Applis : Google Play écrase l’App Store, sauf en chiffre d'affaires

 |   |  587  mots
Le jeu du Finlandais Supercell arrive en tête du classement mondial des revenus générés sur les deux magasins d'applications.
Le jeu du Finlandais Supercell arrive en tête du classement mondial des revenus générés sur les deux magasins d'applications. (Crédits : DR)
Le magasin d’applications mobiles sous Android a enregistré 60% de téléchargements de plus que celui d’Apple en 2014, selon la société spécialisée App Annie. Mais en revenus, les utilisateurs d’iPhone ou d’iPad ont rapporté 10 milliards de dollars aux développeurs, soit 70% de plus que ceux d’appareils sous Android.

Android, smartphone du « pauvre »  - ou du "geek" allergique au contenu payant ? La réputation du système d'exploitation de Google se confirme. Bien que devenu incontournable pour un développeur du fait de sa très large diffusion (plus de 80% de part de marché en 2014 selon le cabinet IDC), Android rapporte toujours beaucoup moins aux éditeurs d'applications, qui risquent de continuer à lui préférer l'iPhone. En 2014, Google Play, le magasin en ligne d'applications sous Android, a enregistré près de 60% de téléchargements (gratuits ou payants) en plus que l'App Store d'Apple, selon les dernières données de la société spécialisée App Annie.


En revanche, en termes de chiffre d'affaires, les applis sous iOS, le système d'exploitation d'Apple, ont généré plus de 70% de recettes de plus que son rival.. App Annie ne révèle qu'à ses clients les montants en jeu, mais Bertrand Schmitt, le cofondateur et directeur général de l'entreprise, confirme que ses chiffres sont en ligne avec les dernières annonces d'Apple.

Plus de 10 milliards de dollars sur l'App Store


Le 8 janvier dernier, la firme à la pomme a indiqué que son App Store avait généré un montant record de 10 milliards de dollars pour les développeurs en 2014. En effectuant une règle de trois, on aboutit à une estimation d'environ 6 milliards de dollars pour Google Play. Apple comme Google prélève une commission de 30% sur les achats d'applications payantes et les achats intégrés (« in-app purchases ») à l'intérieur d'une application. Depuis son lancement en juillet 2008, l'App Store aurait rapporté 25 milliards de dollars cumulés aux développeurs selon Apple.

« Cet écart dans la monétisation est assez logique. Android a plus de succès dans les pays émergents et le prix d'entrée des smartphones est plus bas, autour de 100 dollars hors subvention d'opérateur : le pouvoir d'achat des utilisateurs est plus faible » relève Bertrand Schmitt, le directeur général d'App Annie.

En France, cette dichotomie est encore plus marquée : il y a environ 30% de téléchargements d'applications en plus sur Google Play mais Apple génère 80% de revenus de plus. Si la croissance ralentit en termes de téléchargements sur les deux plateformes (+20%), le chiffre d'affaires généré a progressé de 55% en cumulé dans l'Hexagone.


Les chiffres de la société ne reflètent cependant pas totalement la monétisation des applis dans l'ensemble de l'écosystème Android, puisqu'ils n'intègrent que Google Play et non les autres magasins d'applications tels que celui d'Amazon ou surtout les nombreux « stores » chinois.

La révélation Supercell ou « Clash of Clans »

Du côté des types d'applications qui ont le vent en poupe, ce sont sans grande surprise celles de messagerie qui dominent le palmarès (Facebook Messenger, WhatsApp, Skype, Viber, Line, Snapchat), en France et dans le monde. Mais les stars restent les jeux. Outre le carton de Candy Crush Saga du britannique King, numéro un dans le classement mondial en termes de téléchargements, la révélation de l'année est clairement le Finlandais Supercell avec « Clash of Clans », qui arrive en tête en termes de revenus, en France et dans le monde.

« Les achats intégrés dominent le marché, en particulier dans les jeux, où les applications payantes sont de moins en moins en moins importantes, le succès de Minecraft constituant une exception » remarque le dirigeant d'App Annie.


Consulter l'étude d'App Annie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2015 à 15:53 :
J'ai voulu utiliser l'application spotify , pour laquelle il était demandé de payer 14,99 $ (je vis au Canada) par mois. Quand j'en ai parlé à un ami, il m'a dit qu'il ne comprenait pas que je paye aussi cher car pour lui c'était 9,99 $. Simplement j'étais sur IPhone, et Apple se goinfrait en ramassant sa commission. J'ai fini par annuler mon abonnement (et bonne chance pour trouver comment faire par vous même si vous n'avez pas l'aide d'un geek !).
Bonjour l'arnaque. Comme s'ils avaient pas assez de fric comme ça !!
Réponse de le 04/02/2015 à 11:26 :
Logique qu'Apple prenne une commission. Vous croyez que les commerçants travaillent sans marge. Celle-ci est de 30% donc n'explique pas l'écart que vous avez constaté. C'est donc Spotify qu'il faut aussi incriminer.
Ce n'est donc pas une arnaque d'autant que le Google-App récupère aussi 30%.
a écrit le 29/01/2015 à 13:36 :
Que l'on aime Apple ou pas ce n'est pas l'objet mais payer me semble normal Derrière une app il y a un travail, de la recherche et une idée originale parfois et c'est normal de rétribuer ce travail !
Vous travaillez pas pour la gloire !
Au fait rien ne vous oblige à acheter des produits Apple, donc il n'y a pas d'arnaque.
Réponse de le 04/02/2015 à 11:29 :
Et un risque également. Si l'App ne plait pas ou est principalement piratée , vous avez travaillé des semaines et vous n'en retirez rien.
a écrit le 29/01/2015 à 10:15 :
Les clients Apple sont de bon client ... :) ou de bon pigeon
Réponse de le 04/02/2015 à 11:35 :
Ils sont simplement satisfaits. D'ailleurs nombre d'entre eux ont déjà essayé Android.
Même Google créateur d'Android n'achète que des Imacs !
a écrit le 29/01/2015 à 9:35 :
Apple est là plus grosse arnaque de ces dernières années

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :