en avant les start-ups qui vont chercher à casser les modèles économiques en place, comme Netflix, l'entreprise américaine de VOD; Uber, le controversé service de transport (dont la valorisation pourrait atteindre 30 milliards de dollars); ou Airbnb, la plateforme de locations saisonnières. Économie collaborative et respect de la vie privée sont ici particulièrement développés. Selon Vincent Bonneau, le développement de l'impression 3D constituera la prochaine révolution dans ce domaine.

     | Opinion Blablacar, Über, ... l'économie collaborative, une source de croissance

Photo : INTERNET par Julian Burges. Via Flickr CC License by.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2014 à 20:54 :
Pour ça il faudra un internet gratuit pour tous. Car avec le nombre de chômeur en hausse, en 2025 il n'y aura plus beaucoup de travailleur et donc moins d'utilisateur d'internet. Actuellement les citoyens réduisent leur budget mais bientôt et déjà pour certain, ils vont commencer à couper dedans...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :