Startups : Hardware Club lève 25 millions d'euros pour son fonds dédié aux objets connectés

 |   |  394  mots
Hardware Club a déjà participé au financement de plusieurs startups :
(de gauche à droite et de haut en bas) le boîtier Lima, le capteur olfactif d'Aryballe, les robots de jeu Reach Robotics et le polaroïd pour smartphone Prynt.
Hardware Club a déjà participé au financement de plusieurs startups : (de gauche à droite et de haut en bas) le boîtier Lima, le capteur olfactif d'Aryballe, les robots de jeu Reach Robotics et le polaroïd pour smartphone Prynt. (Crédits : DR/Montage : Laszlo Perelstein/La Tribune.)
Entre incubateur de startups et accélérateur, le Hardware Club veut contribuer au développement d'autres jeunes pousses spécialisées dans la conception et la fabrication d'objets. Le fonds institutionnel, lancé en collaboration avec Bpifrance et Crédit Mutuel Arkéa, investira entre 100.000 et 1,5 million de dollars en amorçage ou premier tour dans des startups.

Financer les jeunes pousses qui innovent dans les objets connectés et les accompagner dans leur expansion. Lancé à Paris début 2015, le Hardware Club se présente comme une plateforme d'accompagnement des sociétés spécialisées dans le hardware (la conception et la fabrication d'objets) et a donc vocation à soutenir les startups qui développent des objets connectés. Forte de deux ans et demi d'expérience, l'"association/incubateur de startups", comme elle se décrit, a annoncé jeudi 15 juin au soir, le lancement de son propre fonds institutionnel, le Hardware Club Fun 1, épaulé par Bpifrance et Crédit Mutuel Arkéa.

Avec ce fonds, l'entreprise espère contribuer au développement d'autres jeunes pousses et "financer des entrepreneurs audacieux, prêts à relever des défis technologiques permettant de transformer des industries entières, en combinant software et hardware", comme l'a exposé dans le communiqué Barbara Belvisi, co-fondatrice et directrice générale du Hardware Club.

Amorçage et développement

Présent avant et au cours de la première phase d'investissement ("de l'amorçage au premier tour institutionnel"), le fonds mettra entre 100.000 et 1,5 million de dollars dans les startups et s'intéressera en particulier à certaines thématiques : "la santé connectée, la maison connectée, le bâtiment intelligent ou les transports de demain". Des domaines dans lesquels les startups françaises ont jusqu'ici plutôt brillé et surtout dans lesquels Hardware Club a déjà investi. Car entre sa création et le lancement de son premier fonds, l'accélérateur de startups a réalisé "plus d'une dizaine d'investissements", permettant à des startups françaises - le capteur olfactif des Grenoblois d'Aryballe, le boîtier connecté anti-cloud Lima ou encore la photo augmentée pour smartphone Prynt - de s'installer dans le paysage de la French Tech.

| Lire aussi: Lima, le boîtier connecté anti-cloud déjà récompensé deux fois à New York

Outre un éventuel investissement, le Hardware Club, qui possède des bureaux à Paris, San Francisco et Tokyo, fait également office d'incubateur de startups. Celui qui se revendique "la première communauté de startups hardware au monde", propose à ses 270 entreprises membres - sélectionnées parmi 3.500 candidates - des ressources dédiées, assure la mise en relation avec des fabricants ou des distributeurs, avec qui, pour certains du moins, des partenariats ont été noués.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :