Finis les e-mails : le pari fou d'une grande entreprise française

 |   |  640  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Découvrez quelle grande entreprise française a fait le pari de réussir à supprimer les mails d'ici trois ans. Il est vrai que son PDG est lui aussi atypique.

Peut-on être une grande entreprise française cotée en Bourse avec plus de cinq milliards d'euros de chiffre d'affaires et une importante présence à l'international et se passer d'e-mails ? C'est pourtant le pari fou que veut tenter dans les trois ans le PDG de la SSII (société de services informatiques) Atos Origin, Thierry Breton, l'atypique puisqu'il a été auparavant PDG de France Télécom, de Bull et ministre de l'Economie.

S'exprimant au cours d'une série de conférences de presse consacrées à l'innovation, il a exprimé son ambition de voir les collaborateurs d'Atos Origin abandonner l'envoi d'emails entre eux et utilisent à la place les applications dédiées permettant une meilleure communication ainsi que les nouveaux outils de collaboration et les réseaux sociaux.

Thierry Breton a déclaré: «Nous produisons massivement des données qui polluent notre environnement de travail et de plus empiètent sur nos vies privées. Chez Atos Origin, nous engageons des actions destinées à renverser cette tendance, de la même manière que les organisations ont pris des mesures pour réduire la pollution de l'environnement après la révolution industrielle.

Le volume d'e-mails que nous envoyons et recevons n'est pas soutenable dans le domaine professionnel. Les managers passent de 5 à 20 heures par semaine à lire et écrire des e-mails. Ils utilisent déjà les réseaux sociaux plus que les moteurs de recherche, et passent 25% de leur temps à rechercher de l'information. Chez Atos Origin, nous avons mis en place des outils collaboratifs et des plateformes communautaires pour partager et garder trace des idées qui naissent sur des sujets allant de l'innovation au Lean Management en passant par les ventes. Les entreprises doivent aller plus loin dans cette voie : l'e-mail, ne sera bientôt plus considérée comme la meilleure manière de travailler et d'échanger.»

Atos Origin souligne que son objectif "est d'adopter des solutions novatrices dans le domaine des réseaux sociaux (Social Business Solutions) sur le lieu de travail afin de mettre en place un véritable 'social business'. Basées sur des technologies collaboratives, ces solutions offrent des moyens de gérer et partager l'information plus personnalisés, plus immédiats, plus efficients en termes de coûts, adaptés aux méthodes de travail du XXIe Siècle et permettant de mettre en place une «Organisation Intelligente» (Smart Organization)."

La grande SSII française a lancé en 2009 un programme de "bien-être au travail" avec le but de devenir un des meilleurs endroits où travailler (« best place to work »). Il a notamment pour but d'améliorer la communication et le partage d'information au sein de l'organisation avec des outils comme Office Communicator ou des plateformes communautaires pour partager et garder trace des idées qui naissent sur des sujets allant de l'innovation au Lean Management en passant par les ventes.

Selon la direction, "les premiers résultats indiquent que ce type d'outils réduit immédiatement le volume des e-mails de 10 à 20%." C'est à ses yeux une nécessité car elle a calculé que "d'ici 2013, la moitié des nouveaux contenus digitaux sera le résultat de mises à jour et de modification d'informations existantes. Les réseaux sociaux en ligne sont d'ores et déjà plus populaires que l'e-mail et les moteurs de recherche. Les cadres passent plus de 25% de leur temps à chercher de l'information. En 2010 : les usagers au sein des entreprises reçoivent en moyenne 200 mails par jour, dont 18% sont des spams."

Alors, l'entreprise zéro e-mails, réaliste ou non ? Et cela représente-t-il un plus pour les salariés avec plus de confort, de partage d'informations et moins de perte de temps ou au contraire une contrainte et un manque d'échanges personnalisés voire privatifs ? A vous de répondre, salariés d'Atos ou non en profitant de l'espace "commentaires" ci-dessous.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/08/2011 à 11:03 :
C'est du n'importe quoi racoleur ! Faut être logique : il y a de l'information à lire, qu'on la lise sous forme d'email, de message sur une interface de réseau social ou autre chose, c'est du pareil au même : on a un cerveau qui capte par les yeux un texte, qui l'interprète et qui le traite, cela prend du temps et de l'énergie mentale, quelle que soit la méthode. C'est tout. Donc cet article, cette annonce d'un PDG, c'est une info vide de sens.
a écrit le 20/08/2011 à 10:45 :
Breton n'a jamais été PDG de Bull, mais directeur général du temps de la présidence de Descarpenteries, a qui a succédé le catastrophique Panafieu.
a écrit le 19/08/2011 à 13:34 :
Ce qui est triste c'est de voir que les bénéfices engrengés par la société ATOS ne sont pas redistribués aux salariés ... 8 à 10 ? par mois c'est plus du foutage de g..... qu'autre chose. Comme toujours le système pyramidale favorise le haut aux depends de la base ... un salarié désabusé !
a écrit le 06/08/2011 à 13:29 :
Triste .. triste de voir qu'une fois de plus :
- un media relève une 'annonce' en criant à la révélation (mais quand y aura-t-il des journalistes en France ?)
- un 'patron' lance une idée en prétendant le tout et son contraire ... depuis quand ATOS est-il un champion de la communication interne ?
- aucun retour de la part des salariés (et oui 'journaliste' pourquoi parler du patron sans aller écouter ceux qui font le travail, la valeur de l'entreprise ?)
- le fond est catastrophique 1) pourquoi mettre en concurrence divers outils 2) comment croire que le coopératif induira une baisse des mails/emails/courriels
- la forme est stupéfiante ! Le seul bravo à lancé est au responsable de communication

C'est toujours pareil, la décision vient du 'haut', alors que l'inverse aurait été bien plus efficace pour toute l'entreprise : posez-donc la question 'de quoi avez-vous besoin ?' aux salariés et faites votre travail de manager : écoutez les réponses et faites ce qu'il faut ... pas l'inverse.

Déroutant, au 21ème siècle, en France ... Zola ! tu avais raison !
a écrit le 26/07/2011 à 11:48 :
La question de fond est intéressante (quid de l'e-mail face aux outils collaboratifs) mais cette annonce relève du blabla-buzbuz d'un pdg en mal de communication.
a écrit le 14/07/2011 à 15:39 :
étonnant- les entreprises sont piégées par leur propre système de développement!
a écrit le 05/06/2011 à 15:37 :
Que recouvre la problématique des messageries électroniques ? Un espace infini d'échanges, que l'on peut certes réduire en champs finis par toutes sortes de contraintes organisationnelles ou techniques, mais qui à leur tour deviennent infinies. Parce qu'elles sont entrées sur le web, via l'internet ou l'intranet, les entreprises ont ouvert la même boîte de Pandore que les autres usagers de la toile : en l'occurrence, l'inévitable entropie générée par un système d'information ouvert et non contrôlé, sauf peut-être de manière policière, mais c'est un autre sujet.
Plus prosaïquement, des garde-fous ont certes été conçus pour tenter de maîtriser ce gigantesque désordre. Et celui de M. Breton ne vient que compléter la cohorte de ces gadgets dérisoires.
Alors de grâce, cessons de délirer avec ces bonimenteurs, car la seule vraie question que pose la communication électronique au sens large, est celle de la communication tout court. Pourquoi produit-on de l'information ? Pour modifier un état de fait. Et il se trouve qu'avec les réseaux électroniques, nous disposons de canaux innombrables aptes à en véhiculer les messages. Aussi, interrogeons-nous donc plutôt sur ce que nous avons à dire, sur la manière de l'écrire, sur la réelle utilité de le transmettre, à qui, comment en conserver la trace, etc. Et nous verrons que de ce point de vue, l'équation de notre XXIème siècle n'est pas très différente de celle des premiers temps de l'histoire humaine !
a écrit le 04/06/2011 à 8:26 :
Titre racoleur. En fait au lieu de passer 20 heures par semaine à lire les mails, ils vont passer 20 heures par semaine à lire sur les réseaux sociaux tout aussi pollués.
a écrit le 31/05/2011 à 22:55 :
Attribué à Einstein: "il y a deux choses infinies, l'univers et la bétise. Mais pour l'univers ce n'est pas tout à fait sur". Pour la bêtise, l'idée de Breton Atos en repousse les limites. Il n'a qu'à supprimer le langage, il gagnera encore plus de temps. Ou se suicider, il gagnera encore encore plus de temps.
Le problème des courriels, c'est vieux comme la langue d'Esope, la meilleure et la pire des choses.
a écrit le 17/05/2011 à 16:59 :
Tout dans le cloud, tout en plateforme communautaire. C'est l'avenir... si la législation et les hommes arrivaient à évoluer aussi vite que la technologie. Malheureusement, ce n'est pas le cas!
a écrit le 13/05/2011 à 21:41 :
Je suis d'accord avec cette nouvelle organisation mais il faut que les employés de sociétés d'informatique et toutes les autres soient formés et déconditionnés pour changer. A l'heure de la protection de l'nvironnement, des entreprises eco-responsables, dîtes "'vertes", c'est très bien, je dirais même : enfin, l'intelligence et le bon-sens collectif reviennent à la bonne heure !
a écrit le 07/03/2011 à 19:09 :
c'est bête, vue la taille de leurs bureaux, ils ne pourront même pas mettre un fax !
a écrit le 09/02/2011 à 12:38 :
Je suis membre du CE d'une des entités juridique d'Atos et je puis vous certifier que cet effet d'annonce et encore un des arguments trompeurs et fallacieux de Mr Breton qui est partie à temps de France Télécom avant que les désastres psycho-sociaux ne se produisent. Lui et ses "warriors" sont les chantres de la réduction des coûts au détriment des salariés qui ont fait l'entreprise qu'il dirige en transvasant les services selon les plans de réorganisation. Surement sera t'il parti lorsque les effets pervers se produiront chez ATOS.
Réponse de le 12/02/2011 à 15:42 :
CE...et syndiqué ???
Réponse de le 15/02/2011 à 11:09 :
Oui sel, je suis syndiqué depuis longtemps, j'ai été DP, je suis au CE + secrétaire de section Solidaires....
a écrit le 09/02/2011 à 12:05 :
Je pense que la majorité des entreprises adopteront ce systême à long terme. Il faut être réaliste, les emails seront bientôt inutiles avec les différents systêmes sociaux qui permettent d'interargir en entreprise.

Certaines personnes ici semblent avoir du mal à vivre avec leur temps et ne semblent pas à même d'analyser les évolutions
Réponse de le 09/02/2011 à 14:08 :
Vous êtes au courant que les "réseaux sociaux" (bla bla bla) et ls nouvelles technologies sont de + en + utilisées de manière détournée. Gardez un peu de sens critique ne faites pas l'apologie de tout et rien comme Mr Eric Besson et ses semblables
Réponse de le 13/02/2011 à 13:02 :
Je dois avoir du mal à vivre avec mon temps. Donc merci de me répondre (rapidement avant que LA MODE ne soit passée): quelle différence (fondamentale) y a t il entre un mail et un twit ?
Réponse de le 14/02/2011 à 21:19 :
Twitter est un outil de réseau social et de microblogage qui permet à l?utilisateur d?envoyer gratuitement des messages brefs, appelés tweets (« gazouillis »), par Internet, par messagerie instantanée ou par SMS.

Un mail est courrier électronique; en informatique, mail est le nom de plusieurs clients de messagerie (ou courrielleur) :
a écrit le 09/02/2011 à 9:32 :
Ce monsieur est le type même de la génération des cadres de ces 15 dernières années. La génération pipo. Souvent beaucoup de diplômes, mais aucune connaissances et donc de compétences. Ce sont des spécialistes de la communication. Il faut toujours avoir une idée pour animer le buzz ne serait-ce que pour exister? Ce type de comportement dont ils ne sont pas forcément les responsables, amène petit à petit le pays dans le mur, et la décrépitude. Et pire, les politiques sont encore pire.
Réponse de le 09/02/2011 à 10:40 :
Alors se renseigner sur une personne ne fait pas partit de vos competence...
Réponse de le 09/02/2011 à 13:52 :
Et l'orthographe ne semble pas faire partie de celles de Florent ... Sans doute le produit d'une grande école ...
Réponse de le 10/02/2011 à 17:36 :
il faut reconnaître que les boîtes où il est passé, mal en point à son arrivée, vont encore plus mal lors de son départ, sans exception. Le cost cutting est parfois nécessaire, il ne peut être la stratégie unique. Voir Renault, champion du monde de la réduction des coûts, qui a réalisé l'année dernière qu'embaucher des dessinateurs peut être utile.
Réponse de le 13/02/2011 à 0:35 :
Dis donc marcopolo, ce n'est pas parce que tu es complexé de tes études que tu dois généraliser!
a écrit le 09/02/2011 à 7:20 :
Cela fait partie des obsessions de cet ancien patron de France Telecom qui, déjà le prohibait. Sa vrai crainte est de laisser des traces ou des infos qui pourraient être utilisé.

Manque de temps.. et toute l'analyse n'est qu'un habillage car le temps passé à lire ou écrire sera le même mais le support sera différent.

Les techniques du Net et le mails, ont permis une transmission horizontale de l'information remettant ainsi en cause un fonctionnement pyramidale de l'entreprise et un quasi monopole et un contrôle de la distribution de l'info..

Le but, non explicité est urtout de reprendre la main
Réponse de le 11/02/2011 à 21:54 :
100% d'accord; mes mails m'ont plusieurs sauvé fois ma propre tête, face a qqs fou furieux de la '"génération pipo". Un email ça laisse des traces, pas facile de renverser sa chemise ou de faire porter un chapeau avec ça!
Les pipoteurs DÉTESTENT les emails!!
a écrit le 09/02/2011 à 1:59 :
Les francais les inventeurs des plus grandes conneries du Monde , comme le mot courriel, qui n'existe pas dans le meilleur dictionnaire du francais le Liitre !
Mais pour la corruption, la falsification des dossiers les champions du monde
Réponse de le 09/02/2011 à 8:45 :
Tu es totalement hors sujet..... et en plus tu as tort.
Réponse de le 11/02/2011 à 21:28 :
Pas si sur
a écrit le 09/02/2011 à 1:31 :
Il est juste de dire que Monsieur Thierry Breton veut adapter son entreprise au XXIème siècle. En effet, bientôt la majeure partie de la viande vendue par Atos sera effet issue de la génération de la méthode globale, à l'orthographe de type SMS digne d'un analphabète en apprentissage et aux copies de bac à déchiffrer selon les dires des professeurs. Il est évident que même le courriel - pour parler français - est déjà un outil bien trop sophistiqué et inatteignable pour cette génération de demeurés.
Réponse de le 12/02/2011 à 17:12 :
Bravo
Réponse de le 13/02/2011 à 8:11 :
C'est parceque les gens comme vous n'ont pas daigné s'occuper de notre éducation que nous en sommes arrivés la, alors critiquez-vous vous-même avant de rabaisser notre génération
qui paye votre retraite, votre dette abyssale, et se retrouve dans une environnement dégradé que vous avez pillé sans vergogne pendant ces dernières décennies.
et pour info, nous ne sommes pas de la viande !
a écrit le 08/02/2011 à 22:36 :
Outre le fait de réduire le nombre d'emails il faut aussi se pencher sur le contenu des messages qui comportent parfois des informations redondantes.
Dans cet article, je suis heureux de constater que Thierry Breton et "la direction" parlent d'une seule voix, quitte à se répéter...
a écrit le 08/02/2011 à 20:55 :
C'est de la pub ce truc. Aujourd'hui, à chaque fois que je discute avec quelqu'un de cette entreprise; c'est pour me dire que les gens sont pas contents et sans le sous. Résultat, des départs en pagaille, genre 10 personnes d'un coup qui partent ensemble, chez un concurrent.

Bravo Thierry BRETON! C'est certain, tu trompes pas de bataille
Réponse de le 12/02/2011 à 15:52 :
Je confirme, Thierry Breton et ses réorganisations aveugles ont amené misère et déconsidération dans l'entreprise.
Pour ce qui est des outils collaboratifs, une page qui met 30 secondes à se charger, un moteur de recherche pire que celui d'outlook, une organisation hiérarchique et obscure, un système SAP-like qui rend fou... voilà de quoi parle ce ponte quand il parle de ses supers nouveaux outils.
Réponse de le 13/02/2011 à 10:40 :
les outils collaboratifs développés par une entreprise ne peuvent pas être aussi sophistiqués et performants que ceux développés par les Google ou Facebook
Réponse de le 16/08/2011 à 22:31 :
C'est vrai qu'il vaut mieux ne pas utiliser gogol et Facedebouc dans une entreprise car au niveau intrusif, ils sont vraiment très forts !
Mais la mode est maintenant au "cloud computing"...
Je pense qu'il est grand temps de remettre de la Sécurité au sein des SI des Entreprises Françaises, si on ne veut pas continuer à se faire piller nos idées et nos produits, car ça a déjà commencé...
a écrit le 08/02/2011 à 20:38 :
Plus que chercher à supprimer le contenant, il me semblerait astucieux de s'intéresser au contenu : nombreuses sont les personnes qui écrivent leurs messages comme elles parlent, sans forcément réfléchir. Or, un des avantage oubliés de l'écrit est d'être mieux construit et réfléchi, relu.
De même, de nombreux aller-retours de mails sont dus à des chefs qui s'attachent plus à la forme qu'au fond de l'écrit et ne peuvent s'empêcher de corriger leurs collaborateurs sur des points de détail. Je suis prêt à parier que le nombre de mails diminuerait s'il n'était question que de corrections de fond.
a écrit le 08/02/2011 à 19:56 :
Je ne vois pas la révolution ? les emails deviendront des "posts" affichés sur un Wall point barre. A la clef, des couts importants pour réaliser et viabiliser ce "réseau social" + un cout formation pour tous les concernés. Bref, que ne ferai-t-on pas pour un peu de pub ! Dernier rappel important : en SSII, les consultants passent le plus clair de leur temps chez le client...qui lui utilise (sans doute) les emails...
a écrit le 08/02/2011 à 16:50 :
l'instantané empêche le recul, j'avais un patron qui nous disait toujours ne répondez jamais immédiatement à un mail, prenez le temps de réflexion.
a écrit le 08/02/2011 à 15:56 :
Réduire le nombre de courriels échangés (et surtout celui des Spam) est bienvenu, mais quel est le degré d'interopérabilité de ces systèmes internes "social business solutions" par rapport à l'universalité des courriels "traditionnels", et leur coût de transmission quasi nul ?
a écrit le 08/02/2011 à 14:08 :
Si les employés passent 25% de leur temps à rechercher de l'info, il y a vraiment une mauvaise gestion de celle-ci. Sinon, je confirme pour les multiples mails dont chaque service arrose généreusement les autres. Les listes de diffusion devraient être interdites. A croire que les autres doivent prouver leur activité... Maintenant, il va être intéressant de suivre ce qui se passe avec le "zéro-mail"... Car d'un extrême à l'autre...
Réponse de le 08/02/2011 à 16:17 :
@ yvan: le type qui ameute tout le bâtiment pour une pécadille n'est pas quelque chose de nouveau. C'est d'ailleurs souvent celui/celle qui en fait le moins qui cherche à justifier son poste :-)
Réponse de le 10/02/2011 à 13:08 :
Moi je trouve ca amusant de savoir que le vehicule immatricule XX-123-YY a oublier d'eteindre ses phares...
a écrit le 08/02/2011 à 11:55 :
"Les managers passent de 5 à 20 heures par semaine à lire et écrire des e-mails."
Mais seulement parce-qu'ils le veulent, histoire d'être "au courant" de tout.
Ceux qui ont de la confiance envers leurs employés ne voient pas la necessité de recevoir une copie de chaque mail...

Veuillez excuser mon francais, je suis Allemand :-)
a écrit le 08/02/2011 à 9:26 :
Moi je connais un moyen facile de réduire le nombre de courriels en France : aucun message contenant des fautes d'orthographe ou de français ne pourra plus être envoyé. Le rédacteur de l'article pourrait commencer par lui : "zéro e-mails" (depuis quand on met au pluriel les noms précédés de zéro ?????). Il faut dire "zéro courriel". Les "contenus digitaux" quesaco ? On dit les "contenus numériques", etc. Et comme les cadres ne savent plus écrire français, la diminution du nombre de messages va se faire toute seule :-) !!!!
Réponse de le 09/02/2011 à 13:58 :
Lu et 100% approuvé.
Réponse de le 12/02/2011 à 3:13 :
Pareil!
a écrit le 08/02/2011 à 9:07 :
simple coup de pub pour faire croire que c'est une entreprise innovante. Le bien etre au travail chez Atos n'est qu'un concept, ca reste un marchant de viande.
Réponse de le 11/02/2011 à 21:29 :
tout a fait d'accord sur la conclusion mais c'est quand même une idée
a écrit le 08/02/2011 à 9:02 :
Atos Origin fait du buzz et avant de supprimer les emails devrait commencer par assurer à ses employés la disposition d'un ordinateur portable.
Mais une déclaration à la presse ne coute rien.
a écrit le 08/02/2011 à 8:09 :
L'envoi d'Email c'est une chose, mais se "protéger" en envoyant une copie à... tous les managers, collègues, etc etc ne fait qu'empirer le problème. L'Email "copie à" en masse remonte le problème du manque de confiance et du risque de sanctions... C'est l'ambiance générale qui est en cause.. je me couvre, tu te couvres.... Comptez combien d'Email vous sont destinés par rapport aux autres.... plus vous montez en hiérarchie, plus ce ratio diminue....
Réponse de le 08/02/2011 à 14:06 :
Le problème est que un email ne coute rien pour celui qui l'émet: juste le temps de trouver les destinataires (de 1 à 30) , d'écrire la bafouille très vite (donc avec des fautes d'orhtographe)et de mettre en PJ un bon gros document de présentation, bref 5 minutes au pire.
Une politique durable sur le mail est simple à mettre en place, il suffit de prendre exemple sur les quotas de CO2 et de mettre en place des quotas de mail (par personne/équipe/département...)
Il serait ainsi possible de mettre des indicateurs,des avertissements, bref de piloter ce mode de communication qui est maintenant au coeur de nos organisations.
Réponse de le 12/02/2011 à 15:42 :
on pourrait aussi mettre des notes aux emails
Réponse de le 12/02/2011 à 17:49 :
Les SSII c'est un peu comme le travail intérimaire.Le plus gros du business, c'est de placer des ingernieurs informatique en clientèle. Pour ça, il suffit que les commerciaux aient les numéros de leurs poulains (les ingénieurs) dans leurs portables, ils pourront travaillé sans problème.

Donc supprimer le email de la SSII, quelle importance.Les ingenieurs utilisent l'email que leur client leur attribue, et passent comme tout cadre beaucoup de temps dessus. Leur vrai travail se trouve là.

Atos, comme toute SSII, ne communique avec eux que pour leur chercher la prochaine mission ou pour l'entretien annuel (dont l'essentiel se réduit à un discussion sur le salaire, la SSII n'ayant aucune idée de ce que son salarié a fait pendant l'année).

Aors supprimez le email Monsieur Breton, et même le telephone fixe.Le portable des commerciaux suffit.
Réponse de le 14/02/2011 à 8:34 :
Vous avez une vision un peu étriquée des domaines d'activité d'une SSII de classe internationale. Je vous conseille fortement de lire le rapport annuel avant de vous exprimer. Vous verrez que ce n'est pas qu'un "marchand de viande" ou de "paires d'oreilles" comme vous dites...
Réponse de le 20/08/2011 à 4:54 :
SI les outils sociaux seraient capablent se remplacer les e-mails comme les e-mails ont replacé le courrier, cela se ferait instinctivement sans avoir besoin d'un grand ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :