French Tech Diversité, un (petit) coup de pouce contre les inégalités dans la tech

 |   |  1006  mots
Les 35 startups lauréates du French Tech Diversité, avec le secrétaire d'Etat au Numérique, Mounir Majhoubi (2è rangée au milieu)
Les 35 startups lauréates du French Tech Diversité, avec le secrétaire d'Etat au Numérique, Mounir Majhoubi (2è rangée au milieu) (Crédits : Gezelin GREE.)
L'initiative French Tech Diversité, soutenue par l'Etat, a présenté mardi 17 octobre les 35 startups choisies pour bénéficier d'un programme d'aide à l'entrepreneuriat doté de 2 millions d'euros. Sa particularité : les gagnants sont issus de milieux sociaux défavorisés ou vivent dans les Quartiers prioritaires de la Politique de la Ville (QPV).

"Quand j'ai participé, le mois dernier, à l'initiative Startups Banlieue, c'était la première fois que je voyais une salle remplie d'entrepreneurs avec des têtes différentes et des parcours de vie différents de ce qu'on voit d'habitude dans la tech. J'en ai eu les larmes aux yeux. Je ne pleurerai pas aujourd'hui, mais cela fait du bien de montrer une autre facette de l'entrepreneuriat. Vous étiez, nous étions, trop sous-représentés".

Devant les 35 startups lauréates de la première promotion du programme French Tech Diversité, réunies à Station F, le secrétaire d'État au Numérique, Mounir Majhoubi, pur produit de l'ascenseur social républicain, ne masquait pas sa fierté devant la dernière initiative de la French Tech. Lui-même entrepreneur (quatre échecs, un succès avec la coopérative La Ruche Qui Dit Oui) et Français issu à la fois de l'immigration et d'un milieu populaire, l'élu n'a pas manqué de souligner la portée symbolique du premier programme d'État destiné à démocratiser l'accès à l'entrepreneuriat.

Un programme pour "trouver les bonnes idées où qu'elles soient"

Lancé en mars dernier avec un appel à candidatures, French Tech Diversité vise à aider 35 startups lauréates (parmi 274 dossiers) à faire leur trou dans le grand bain de l'entrepreneuriat. Un milieu dominé, en France comme en Europe et dans la Silicon Valley, par les hommes blancs sur-diplômés issus d'un milieu social favorisé, comme l'ont montré de nombreuses études. Dans l'Hexagone, on sait également que près de 80% des startuppeurs sont des hommes. Et que les femmes lèvent deux fois moins de fonds que leurs homologues masculins.

French Tech Diversité espère donc contribuer, en mettant en avant des entrepreneurs "aux visages différents, mais tout aussi excellents que les autres", à "trouver les bonnes idées où qu'elles soient", d'après David Monteau, le directeur de la Mission French Tech. Et casser les barrières psychologiques, très bien identifiées par les sociologues, qui éloignent les personnes socialement défavorisées de l'entrepreneuriat.

"Les études montrent que les femmes, les personnes issues de la diversité et celles qui sont défavorisées socialement, sont plus isolées de l'écosystème d'innovation, alors qu'il s'agit d'un critère majeur de succès pour une startup. Quand elles décident d'entreprendre, elles ont plus de difficultés à trouver des financements pour leur projet. D'ailleurs, elles se lancent beaucoup moins dans l'entrepreneuriat à cause du manque d'argent nécessaire pour survivre au départ, et à cause de l'auto-censure, c'est-à-dire le renoncement face à l'accumulation des obstacles", explique Salima Maloufi, la directrice de French Tech Diversité.

Remplacer le "love money" par une aide d'État de 45.000 euros

Les 35 startups lauréates gagnent un an d'incubation au sein d'un réseau de 11 incubateurs partenaires en Ile-de-France, dont le Founders Program de Station F, l'incubateur féminin Paris Pionnières ou encore La Miel, la pépinière d'entreprises de La Courneuve. De quoi leur offrir l'accès à des conseils, à un réseau et à des investisseurs pour se développer par la suite.

Pour être éligible, il fallait soit bénéficier des minima sociaux (RSA, Allocation adulte Handicapé, boursier ou ex-boursier depuis moins d'un an), soit résider dans un Quartier prioritaire de la Politique de la Ville (QPV).

L'enveloppe qui finance le programme, fixée à 2 millions d'euros, se répartit entre les 35 startups, soit 57.000 euros pour chacune. Dont 45.000 euros sous forme d'aide directe et le reste pour payer l'incubation.

"Cette somme correspond à peu près au "love money" que la plupart des entrepreneurs récoltent auprès de leur famille et amis pour se lancer, précise Mounir Mahjoubi. Mais dans les milieux populaires, les familles ont beaucoup de "love", mais peu de "money", ajoute-t-il.

Des profils d'entrepreneurs très différents, toujours une élite universitaire

Signe de l'intérêt de l'initiative, les lauréats affichent un profil sensiblement différent de celui du startuppeur "classique". 60% des startups gagnantes (dans 12 domaines différents, de la FoodTech à l'e-commerce, en passant par la santé, l'éducation, l'immobilier, les mobilités ou l'Internet des Objets) ont été fondées ou co-fondées par une femme (20% en moyenne).  40% ont au moins un fondateur résidant en QPV.

Les profils universitaires apportent également un petit vent d'air frais. Seulement 30% des lauréats ont été formés en école de commerce ou d'ingénieur, indiquant une grande diversité des formations et des parcours. En revanche, French Tech Diversité confirme que l'entrepreneuriat est l'affaire d'une certaine élite : près des deux tiers ont un niveau d'études égal ou supérieur à Bac +5.

Une initiative très symbolique... mais très modeste

Politiquement, French Tech Diversité tombe à pic pour illustrer les ambitions du gouvernement en matière d'inclusion numérique, dans le contexte de la réforme de l'emploi et de l'assurance chômage voulue par Emmanuel Macron. Malgré le signal négatif envoyé par la suppression des emplois aidés, le gouvernement mise sur la reconversion professionnelle et sur la facilitation de l'accès à l'entrepreneuriat (via l'ouverture de droits pour les démissionnaires notamment).

Symbole positif de cette politique, French Tech Diversité a donc déjà été reconduit pour une deuxième promotion en 2018, par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. Qui a également annoncé le doublement de son budget, qui va passer de 2 à 4 millions d'euros, et son expansion en régions, via les métropoles French Tech.

Reste que miser 2 ou 4 millions d'euros dans la tech pour aider une poignée d'entrepreneurs ne règle pas le problème de fond des inégalités dans ce milieu. Un combat qui doit se mener au niveau de l'éducation et de la formation (les femmes sont encore très largement minoritaires dans les écoles d'ingénieurs, qui fournissent une grande partie des nouveaux startuppers) et sur le terrain des mentalités pour casser les "plafonds de verres". Pour Mounir Mahjoubi, French Tech Diversité contribue à cette "nécessaire prise de conscience". Une goutte d'eau à la fois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2017 à 17:19 :
Le mec dit que 57k€ correspond je cite à la somme moyenne que les entrepreneurs français peuvent recolter de leur famille. Excuse moi, j’ai beau être un « homme blanc favorisé surdiplome », ma famille n’a pas les moyens de me donner autant d’argent pour ma start-up. Faut pas mettre tout le monde dans le même panier.
Perso l’Etat ne m’a rien donné, pas une alloc rien.
Alors arrêtez avec votre discours sur les méchants hommes blancs à qui on donne tout et les pauvres de la « diversité » à qui on ne donne rien (sauf des allocs bien sur)
a écrit le 19/10/2017 à 11:17 :
Merci de si bien porter nos valeurs de fraternité, condition essentielle au maintien du lien social et de la prospérité de notre pays.
Très cordialement et encore un grand Merci
a écrit le 18/10/2017 à 11:21 :
encore un moyen de se déculpabiliser ...
Affronter la «  vérité » ne fuyez pas.
N’utiliser pas «  le terme milieu défavorisé » mais élément intelligent pour «  servir votre cause de nouveau monde numérique » arrêtez d’etre Égoïstes.
Vous êtes là car tout un système vous protège depuis 30 ans.
Il faut créer d’urgence une «  taxe numérique pour les start up et licornes » pour lutter contre la précarité qui vient de «  ce secteur ». Un peu d’honnetete De vous tuera point.
a écrit le 18/10/2017 à 9:54 :
tout le monde veut des aides pour creer sa boite! faudra un jour que la france reflechisse vraiment aux problemes qu'elle a au lieu de saupoudrer de l'argent d'etat sur tout le monde!
a écrit le 18/10/2017 à 9:39 :
Cette formule :"issus de milieux sociaux défavorisés" est déjà en elle-même une discrimination. Le inégalité sociales existent depuis la nuit des temps et elles n'ont jamais empêchées la France d'avoir une bonne place dans ce monde. La connaissance n'a jamais été aussi accessible grâce aux nouvelles technologies. Les personnes qui ne prennent pas la peine de maîtriser ces technologies, ou qui n'en sont pas capables, n'ont aucune raison de bénéficier d'un traitement de faveur.
a écrit le 18/10/2017 à 9:32 :
Et oui puisque les banques ne financent plus l'économie cela devrait être aux finances publiques de le faire mais celles-ci sont déjà pleinement étranglées par les banques.

Un des nombreux cercles vicieux du néolibéralisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :