A Nantes, un "Palace" abordable accueille les jeunes entreprises

 |   |  971  mots
Lancé en avril, l'Opération Eléphant a déjà attiré 11 personnes, soit six startups. Parmi lesquelles Eqwall qui développe une application web pour favoriser les échanges durant les conférences, Smartmydata qui veut fournir de l'aide pour la gestion des données, Humaid et sa plateforme de crowfounding dédiée à l'aide à la personne, ou studyenjoy, créateur d'une communauté international d'échange de logements étudiants...
Lancé en avril, l'Opération Eléphant a déjà attiré 11 personnes, soit six startups. Parmi lesquelles Eqwall qui développe une application web pour favoriser les échanges durant les conférences, Smartmydata qui veut fournir de l'aide pour la gestion des données, Humaid et sa plateforme de crowfounding dédiée à l'aide à la personne, ou studyenjoy, créateur d'une communauté international d'échange de logements étudiants... (Crédits : Reuters)
Trois entrepreneurs nantais viennent de fonder le Startup Palace en plein centre-ville de Nantes. Un espace de 1000 m² dédié à l'accueil, la formation et le coaching de startups et de jeunes entrepreneurs du web.

A voir les 1000 m² de bureaux nichés au dernier étage du parking Graslin, situés en plein centre-ville de Nantes, le Startup Palace porte bien son nom. Destiné à accueillir et accompagner de jeunes entrepreneurs du web, le lieu -ouvert le 1er août- récemment libéré par l'agence foncière de Loire-Atlantique (SELA), offre 37 bureaux lumineux, vitrés avec balcon ou terrasses privatives arborées, cinq salles de réunion, un espace d'accueil, des zones de phoning, une cuisine... et des espaces plus vastes pouvant accueillir des conférences publiques ou privées. Bienvenue au Startup Palace. Un nom de code que les protagonistes du projet ont finalement décidé de conserver. "Un lieu spécifiquement pensé pour favoriser l'émergence d'idées et pour permettre aux projets de grandir", explique Mathieu Le Gac, CEO et fondateur de l'agence nantaise d'innovation web Escale, à l'origine du Startup Palace, qui  associe deux autres sociétés nantaises Birming Group, spécialiste de l'accompagnement d'entreprises dans la génération de modèles économiques innovants et le groupe d'expertise comptable et de commissariat aux comptes Gorioux.

"Nous avions une clientèle de startups en commun et portions un regard croisé sur leur problématique", expliquent Mathieu Le Gac et Benoit de la Celle, expert-comptable chez Gorioux. Le constat était clair. Entre le conseil et les services, les startups avaient besoin d'un accompagnement spécifique et rapide. C'est ce qui caractérise le Startup Palace, dont le prototype a été testé pendant sept mois avec treize puis trente personnes. "Il devenait urgent de bâtir un projet plus ambitieux", note Mathieu Le Gac.

"L'Opération Eléphant"

Ni accélérateur, ni incubateur, le Startup Palace se veut plutôt un lieu d'hébergement, de formation et de coaching où les entrepreneurs et startupeurs pourront bénéficier d'un bureau tout équipé et fermé pour préserver la confidentialité des projets, d'un service d'accueil, de connexions internet, de l'émulation collective, de prestations de service pour un loyer de 500 euros par mois. A côté de cela, le Startup Palace leur propose d'intégrer l'Opération Eléphant. Cet accompagnement spécifique d'une durée de cinq mois, mené tambour battant, est facturé 1550 euros HT par personnes.

Dix workshops thématiques d'une journée parsèmeront ces cinq mois autour du business plan, du business model, de l'initiation au code, des réseaux sociaux, du pitch, du storytelling, de la manière de construire un Pré-MVP pour tester la validité et la viabilité d'un produit sur son marché, etc. Le programme s'articule autour de séances de hard coaching pour dresser le bilan de la semaine passée, d'une conférence mensuelle avec un expert, et d'un "Quick Win" collectif de deux heures, pendant lequel on coupe les mails et les portables pour s'arrêter sur un point épineux, souvent laissé de côté dans les projets.

Complémentaire à l'écosystème

Lancé en avril, l'Opération Eléphant a déjà attiré 11 personnes, soit six startups. Parmi lesquelles Eqwall qui développe une application web pour favoriser les échanges durant les conférences, Smartmydata qui veut fournir de l'aide pour la gestion des données, Humaid et sa plateforme de crowfounding dédiée à l'aide à la personne, ou studyenjoy, créateur d'une communauté international d'échange de logements étudiants, etc. La sélection des candidats?

"L'entrepreneur ne doit pas être seul dans son projet. Il doit au moins avoir convaincu une autre personne. Il doit être, lui même, convaincu, avoir un discours rationnel, une vision de son produit et de son marché, être à l'écoute, savoir se remettre en question et être coachable", précise Mathieu Le Gac.

En dehors de cela, c'est ouvert à tout le monde. Aux startups françaises ou étrangères.

"Dès que l'on a dix personnes, on démarre un programme", explique Florian Herveou, consultant pour Birming Group. "L'idée de base, c'est de ne pas perdre une minute." L'Opération Eléphant, c'est ça. Un clin d'œil aussi à la Nantes Tech, symbolisée par le pachyderme stylisé. Toute en étant une initiative purement privée, le Startup Palace veut s'inscrire dans la dynamique de l'écosystème numérique nantais. "Nous sommes complémentaires. Depuis l'arrêt de la Start-up factory initiée par la Cantine numérique,  il n'existait aucun lieu de formation et de coaching pour  les toutes jeunes startups dédiées au web", estime Florian Herveou, co-fondateur du collectif Company Campus il y trois ans, dont la mutation en accélérateur a buté sur les accréditations de l'AMF (Autorité des Marchés Financiers).

Du business et des emplois

Mi-juillet, six startups avaient déjà réservées des bureaux au Startup Palace.

Le modèle économique du Startup Palace, dont l'investissement repose essentiellement sur la location de l'espace soit 200.000 euros par an, doit s'équilibrer avec la location de bureaux pouvant accueillir des individuels et des starts-up d'une dizaine de personnes, mais aussi en louant des espaces des manifestations privées ou publiques. Plusieurs bureaux sont d'ores et déjà réservés pour accueillir des équipes d'innovation de grands groupes. "Nous voulons aussi que ce lieu soit connecté avec le monde industriel. L'objectif est d'offrir un terrain d'expérimentation unique qui permette de faire émerger des projets d'innovation croisés entre startups et grands groupes", souligne Antoine Dumont, CEO de Birming Group, l'un des trois actionnaires de la SAS Startup Palace qui se partagent le capital en tiers. Car le trio d'entrepreneurs nantais ne s'en cache pas, il s'agit aussi d'accroître leur visibilité, de générer du business dans leur structure et de créer des emplois. L'an dernier déjà, l'un d'eux a doublé son chiffre d'affaires et vient de recruter trois personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :