Google lance Uptime pour regarder des vidéos YouTube avec ses proches

 |   |  563  mots
Pour la nouvelle application Uptime, les développeurs de chez Google ont conçu une interface attrayante pour tenter d'attirer les plus jeunes générations.
Pour la nouvelle application Uptime, les développeurs de chez Google ont conçu une interface attrayante pour tenter d'attirer les plus jeunes générations. (Crédits : google)
L'incubateur de startups de Google Area 120 vient de lancer sa nouvelle application Uptime qui privilégie le visionnage de vidéos à plusieurs. L'outil, qui s'inspire clairement de Facebook Live et de Periscope, promet de rendre le partage et les commentaires de vidéos beaucoup plus simples sur mobile. Mais le pari semble risqué pour Uptime qui arrive sur un marché déjà bien occupé par les autres réseaux sociaux.

Le moteur de recherche le plus utilisé au monde veut promouvoir le partage et le commentaire de vidéos sur mobile. Une équipe de développeurs issus de l'incubateur interne à Google, Area 120, vient de lancer Uptime, une application qui permet de regarder, de partager et de commenter des vidéos YouTube avec ses amis. L'outil est pour l'instant uniquement valable sur iOS d'Apple et reste au stade expérimental. Aucune annonce officielle de Google n'a été faite pour un développement ultérieur sur Android.

Sur les traces de Periscope et de Facebook live

Avec cette application, la filiale de Google s'inspire clairement des services proposés par Periscope (racheté par Twitter en 2015) et par Facebook Live. Les fonctionnalités de Uptime présentées sur Itunes comportent de nombreux points communs avec des options présentes sur les deux outils précités.

Les usagers de Uptime, qui doivent avoir un compte Google pour s'inscrire, se retrouvent ainsi dans des groupes de discussion pour visionner et commenter en direct des vidéos diffusées par soi-même ou ses proches. Pendant le visionnage, l'avatar des utilisateurs évolue sur une barre de progression à travers l'écran et les usagers peuvent ajouter des messages sur la vidéo ou poster des émoticônes sur le contenu partagé. Ces réactions seront visibles par tous ceux qui visionnent les vidéos, même si elles sont regardées plus tard.

En plus d'interagir et de discuter avec ses proches en regardant des vidéos, l'outil permet d'obtenir des recommandations pour des conteus provenant de ses amis ou d'autres utilisateurs suivis. En revanche, si l'application privilégie les interactions avec ses proches, Uptime n'a pas du tout été développé comme une application de messagerie privée. Les discussions et réactions peuvent être visibles par les autres membres du groupe, qui peut être privé ou public selon les paramètres sélectionnés.

Une version bêta

Bien que l'application promette de renouveler l'expérience du partage de vidéos, de nombreuses fonctionnalités manquent encore sur cet outil. L'utilisateur peut ainsi inviter des proches et suivre des personnes déjà inscrites mais il n'existe pas de filtre pour rechercher des profils particuliers ou des vidéos sur un thème précis. Par ailleurs, il n'y a pas d'options prévues pour enregistrer des vidéos ou les diffuser en direct. L'application limite également le partage de vidéos à celles provenant uniquement de YouTube comme le souligne The VergeLes utilisateurs soulignent enfin que l'outil privilégie les formats verticaux pour les contenus.

Un pari risqué

L'application lancée par Area 120 et qui vise clairement les plus jeunes générations, peut apparaître comme un pari risqué dans la stratégie de Google et de YouTube. La plateforme de videos avait déjà lancé YoutubeSocial en 2010 qui a connu un échec tout comme la startup LiveLead qui avait lancé une appli du même type en 2011.

Plus tard, l'application WeMesh, qui permet de synchroniser la lecture de vidéos et les commentaires dans des salons de discussion, n'a pas connu le succès escompté en 2015 chez les propriétaires d'iPhone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :