Fillon se pose en chantre du pouvoir d’achat pour avoir épaulé Free Mobile

 |   |  333  mots
A l’été 2009, Nicolas Sarkozy, président de la République, était contre l’arrivée d’un quatrième opérateur en France. Ce n’était pas le cas de François Fillon, alors Premier ministre, qui a fait son possible pour lancer l’appel à la candidature pour la quatrième licence 3G.
A l’été 2009, Nicolas Sarkozy, président de la République, était contre l’arrivée d’un quatrième opérateur en France. Ce n’était pas le cas de François Fillon, alors Premier ministre, qui a fait son possible pour lancer l’appel à la candidature pour la quatrième licence 3G. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Le candidat à la primaire de la droite pour l’élection présidentielle s’est fendu d’un tweet arguant que c’est grâce à lui que Free Mobile a vu le jour en France en 2012. « J’ai peut-être fait perdre de l’argent aux opérateurs, mais j’en ai fait gagner aux consommateurs », se vante-t-il.

François Fillon l'assure : s'il est élu président de la République, le pouvoir d'achat des Français sera une de ses grandes priorités. Du moins, c'est ce qu'il ressort d'un tweet publié lundi soir, comme l'a remarqué le site Universfreebox, où le candidat à la primaire de la droite pour l'élection présidentielle se réjouit d'avoir été à l'origine du lancement de Free Mobile, qui a par la suite bousculé le marché avec des offres à prix cassés. « En autorisant Free Mobile, j'ai peut-être fait perdre de l'argent aux opérateurs, mais j'en ai fait gagner aux consommateurs », dit-il.

Free

A l'été 2009, Nicolas Sarkozy, président de la République, était contre l'arrivée d'un quatrième opérateur en France. Ce n'était pas le cas de François Fillon, alors Premier ministre, qui a fait son possible pour lancer l'appel à la candidature pour la quatrième licence 3G, qui sera in fine accordée à l'opérateur de Xavier Niel. En 2010, ce dernier avait confié au Canard Enchaîné une anecdote croustillante sur la manière dont il s'est appuyé sur François Fillon :

« Fillon a fait adopter le texte en Conseil des ministres en vitesse pendant que Sarko était sorti répondre à un appel ! Et il a signé le décret en profitant de son malaise vagal », a balancé le chef de file de l'opérateur low-cost.

Conquête d'abonnés

Aujourd'hui, Free est devenu un vrai cador dans le paysage des télécoms en France, et continue de gagner des abonnés. Au terme du premier semestre, l'opérateur de Xavier Niel a atteint 12 millions de clients mobiles, pour une part de marché de 17,4% dans l'Hexagone. En parallèle, Free poursuit sa conquête de clients dans l'Internet fixe. Avec 6,3 millions de fidèles sur ce créneau, il s'est même payé le luxe de passer devant son rival SFR et ses 6,23 millions d'abonnés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2016 à 18:49 :
ne pas oublier moulinex
et la vente des routes nationales a une societe non francaise
oui fillon c'est aussi la vente du patrimoine
meme les entreprrises qui realise des benef
tout comme le sarko deja jete en 2012
et tellement nulle qu'ils n'on pas compris

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :