HP détrône IBM sur le marché des serveurs

 |   |  509  mots
Le groupe dirigé par Mark Hurd a vu ses ventes de serveurs croître de 15,9 % au premier trimestre, selon Gartner, ce qui le place au premier rang mondial avec une part de marché de 31,5 %.

HP vole la vedette à IBM. Et cette fois-ci, pour de bon. En 2006, lorsque que le groupe américain Hewlett-Packard avait ravi le rang de numéro un mondial du secteur des technologies à son compatriote IBM, avec un chiffre d'affaires annuel de 91,7 milliards de dollars (74,7 milliards d'euros), nombre d'observateurs avaient nuancé la performance du groupe dirigé par Mark Hurd. En raison de sa présence importante dans l'informatique grand public, un marché plus facile que la clientèle professionnelle, HP n'avait soi-disant pas grand mérite à s'être arrogé la première place mondiale sur le secteur des technologies.

Aujourd'hui, c'est sur le segment des serveurs que HP vient de s'imposer face à IBM, au premier trimestre 2010, selon le cabinet Gartner. HP frappe donc un grand coup sur le segment du B to B (business to business) : les serveurs sont ces ordinateurs très puissants situés au coeur des systèmes informatiques des entreprises. Au cours des trois premiers mois de l'année, les ventes de serveurs de HP ont grimpé de 15,9 %, à 3,39 milliards de dollars, conférant ainsi à la firme de Palo Alto une part de marché de 31,5 %, contre 28,8 % au premier trimestre 2009. Dans le même temps, les revenus tirés par IBM de ses serveurs se sont effrités de 2,1 %, à 3,05 milliards de dollars, reléguant « Big Blue » au rang de numéro deux mondial des serveurs, avec une part de marché de 28,4 %, contre 30,7 % un an auparavant.

Comment HP est-il parvenu à battre IBM? D'abord, ce dernier commercialisera de nouvelles générations de serveurs cette année, ce qui a provoqué un attentisme chez certains de ses clients. Mais, surtout, la donne a changé sur le marché mondial des serveurs, qui avait chuté de 16,6 % en 2009, la récession conduisant les entreprises à geler leurs dépenses informatiques. Certes, le marché a redémarré, comme en témoigne le rebond de 23 % des ventes (en volume) de serveurs dans le monde, au premier trimestre. Mais, dans un contexte de reprise économique très incertaine, les directions informatiques privilégient désormais les serveurs d'entrée et de milieu de gamme. De fait, en valeur, le marché mondial des serveurs a crû de 6 % seulement au cours des trois premiers mois de 2010, à 10,75 milliards de dollars.

Bien positionné en gamme

Une aubaine pour HP, présent aussi bien sur l'entrée et le milieu de gamme que sur les produits plus sophistiqués. à l'inverse, le coup est rude pour IBM, spécialisé dans les ordinateurs centraux (« mainframes ») et autres serveurs haut de gamme.

Autre illustration de la tendance des entreprises à opter pour les serveurs les moins chers : le bond de 35,5 % des ventes de l'américain Dell, à 1,67 milliard de dollars. Le groupe arrive ainsi en troisième place, derrière IBM, avec une part de marché de 15,6 %. Et en volume, Dell, spécialisé dans les serveurs d'entrée de gamme, pointe même à la seconde place : il a vendu 510.450 unités au premier trimestre, juste derrière HP (672.090). Un camouflet supplémentaire pour IBM, qui se place au troisième rang seulement en volume avec 268.000 serveurs vendus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :