Ces applications françaises qui veulent dynamiser la vie de quartier

Par Hugo Baudino  |   |  488  mots
Une application mobile peut-elle permettre de redécouvrir son quartier ? (Crédits : Reuters)
Le numérique au service du lien social. Derrière ce beau slogan, de nombreuses applications essayent de s’imposer auprès des consommateurs. Certaines, au niveau français, ont décidé de se porter sur un créneau bien particulier : l’amélioration de la vie de quartier.

En 2016, il faut passer par un smartphone pour communiquer avec son voisin. Une fois que l'on se remet de cette incongruité, on peut se pencher sur des applications qui cherchent à faciliter les échanges entre résidents et habitants d'un même quartier.

"Vous rentrez dans votre immeuble, vous constatez qu'une des lumières de l'escalier est cassée. En trois mouvements sur votre smartphone, vous l'avez signalé à votre syndic." C'est ainsi qu'André May, fondateur de City Lity résume la pertinence de son application. Conçue à l'origine pour simplifier les démarches entre les syndics et les copropriétaires, City Lity s'est déjà étendue au-delà des murs d'immeubles.

Disponible pour les 36.000 communes de France

Ainsi, sur le même principe que le signalement d'un problème dans votre immeuble, vous pouvez signaler à votre mairie un problème dans la rue ou dans un lieu public. L'application a déjà "enregistré les adresses mail des 36.000 communes de France" précise André May. A la différence des syndics, qui payent un abonnement pour utiliser City Lity avec leurs copropriétaires, rien ne garantit que votre requête sera prise en compte par la mairie. City Lity s'attaque aussi maintenant au monde de l'entreprise, toujours sur le même principe de l'interface qui aide à la résolution rapide des problèmes.

Chez Stootie, l'accent est mis sur les "services entre personnes", comme le rappelle Laetitia Grossemy, responsable de la communication. Si on ne parle pas de services entre particuliers, c'est parce que des professionnels peuvent également utiliser la plateforme, qui leur offre "une zone de chalandise digitale". Sur Stootie, vous pouvez demander de l'aide aux personnes qui se situent autour de vous pour tout un tas de problème ou situations : "de l'aide pour déplacer un meuble, garder votre enfant, nourrir votre chat quand vous êtes en vacances", énumère Laetitia Grossemy.

Redonner du sens à l'esprit de voisinage

Stootie compte actuellement 650.000 utilisateurs actifs, proposant ou demandant des services, avec ou sans contrepartie financière. La plateforme veille au grain et vérifie chaque demande ou proposition de service avant qu'elle soit publiée. Elle propose désormais une assurance, en partenariat avec la Maif, qui couvre la personne qui demande le service comme celle qui le fournit. Proposer des services ou des coups de main entre habitants d'un immeuble est également possible grâce à City Lity, qui ne se limite ainsi pas à l'aspect "signalement de problème". Ce principe peut parfois aller à l'encontre d'un esprit de convivialité entre voisins car les utilisateurs de l'application peuvent signaler un problème avec un autre résident, faisant ainsi remonter directement l'information auprès du syndic...

Ces deux applications estampillées made in France ne révolutionneront probablement pas le monde numérique, mais par une simple facilitation des échanges entre résidents d'un même immeuble ou d'un même quartier, elles pourraient bien redonner du sens au mot "voisin".