La Tribune

Informatique : les tablettes en forme, le PC n'a plus la cote

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Christian Lejoux  |   -  550  mots
Concurrencés par les tablettes et les "smartphones", les PC ne pèseront plus en 2011 que 48% des ventes de matériel informatique, selon Deloitte.

C'est du jamais vu depuis trente ans : cette année, le PC (personal computer) ne dominera plus les ventes mondiales de matériel informatique. Ce sont les tablettes tactiles comme l'iPad d'Apple et les smartphones tels que le BlackBerry de Research In Motion qui s'arrogeront la part du lion, selon Deloitte. Le cabinet estime à 375 millions le nombre de smartphones qui s'écouleront cette année, et évalue les ventes de tablettes à 50 millions. Soit un total de 425 millions d'unités, ce qui représente 52 % des ventes mondiales de matériel informatique anticipéees par Deloitte, pour cette année. Le PC, qu'il s'agisse du bon vieil ordinateur de bureau, du portable ou bien encore du netbook (mini-ordinateur portable), ne pèsera plus que 48 % du marché.

Convivialité des tablettes

Cela fait quatre ans déjà, depuis le lancement de l'iPhone, que l'enthousiasme ne se dément pas pour les smartphones, ces téléphones intelligents qui permettent de surfer sur Internet, de gérer son courrier électronique, etc. Apparues en avril dernier avec l'iPad, les tablettes - qui offrent la possibilité de naviguer sur le Web, de regarder des vidéos, de jouer à des jeux - semblent elles aussi promises à un bel avenir. Pour une raison à laquelle on ne songeait guère il y a un an : c'est la demande des entreprises, plus encore que celle des particuliers, qui va tirer le marché des tablettes. « Plus du quart des tablettes vendues en 2011 seront achetées par des entreprises », affirme Duncan Stewart, responsable de la division recherches de Deloitte.

Si les tablettes deviennent aussi prisées par les milieux professionnels, c'est d'abord sous la pression des salariés, qui ont découvert leurs vertus dans le cadre d'un usage privé et ludique. Ensuite, les tablettes s'avèrent très pratiques dans de nombreux métiers, et plus « conviviales » qu'un PC portable, qui crée une barrière entre un commercial et son client, par exemple. Les secteurs de la distribution et de la santé devraient ainsi à eux seuls concentrer 10 % des ventes de tablettes, en 2011, d'après Deloitte. Selon le cabinet, la rapidité avec laquelle les éditeurs de logiciels professionnels comme SAP et Oracle développent des applications (de gestion de la relation client, etc.) pour les tablettes joue également un grand rôle dans leur rapide adoption par les entreprises.

Nouveau modèle économique

« Cette montée en puissance des tablettes et des smartphones, au détriment des PC, va modifier le modèle économique du secteur informatique. En effet, un fabricant d'ordinateurs dégage en moyenne un taux de marge brute de 10 % seulement par an, alors que ceux des principaux constructeurs de smartphones et de tablettes oscillent entre 40 % et 60 % », indique Deloitte. Les géants de l'informatique en sont bien conscients : la tablette Cius de Cisco cible les professionnels et la rumeur veut que HP et Lenovo se préparent également à la conquête de ce marché. Les distributeurs de matériel informatique ont eux aussi tout lieu de se réjouir, « certains réalisant des taux de marge de 30 % environ dans les domaines des tablettes et des smartphones, alors que la distribution de PC génère un taux de marge de 5 % seulement », détaille Deloitte. À l'aune de ces considérations financières, les tablettes n'ont décidément rien d'un gadget.

Réagir