Accès à Internet : "On laisse crever nos territoires ruraux"

 |   |  550  mots
Pour Laure de La Raudière, le gouvernement a « baissé les bras » sur le front de l'Internet fixe à très haut débit.
Pour Laure de La Raudière, le gouvernement a « baissé les bras » sur le front de l'Internet fixe à très haut débit. (Crédits : D.R)
A l’Assemblée nationale, la députée Laure de La Raudière (Les Républicains) a estimé que l’exécutif avait abandonné les campagnes en matière d’Internet à très haut débit. Face à cette attaque, Axelle Lemaire, la secrétaire d’État au numérique et à l’innovation, a affirmé que "100% de la population française" serait couverte à horizon 2022.

La couverture du territoire en Internet rapide n'en finit plus de faire jaser. Alors que les critiques fusent depuis quelques semaines sur le retard de la France en la matière, Laure de La Raudière, députée d'Eure-et-Loir (Les Républicains), en a remis une couche. Ce mardi, lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, elle a jugé l'exécutif responsable du "décrochage" de la France.

La députée a rappelé que si "en 2012, notre pays était en avance sur ses partenaires européens" en matière d'accès Internet à très haut débit, celui-ci se situe désormais à une piètre 26ème place. Laure de La Raudière fait ici référence à un classement de la Commission européenne, qui précise que seuls 45% des foyers de l'Hexagone disposent d'une connexion supérieure ou égale à 30 Mbps.

"L'argent va manquer"

Surtout, la députée constate que "seulement 30% des habitations des zones rurales ont accès au très haut débit, contre plus de 65% dans les grandes villes". Ainsi, d'après elle, "on laisse crever nos territoires ruraux". Ceci dit, Laure de La Raudière estime que l'exécutif socialiste est responsable de cette situation:

"Croyez-vous vraiment qu'un collégien ou un lycéen habitant à la campagne n'a pas les mêmes besoins d'accès à la formidable base de connaissance qu'est Internet qu'un collégien ou un lycéen des villes ?", a-t-elle dézingué.

Avant d'envoyer une pique sévère au gouvernement, qui, à l'en croire, a "baissé les bras". "L'argent prévu pour le plan Très haut débit va manquer en 2017 pour financer l'ensemble des projets, et rien n'a été fait", a-t-elle renchéri.

Critiques de la Cour des comptes

Il faut dire que la semaine dernière, la Cour des comptes a durement critiqué ce plan lancé en 2013, et visant à couvrir tout l'Hexagone en Internet rapide d'ici à 2022. En plus de juger cet objectif inatteignable, les "sages" ont indiqué que la facture sera beaucoup plus élevée que prévu : de l'ordre de 35 milliards d'euros, au lieu des 20 milliards annoncés il y a quatre ans.

En réponse à cette attaque, Axelle Lemaire ne s'est pas démontée. Pour la secrétaire d'Etat au numérique et à l'innovation, si la France est en retard en matière de très haut débit, c'est notamment parce que le gouvernement de Nicolas Sarkozy n'a pas fait son travail.

"Lorsque nous sommes arrivés en 2012 [...], le plan du gouvernement précédent s'élevait à 900 millions d'euros, a-t-elle fusillé. Eh bien avec le lancement du plan France très haut débit, qui vise à couvrir toutes les zones rurales de notre pays, ce sont 3,3 milliards d'euros que nous avons investi dans les campagnes de France".

De plus, malgré les critiques de la Cour des comptes, la secrétaire d'État se veut optimiste. Droit dans ses bottes, elle estime que les efforts financiers prévus et consentis par l'exécutif seront suffisants pour couvrir "100% de la population française et 100% des entreprises en très haut débit d'ici à 2022".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2017 à 19:15 :
le THD pour faire QUOI???
Non, Madame le député, un collégien ou un lycéen habitant en campagne n'a pas besoin du THD: 20 Mb/s est largement suffisant y compris pour regarder la télévision mais ce n'est sûrement pas la priorité de ce lycéen!

La fibre au pied de chaque vache ne sert qu'à une seule chose: justifier un plan pharaonique au frais du contribuable qui permet de fiancer les partis et les parties prenantes (...).
Le fibre n'a de sens que pour une entreprise, en encore pas toutes.

Si vous connaissiez un peu le sujet dont vous parlez, vous sauriez que le vrai besoin est une couverture de type 20Mb/s réelle . Cette couverture peut être obtenue par de la fibre "core network" jusqu'au communautés de communes puis couvrir la zone par du WiMax ou de la 4G locale.
D'ailleurs Bouygues Télécom l'a bien compris en (re)lançant sa box via le réseau GSM.

Malheureusement, dès que vous, politiques, voulez agir sur la technologie votre incompétences et votre manque de lucidité sur l'origines de vos informations ne font que mener à la gabegie: l'UMTS, le plan Cloud souverain, la TNT NG et maintenant ça.
Laisser les VRAIS professionnels s'occuper de cela, ou moins vous conseiller afin de trouver de vraies solutions viables d'un point de vue technico-économique.
C'est toujours le même problème: le client est là pour exprimer un besoin fonctionnel et non pour donner une solution technique.
a écrit le 08/02/2017 à 16:44 :
"de l'ordre de 35 milliards d'euros, au lieu des 20 milliards annoncés il y a quatre ans".
Hé hé, évidement que c'est 20 milliards, mais nous sommes en France, et les factures s'envolent avec le printemps qui vient, et des patrons avec des mentalités de plombiers/serruriers.
Mais si on réfléchit, la campagne a bien moins de chômage que le reste de la France, pas de déficit de la balance commerciale mais du positif, donc devrait être équipée avant les autres pour qui ça ne sert qu'a twitter sur facebook.
a écrit le 08/02/2017 à 13:23 :
Elle a raison : quand on aura une crise majeure, on n'aura plus qu'à bouffer des câbles à haut-débit :-(( !
Tant qu'à vouloir investir en milieu rural, on ferait mieux d'aider sérieusement les milliers d'agriculteurs qui se suicident chaque année dans l'indifférence générale des politiques (au moins on aurait à manger en cas de crise générale).
a écrit le 08/02/2017 à 9:19 :
Début février 2015, dans le cadre de la loi Macron, Laure de la Raudière co-signe un amendement avec 10 autres députés UMP visant à autoriser les chefs d'entreprises à licencier 10 personnes par an pour permettre aux PME d'alléger leurs charges en cas de difficultés économiques.
a écrit le 08/02/2017 à 9:11 :
J'habite en périphérie d'une métropole et ma connexion s'est considérablement dégradée depuis 2 ans (les coupures étaient inexistantes auparavant),ma situation actuelle me permettrait de m'éloigner de la ville pour avoir un cadre de vie champêtre ,mais j'hésite car j'ai besoin d'internet et je crains que la connexion soit encore pire.
a écrit le 08/02/2017 à 9:11 :
Depuis que la France n'est plus, les français ne sont plus libre, égaux et fraternel!
a écrit le 08/02/2017 à 8:45 :
Ben oui les politiques d’austérité qu'elle soutien appauvrissent l'état qui avec tout ces politiciens et ces hommes d'affaires qui lui piquent régulièrement du fric n'en a pas besoin.

Ce serait bien de se remettre une fois en question et de sortir de l'aliénation néolibérale générale, merci.

ET Lemaire ferait mieux de pas répondre à ce genre de provocation stérile, spectaculaire et partisane qui n'ont absolument aucun intérêt, ou comment la politique professionnelle peut rapidement transformer des gens de qualité en médiocrité avérée.
a écrit le 08/02/2017 à 8:40 :
on peut pas claquer des centaines de millions pour de JO a paris ou des coupes de foot et cabler les bouseux. Faut faire des choix
a écrit le 08/02/2017 à 8:39 :
À moins de 10 km de Genève et 4 km du pôle technologique française, nous disposons de 0,11 à 0,08 M dans un village de 1100 habitants ! La problématique vient principalement des élus locaux (qui ne savent toujours pas envoyer de courriels !) et qui pense que l'Internet est fait pour jouer ! Face à eux le SYANE et Orange jouent au jeux du " ce n'est pas moi, c'est lui" et les les plannings s'allongent sans aucune réaction d'élus. Notre village se situe dans le top 20 nationale des revenus par habitant et nous avons des budgets communaux et intercommunaux 6 plus important que la moyenne nationale ! Notre problématique vient d'une incompétence toute française de nos élus et des EPCI détenteur de compétence d'infrastructures !
a écrit le 08/02/2017 à 2:36 :
Tiens, au fait, elle est payée par quel opérateur..??
a écrit le 07/02/2017 à 22:58 :
la campagne aura les débits parisiens de 2002
a écrit le 07/02/2017 à 20:43 :
C'est surtout la droite qui a fermé les postes les tribunaux les petits hopitaux les casernes les écoles dans le milieu rural !
a écrit le 07/02/2017 à 19:11 :
equiper le larzac de tres haut debit fibre, ca n'a pas de sens, personne ne veut payer pour que les chevres puissent recevoir netflix sur leur flatscreen
faut trouver 'une solution qui va', soit en terme de debit, soit de techno ( satellite ou autre)
Réponse de le 08/02/2017 à 3:06 :
Ici, en Coree (du Sud, hein, pas l'autre) le moindre bled est fibre. Les decideurs de cet investissement ont pense qu'il etait utile de le faire. Savez-vous pourquoi ?
Tout simplement pour desengorger Seoul de son trop plein de monde. Et cela marche. Nombre de seoulites ont quitte la megapole, ( Paris et sa banlieue, sont un village en comparaison) pour aller s'installer dans le lieu de leur enfance. Ils y bossent mieux, moins stresses, et en plus se font plaisir.
Voila, pourquoi, si le Larzac etait correctement equipe bcp de gens y vivraient. Bonne journee dans votre France retrograde, on vous la laisse.
Réponse de le 08/02/2017 à 16:50 :
Dans des coins plus perdus que le larzac, les fins fonds de la Russie, ce sont les habitants qui ont pris leur destin en main, planté les poteaux, tiré les cables et raccordé les terminaux.
Mais si on fait ça ici (c'est bien plus facile qu'on ne le croit suffit d'un bep d'électricien), on ne tardera pas à voir surgir la maréchaussée et son alcoolique le maire du coin..
a écrit le 07/02/2017 à 18:57 :
et pas seulement le numérique , la santé et les services publics c'est pareil ; notre pays qui prétend aux jeux olympiques est incapable de gérer ses territoires ruraux malheureusement nos élus préfèrent les grandes villes
a écrit le 07/02/2017 à 18:51 :
Ils nous bassinent. Ca sert à QUOI le haut débit si on ne télécharge PAS de films..?? Jouer.? Désolé, autre chose à faire. Et la télé, vu ce qu'ils nous balancent... 8 Mbits SURS pour tout le monde, là, ce serait intelligent. Note, parler intelligence, pardon de rêver...
Réponse de le 07/02/2017 à 23:12 :
ok avec 8Mbps pour tout le monde, nous on a péniblement entre 0.5 et 1.2 avec des coupures a tout va, / débit montant parfois à 0.005 ???
En clair une catastrophe, il suffirait de changer 500 ml de câble en cuivre d'une trop petite section : Orange ne veut rien savoir. Et on est entre 2 km et 4 km de la 3éme zone commercial du département (44)? Ça concerne 3 villages, environ 200 maisons.
Si vous avez une solution?
Réponse de le 08/02/2017 à 8:39 :
il fut pas seulement voir ce qui est fait aujourd hui, mais les usages de demain ! a une certaine epoque, on pouvait surfer avec un modem 33.6 Kb. Maintenant c est plus possible.
Demain il y auara peut etre de nouvelles applications gourmande en bande passante : voiture autonomes, telemedecine ....

Apres il faut peut etre faire des choix et aussi demander aux habitants des lieux concernes s ils veulent vraiment internet et de mettre la main au portefeuille (dans certains patelins habités uniquement par des vieux, la reponse sera surement NON)
Réponse de le 08/02/2017 à 16:56 :
Ce que vous oubliez, c'est que la présence ou pas du très haut débit impacte la valeur du bien, celui de la location et pire, des locations à l'abandon car les jeunes couples préfèrent vivre en hlm plutôt que vivre dans ce qu'on considère maintenant un pôle de la misère après l'électricité, l'eau potable et les égoûts.
Réponse de le 08/02/2017 à 17:06 :
Ce que vous oubliez, c'est que la présence ou pas du très haut débit impacte la valeur du bien, celui de la location et pire, des locations à l'abandon car les jeunes couples préfèrent vivre en hlm plutôt que vivre dans ce qu'on considère maintenant un pôle de la misère après l'électricité, l'eau potable et les égoûts.
a écrit le 07/02/2017 à 18:39 :
pas besoin d'un debit à 30Mb/s... 1 à 2 Mb/s suffisent pour un accès au surf internet...

Et il ne faut pas oublier les dégats collatéraux d'une réglementation qui impose la fibre au détriment des alternatives... bref, on veut une rolls pour tous... ça coute plus cher sans aucune utilité...

PS : j'habite en ville et me contente d'un 8 Mb/s...
Réponse de le 08/02/2017 à 3:08 :
Debit minima en Coree du sud, meme dans les lieux recules, 75Mbps.
A Seoul, ca frole les 100%.
Réponse de le 08/02/2017 à 17:06 :
Un truc rigolo, il y a quelque années, il y a eu de nombreux vols de cables téléphoniques, comme c'était enterré (on ne sait pas pourquoi un tel gaspillage) les (?) prenaient en remorque le cable le brulait pour le cuivre.
A force ils on étés forcés de fibrer, et ça a fait le bonheur de tous ces villages, merci (?)
Dommage pas le notre, 0,9 méga à se partager, snif!
Dire qu'on a un énorme réseau fibré inutilisé (reste 90%) celui de la sncf qui ne demande qu'à servir (sans doute un pb de normes, vive la France!)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :