Fibre dans les campagnes : l'offensive de Bouygues Telecom

 |   |  401  mots
Martin Bouygues, le chef de file du groupe éponyme, la maison-mère de Bouygues Telecom.
Martin Bouygues, le chef de file du groupe éponyme, la maison-mère de Bouygues Telecom. (Crédits : reuters.com)
La filiale du groupe Bouygues a signé mardi un accord avec l'opérateur d'infrastructures Altitude Infrastructure pour proposer ses offres Internet à très haut débit sur ses réseaux dans la Manche ou en Alsace.

Bouygues Telecom confirme qu'en 2017, il compte bien accélérer dans la fibre. Ce mardi, l'opérateur a annoncé la signature d'un accord avec l'opérateur d'infrastructures Altitude Infrastructure. Celui-ci est spécialisé dans le déploiements de réseaux en fibre optique dans les campagnes et les zones les moins denses de l'Hexagone. Dans le jargon des télécoms, on les appelle les Réseaux d'initiative publique (RIP), car ici, les collectivités locales mènent ces projets en bénéficiant d'aides de l'Etat. Pour les opérateurs télécoms, il s'agit d'un gros marché puisque ces RIP doivent couvrir 43% de la population française d'ici à 2022.

D'après l'accord, Bouygues Telecom va progressivement proposer ses offres Internet fixe à très haut débit sur les réseaux d'Altitude. "Les deux premiers RIP à pouvoir en bénéficier, Manche libre et Rosace (en Alsace, NDLR), représenteront un parc de 670.000 clients particuliers et professionnels potentiels, au terme de leur construction", précisent les deux groupes dans un communiqué commun. A noter qu'Altitude dispose d'autres réseaux dans toute la France, comme dans le Doubs ou les Alpes.

20 millions de foyers couverts en 2022

D'après Richard Viel, DG délégué de Bouygues Telecom, "ce nouveau partenariat [avec Altitude] vient confirmer une de nos ambitions dans la fibre, à savoir être présent sur l'ensemble des RIP de France". L'opérateur semble en effet s'activer pour couvrir ces territoires. Le 16 mars dernier, il a commencé à lancer ses offres sur les RIP d'Axione, une filiale de sa maison-mère, qui est présente en Ardèche, dans le Limousin ou dans la Drôme. Et ce conformément à ce qu'avait indiqué La Tribune au printemps dernier.

L'occasion, pour l'opérateur, de bien montrer que la fibre est une de ses grandes priorités du moment. Quand bien même il a, ces dernières années, été régulièrement critiqué pour son retard en la matière vis-à-vis de ses concurrents SFR, Free, et surtout Orange. Aujourd'hui, Bouygues Telecom ne dispose que d'un peu plus de 120.000 abonnés à la fibre sur un total de 2 millions de foyers raccordables. Lors de la présentation de ses résultats 2016, en février dernier, le groupe l'a pourtant assuré : il prévoit de couvrir 20 millions de foyers d'ici à 2022. Même s'il s'est bien gardé, pour l'heure, de s'épancher sur ses financements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2017 à 21:29 :
Il faut savoir que les tarifs de gros (c'est à dire les tarifs auxquels Bouygues telecom ou un autre louent les installations qu'ils utilisent pour desservir leurs abonnés) sur les RIP sont régulés par l'Arcep donc la marge de manoeuvre n'est pas complète. Et oui, ça coûte plus cher que l'adsl.
a écrit le 29/03/2017 à 13:40 :
Bouygues Telecom ne précise par contre pas les tarifs qu'il pourra proposer sur ce RIP. En effet, en ZMD l'opérateur est déjà à +8€/mois dans ce qu'il appelle les "zones étendue fibre" :
http://forum.bouyguestelecom.fr/questions/1065326-paye-complement-zone-etendue-8-mois
http://www.lafibreoptique.fr/offre-fibre/bouygues-telecom/
Quid dans ces nouvelles zones qui seront donc logiquement moins rentables pour eux ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :