Câbles sous-marins : Orange tisse une voie vers l’Asie

 |   |  989  mots
Sur la plage des Sablettes de la Seyne-sur-Mer, des ouvriers d'Orange tirent un câble sous-marin sur la terre ferme.
Sur la plage des Sablettes de la Seyne-sur-Mer, des ouvriers d'Orange tirent un câble sous-marin sur la terre ferme. (Crédits : Pierre Manière)
Le numéro un français des télécoms a effectué mardi l’opération dite d’« atterrissement » d’un câble sous-marin à la Seyne-sur-Mer, près de Toulon. Long de 20.000 km, celui-ci reliera d’ici 2017 la France à Singapour. Il doit permettre de faire face à l’explosion du trafic Internet entre l’Europe et l’Asie.

Avec plus de 70 hommes mobilisés sur terre et sur mer, l'opération n'est pas une mince affaire. Ce mardi, au large de la plage des Sablettes de la Seyne-sur-Mer (non loin de Toulon), les marins du Teliri, un navire câblier d'Orange, s'activent. Ils déroulent d'abord un simple filin qu'une barque amène jusqu'à la terre ferme. Puis à son extrémité, ils y accrochent le câble de fibres optiques qu'ils ont enfoui sous la mer, depuis le sud de l'Italie, ces dernières semaines. Progressivement, ce câble, qui permet de connecter pays et continents à Internet, sort du navire. Pendant cette opération, pour éviter qu'il ne racle le fond et ne s'abîme, il est maintenu à la surface de l'eau par une chaîne de bouées. Une fois qu'il est arrivé sur la terre ferme, on dégonfle les flotteurs, et le câble se pose doucement sur les fonds marins. Ces prochaines semaines, des plongeurs l'enfouiront sous le sable, pour empêcher que des ancres, par exemple, ne viennent endommager l'ouvrage. D'ici là, le câble sera raccordé à une station d'Orange à Toulon. En attendant, plus tard, d'être relié au réseau Internet fixe de l'Hexagone.

Dans le jargon des télécoms, cette opération s'appelle « l'atterrissement ». Complexe, elle permet de connecter les plus de 300 câbles sous-marins enfouis sous les mers du globe aux réseaux terrestres de télécommunications. Sans eux, le réseau Internet ne permettrait jamais les énormes échanges de données effectués chaque jour entre continents. Aujourd'hui, seule une infime part de ces télécommunications transite par les satellites géostationnaires. Et les antennes mobiles, qui permettent d'échanger de lourdes vidéos sur smartphones, seraient inutiles si elles n'étaient pas reliées aux autoroutes terrestres de fibre optique, auxquelles sont raccordés les câbles sous-marins.

Flambée des échanges de données

Ce mardi, c'est le câble SEA-ME-WE 5 (pour East Asia-Middle East-Western Europe) qu'Orange a raccordé au Vieux Continent. Doté de trois paires de fibre optique et d'une longueur totale de 20.000 km, celui-ci reliera la France à Singapour d'ici 2017. Au terme du projet, qui implique Orange et d'autres opérateurs internationaux, le SEA-ME-WE 5 desservira 17 pays, parmi lesquelles l'Italie, la Turquie, l'Egypte, le Pakistan, le Sri Lanka ou encore la Birmanie:

SEAMEWE

(Crédits: Orange)

Encore loin d'être fini, ce câble répond d'abord à un impératif : faire face à l'explosion du trafic de données entre l'Asie et le Vieux Continent. Celui-ci « croît de 30% à 40% par an » assure Jean-Luc Vuillemin, directeur des réseaux et des services internationaux d'Orange. A ses yeux, le fort développement de Singapour et de la Chine dope les échanges de données. « On constate notamment un accroissement des flux financiers, liés au trading international, qui remontent vers l'Europe et les Etats-Unis », constate Jean-Luc Vuillemin. Lequel balaye toutefois le risque de saturation sur les réseaux. « Pour l'instant, nous n'avons pas de problème de capacité. Mais on prend les devants... », affirme-t-il.

Une facture de plus de 300 millions

Une fois achevé, le câble disposera d'une capacité 24 térabits par seconde. Plus concrètement, cela représente « trois à quatre fois la capacité qui transite actuellement sur le réseau cœur d'Orange en France », insiste Jean-Luc Vuillemin. S'ils sont vitaux pour les échanges électroniques, les câbles sous-marins coutent très cher. Au terme du projet SEA-ME-WE 5, Orange et ses partenaires auront déboursé plus de 300 millions d'euros. Et c'est sans compter la maintenance de cet actif, qui nécessitera l'envoi régulier de navires spécialisés pour réparer différents dommages. D'après Raynald Leconte, le patron d'Orange Marine et de sa flotte de six bâtiments dédiés à la pose et à l'entretien des câbles, les ancres constituent l'ennemi numéro un. Viennent ensuite les séismes et autres tremblements de terre.

Si le leader français des télécoms y trouve son compte, c'est parce qu'il est très présent à l'international. En Afrique et au Moyen-Orient, Orange est notamment présent dans plus de 20 pays. D'après Jean-Luc Vuillemin, « les câbles sous-marins permettent de sécuriser les réseaux en les interconnectant ». C'est la raison pour laquelle Orange investit actuellement dans un autre câble sous-marin. Baptisé ACE (pour Africa Coast to Europe) et d'une longueur de 17.000 km, il reliera bientôt la France aux pays africains de la côte atlantique. En outre, avec sa branche Orange Business Services (OBS), l'opérateur est très présent sur le marché des télécoms d'entreprise. Sur ce créneau, « certains clients veulent une interconnexion au niveau mondial », poursuit le directeur d'Orange. Enfin, en tant que propriétaire d'une part des câbles qu'il co-construit, Orange peut aussi louer de la capacité aux opérateurs qui en ont besoin. « Ce n'est pas rien : en 2015, cette activité représentait 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires », détaille Jean-Luc Vuillemin.

Des actifs stratégiques

A l'heure de la révolution numérique, les câbles sous-marins constituent donc un juteux business pour Orange et les gros acteurs des télécoms. Signe de leur importance dans les réseaux actuels, ils sont perçus comme des actifs hautement stratégiques par les gouvernements, les espions et les militaires. Second capitaine du Raymond Croze, un navire câblier d'Orange notamment dédié à la maintenance du SEA-ME-WE 5 en Méditerranée, Sylvestre Crocq en témoigne. « Nous avons parfois affaire à des sabotages », dit-il. Un exemple ? « En mer Noire, on a été confronté à une coupe de câble de 50 kilomètres. C'était juste avant la guerre entre la Géorgie et la Russie [en août 2008, Ndlr]. » Et, l'an dernier, selon le New York Times, un navire espion russe a multiplié les patrouilles à proximité de câbles reliant les Etats-Unis.

    | Lire aussi : les câbles sous-marins se multiplient entre les continents

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2016 à 18:12 :
Une p'tite épissure pour la Réunion ça vous aurait fait mal au bas fond ? Ah ! oui ! Ca ne rapporte pas ! Question d'habitudes entre orange et le territoire français : payez et crevez.
Réponse de le 02/03/2016 à 21:24 :
La Réunion est déjà raccordé avec le câble LION (http://www.reunionnaisdumonde.com/spip.php?article1645)
Réponse de le 03/03/2016 à 9:49 :
La réunion est déjà liée au reste du monde. Ces câbles ne sont pas là pour le plaisir mais pour répondre à des besoins capacitaires. La Réunion n'est pas encore proche d'atteindre sa limite capacitaire pour y rajouter une fibre de plus. Ce n'est pas le cas pour les pays qu'Orange vient de relier. Ce n'est pas une question de rentabilité ou d'argent... surtout que ce n'est pas Orange qui décide seul où mettre ce câble, mais plusieurs dizaines d'entreprises. Donc votre critique ne tient pas la route
Réponse de le 04/03/2016 à 10:58 :
Bonjour,

La pose de ces fibres ne se fait pas sur des questions de rentabilité mais de capacité. La Réunion est déjà reliée, et n'est pas encore proche d'atteindre sa limite de capacité actuelle, donc pas besoin de fibrer plus. Tandis que c'est un autre sujet pour les pays relier avec la fibre dont on parle dans l'article. Par ailleurs, la pose de ces fibres n'est pas une décision d'Orange mais de plusieurs opérateurs mondiaux (environ 10). Ce sont des enjeux mondiaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :